Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche

Comme il est écrit dans la prophétie d’Isaïe : « Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche ; semblable à un agneau qu’on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n’a point ouvert la bouche » (Is 53, 7). À la lumière de cette prophétie, nous pouvons constater que la violence et l’insécurité font la Une. C’est dû au fait des différents conflits et guerres qui se passent dans plusieurs pays. La violence et l’insécurité font de plus en plus partie de notre quotidien et nous craignons qu’elles ne deviennent une seconde nature, c’est-à-dire vues comme normales.

Mais qu’entendons-nous par violence et insécurité ? La violence peut être comprise comme étant une utilisation intentionnelle de la force physique ou encore sous forme de menaces à l’encontre des autres, de groupes ou d’une communauté. En d’autres termes, elle consiste à contraindre, à dominer et peut provoquer des dégâts humains et matériels. La violence et l’insécurité peuvent affecter non seulement la santé physique, mais elles peuvent aussi entraîner des conséquences psychologiques, ouvrant la voie à une possible autodestruction, à l’isolement et à la dépression chez les victimes. Elles supplantent l’amour et l’affection que les humains devraient avoir entre eux, sans oublier qu’elles sapent l’effort de paix et de cohésion sociale dans les communautés. Cela montre que la violence peut prendre différentes formes.

Quelles sont donc les formes de violence et leurs remèdes ?

La violence peut être psychologique, verbale, économique et physique. En outre, elle peut être notée au niveau de la famille, dans les espaces publics et institutionnels comme le milieu scolaire. En dépit de tout cela, nous restons animés d’une espérance inébranlable à un retour éventuel de l’amour et de la paix dans des communautés si des sensibilisations adéquates sur les conséquences de la violence et de l’insécurité sont faites. Nous pensons particulièrement à l’établissement de programmes de sensibilisation des jeunes, afin d’éradiquer tout comportement et norme sociale qui incite et facilite ce phénomène. Bien plus, l’établissement de structures appropriées peut aider les victimes en cas de violence. En d’autres termes, il faudrait un suivi et un accompagnement des victimes des violences dans les communautés, tout en procurant une sécurité appropriée dans ces zones. Il est aussi important de rechercher des moyens pouvant aider les jeunes qui vivent dans des conditions défavorisées sur le plan économique ou social. Nous avons remarqué, par expérience, qu’ici dans notre milieu nigérian, nombreux sont les jeunes qui manquent des nécessités vitales ; c’est une porte ouverte au terrorisme, car l’argent peut servir d’appât pour recruter ces jeunes pour le terrorisme.

Mon expérience personnelle

Comme certains d’entre vous le savent, j’ai eu la malchance, avec un autre confrère, de vivre la terrible expérience du kidnapping pendant trois bonnes semaines. Mais bien avant cela, nous nous étions engagés comme communauté à promouvoir la cohésion sociale à travers le bon voisinage et la mise en place des projets d’auto-prise en charge des jeunes. Aussi, nous avons formé les jeunes pour lutter contre l’incivisme, la violence et l’insécurité dans notre milieu. Si nous avons osé entreprendre tout cela, c’est parce que nous avions remarqué que la population était laissée à son propre sort. Ainsi, chacun devait lutter pour sa survie. Cette situation a occasionné beaucoup de violence et d’insécurité dans le milieu. Bien qu’on ne sache justifier aucune violence ou insécurité, nous reconnaissons que certaines situations peuvent causer beaucoup de dommages.

La violence et l’insécurité sont des maux à éradiquer, car elles portent atteinte à l’intégrité de l’autre. Malgré ce qui nous est arrivé, nous gardons espoir d’un lendemain meilleur où l’homme comprendra qu’il est là parce que l’autre est là ; nous avons tous besoin l’un de l’autre. Et notre foi nous dit que rien n’est perdu pour Dieu. Rien n’est jamais trop tard pour Dieu et rien ne Lui est impossible.

Par: Paul Sanogo (M.Afr.)

