Nos racines

2La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) est née en Algérie, fondée en 1868 par Mgr Charles Lavigerie, archevêque d’Alger. Lavigerie mettra rapidement ces nouveaux missionnaires devant une triple exigence :

– Vous parlerez la langue des gens.
– Vous mangerez leur nourriture.
– Vous porterez leur habit.

Prise d'habits Bobo-Dioulasso 2009

Cette Nouvelle Société Missionnaire prit donc, au début, l’habit arabe : la gandoura, le burnous et la chéchia, avec comme signe religieux un rosaire porté autour du cou comme on porte un collier.

Oeuvres sociales, dispensaires, écoles, développement rural : tel sera leur travail, au début, en Algérie.

Mais Lavigerie voit grand. En acceptant l’archevêché d’Alger, il avait écrit à un de ses amis :

« L’Algérie n’est qu’une porte ouverte sur un continent… « 

Après l’ouverture du noviciat, en 1868, les vocations arrivent assez nombreuses pour qu’en 1876, une première caravane de trois missionnaires puisse partir pour Tombouctou. Malheureusement, ils seront massacrés tous les trois par les nomades du désert.

Deux ans après, en 1878, une autre caravane de plusieurs missionnaires arrive au port de Mombassa, sur la côte Est de l’Afrique. Après trois mois de marche, elle atteint les rives du Lac Victoria et s’établit en Uganda. D’autres caravanes suivront, souvent dans des conditions difficiles.

L’aventure africaine des Pères Blancs était en marche.

A la mort du Cardinal Lavigerie, en 1892, 278 Missionnaires d’Afrique, de 5 Nationalités travaillaient déjà dans 6 pays : Algérie, Tunisie, Uganda, Tanzanie, Congo et Zambie.

Merrivale Formation Centre Septembre 2016

Aujourd’hui, ils sont 1232 Missionnaires d’Afrique, de 36 Nationalités, répartis en plus ou moins 215 communautés et travaillant dans 42 Pays, dont 22 en Afrique. L’âge moyen des missionnaires est de 68 ans, mais est beaucoup plus bas en Afrique. Plus de détails sur les statistiques ici.