Rencontre et Dialogue

Le Chapitre de 2016 a insisté sur le fait que la Rencontre et le Dialogue sont la base de notre vie missionnaire. À la suite du Cardinal Lavigerie, nous sommes convaincus que la rencontre est un état d’esprit qui nous pousse à tisser des liens d’amitié avec l’autre dans sa culture et sa religion. Ainsi le Chapitre décide :

a) Que l’on cultive chez les candidats en formation et chez chaque confrère ce désir d’aller à la rencontre de toute personne au niveau humain, quelle que soit sa religion. Soyons « une Église en sortie… » (« Evangelii Gaudium, n. 20-24 »).

b) Que les responsables à la formation initiale aient le goût de la rencontre ainsi que des connaissances suffisantes pour transmettre aux jeunes cet amour de la rencontre.

c) Que dans toutes nos maisons de formation soit transmise une connaissance objective de la rencontre avec l’Islam, des Religions Traditionnelles Africaines, des Églises Orientales et des autres dénominations chrétiennes. Que soit intégré l’enseignement de l’Église catholique à ce sujet, de Vatican II jusquaux déclarations récentes du Pape François.

d) Que nous continuions les efforts faits pour garder les instituts de formation au dialogue interreligieux : le PISAI à Rome, l’IFIC à Bamako, la section dialogue avec les musulmans au Tangaza College de Nairobi, FENZA en Zambie ainsi que les centres culturels destinés à faire connaître les cultures africaines et leurs cultes… etc.

e) Que nos centres de formation au dialogue deviennent prioritaires dans la Société au point que nous soyons prêts à sacrifier dautres insertions. Pour ce faire, nous devons continuer à y nommer de jeunes confrères.

f) Que l’on profite de la période d’apprentissage de la langue offerte aux jeunes confrères ou aux confrères qui arrivent dans une nouvelle région pour apprendre aussi la culture et la religion.

g) Que l’on soit prêt à offrir notre expérience de la Rencontre aux Églises locales et éventuellement des réponses pastorales à ceux et celles qui cherchent une voie vers le Christ.

h) Que l’on publie des bulletins faciles daccès présentant l’Islam aujourdhui et les formes dextrémismes issues de l’islam politique.

i) Que dans les lieux où nous côtoyons les Églises Orientales et chrétiennes d’autres dénominations, nous cherchions à mieux les connaître et à collaborer avec elles.

Actes capitulaires, pages 28-30