 

Pour les victimes d’abus : Le Pape François

Face aux abus, et surtout à ceux qui sont commis par des membres de l’Église, il ne suffit pas de demander pardon. Demander pardon est nécessaire, mais cela n’est pas suffisant. Demander pardon est important pour les victimes, mais il faut qu’elles soient vraiment « au centre » de tout. La douleur et les blessures psychologiques des victimes ne peuvent commencer à guérir que si elles trouvent des réponses et des actions concrètes en mesure de réparer les horreurs subies et empêcher leur répétition. L’Église ne doit pas cacher la tragédie des abus, quels qu’ils soient. Ni lorsque les abus se produisent au sein des familles, ni même dans des associations ou dans tout autre genre d’institutions. L’Église doit être un exemple. Elle doit aider à résoudre ces abus, elle doit les faire apparaître au grand jour aussi bien dans la société qu’au sein des familles. L’Église doit également offrir des espaces sûrs pour écouter les victimes, les accompagner psychologiquement et les protéger. Prions pour tous ceux qui souffrent à cause du mal reçu par les membres de la communauté ecclésiale : qu’ils puissent trouver dans l’Église elle-même une réponse concrète à leur douleur et à leur souffrance.

Islam Vert : un appel à vivre le dialogue d’action

Islam Vert : un appel à vivre le dialogue d'action

Au cours du webinaire organisé par les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique et les Missionnaires d’Afrique qui s’est tenu le 5 mai 2022, les membres des deux instituts missionnaires ont partagé des propositions et des suggestions concernant le prochain TEMPS POUR LA CREATION 2022 (du 1er septembre au 4 octobre).

A cette occasion, le Père Ignatius Anipu, M.Afr., a donné une conférence intéressante sur le thème “ISLAM VERT : un appel à vivre le dialogue d’action”. Il invite les membres de nos instituts à prendre en compte les sources spirituelles, les valeurs et les initiatives écologiques des croyants d’autres religions, notamment des musulmans. L’encyclique Laudato Sì n°7 insiste que : « … d’autres religions ont nourri une grande préoccupation et une précieuse réflexion sur ces thèmes qui nous préoccupent tous. »

Le prochain « Temps pour la Création » est une excellente opportunité de nous engager dans un dialogue d’action en prenant soin ensemble de la Maison commune et en luttant ensemble contre la crise écologique. En rassemblant l’ensemble de la famille humaine pour rechercher un développement durable et intégral, alors les choses peuvent changer. (LS 13)

Veuillez découvrir ici la conférence sur l’Islam vert.

Tente de la Rencontre, 4è édition

Tente de la Rencontre, 4è édition

La saison de la création bat son plein et en cette quatrième semaine une rencontre de prière a eu lieu une fois de plus. Cette fois-ci, samedi dernier le 18 septembre, le Père Peter « Subagyo » Stoll et tous les Oblats de Marie Immaculée se sont fait nos hôtes pour une troisième fois ! Nous sommes à court de mots pour les remercier. Pour cette prière, le thème de la tente a été maintenu mais en insistant davantage sur la nécessité d’élargir l’espace de nos tentes afin d’accueillir l’inattendu. Cet inattendu qui se présente à nous de mille et une manières et à travers lequel notre Seigneur Jésus ne cesse de se présenter à nous. D’où l’importance, comme le dit St. Paul aux Colossiens, de se revêtir de sentiments de compassion, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience et donc d’être prêt à se supporter et se pardonner mutuellement (Col 3, 12-13). De telles vertus, nous permettent nul doute de garder la porte de notre tente bien ouverte et de l’élargir pour y faire de la place !

Ce temps de prière a débuté avec le rap Laudato Si’, composé par Sœur McAbe, afin de nous mettre sur la bonne note. A travers les lectures et intentions de prières, des chants bien choisis par la chorale des « Padri Bianchi » accompagnaient notre réflexion. Nous avons aussi eu la joie de prier avec l’ambassadeur des Philippines, son épouse et les membres de l’ambassade. Cette ambassade est d’ailleurs bien située car elle se trouve flanquée par deux anges gardiens! Soit la propriété des Oblats de Marie Immaculé et le couvent des Sœurs Maristes.

Comme pour les autres samedis de nombreux participants sont venus des différentes congrégations du voisinage. Et pour conclure le tout Sœur Sheila Kinsey nous a rappelé, avec son enthousiasme bien connu, les prochains défis à relever tous ensemble afin d’aller de l’avant avec la plateforme Laudato Si’ en Action ! Un défi qui consiste, comme elle l’a si bien résumé, à ne pas consommer au-delà de nos besoins et de s’assurer que les générations futures pourront aussi bénéficier d’un monde, d’une terre, d’un environnement qui sera en mesure de leur offrir un milieu où il fait bon vivre.

Ne manquez donc pas notre prochain temps de prière qui aura lieu une fois de plus chez les Oblats de Marie Immaculée samedi le 2 octobre à 16h30. D’ici là, évitons l’usage d’objet en plastique jetable !

Martin Grenier

Laudato Sì Rap chanté par les OMI le 4 septembre

Une maison pour tout le monde ? Renouveler l’OIKOS de DIEU.

Une maison pour tout le monde ? Renouveler l'OIKOS de DIEU.

Dans le cadre du TEMPS POUR LA CREATION qui se célèbre du 1er septembre au 4 octobre notre communité des Missionnaires d’Afrique ensemble avec la communauté des Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique (SMNDA), les Sœurs Maristes et les Pères Oblats de Marie Immaculé ont entrepris cette année une initiative commune.

Pour vivre le thème « UNE MAISON POUR TOUT LE MONDE ? RENOUVELER L’OIKOS DE DIEU » nous consacrons, tous les samedi après-midi, un moment de rencontre et de prière autour d’une tente, qui est déplacée d’un jardin à l’autre et qui nous conscientise sur la symbolique de la tente à partir différents textes de l’Ancient Testament.

Samedi le 18 septembre, la célébration a eu lieu au jardin des M.Afr. Le père Stanley Lubungo, Supérieur général, et la sœur Maria Carmen Ocón Moreno, Assistante générale des SMNDA, ont souhaité la bienvenue aux participants autour de la tente qui nous rappelle que nous sommes des pèlerins, un peuple en route sur la terre, notre maison commune.

Après la lecture de l’extrait de Lévitiques 23, 33-34, lu par sœur Gisela Schreyer, les participants ont reçu une feuille de palmier pour s’immerger dans l’esprit de la fête juive de Sukkot. Cette fête nous rappelle notre dépendance à l’égard du don de la création de Dieu – de la terre, du ciel, des mers, des oiseaux, des animaux et des insectes – et l’invitation de Dieu à l’humanité à partager la terre, notre maison commune, et l’univers de Dieu.

Plusieurs membres de la communauté ont constitué une chorale accompagnée par nos musiciens. Ils ont enrichi la célébration avec des chants de langues diverses provenant de différents continents.

Les prières d’intention, préparées par la communauté des SMNDA, ont également fait entendre nos voix et nos préoccupations concernant l’état écologique dramatique des cinq continents. Le père Martin Grenier a conclu la prière par une bénédiction présentée par des confrères en Moore, Dagara et Arabe.

La rencontre s’est terminée avec un verre d’eau partagé et des biscuits. Près de 100 religieux et religieuses d’une douzaine de Congrégations ont participé à la prière.

Cette expérience priante, joyeuse et inclusive, intercongrégationnelle et interculturelle sous les arbres du jardin et sous les rayons de notre frère Soleil, a été bien appréciée par tous les participants. Samedi prochain nous continuerons notre cheminement en faveur de l’OIKOS, notre maison commune, dans le jardin des Oblats de Marie Immaculée.

Week3
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Temps de la Création 2021

Temps de la Création 2021

Comme chaque année depuis la promulgation de l’encyclique du Pape François “Laudato Sì”, la Saison de la Création est célébrée dans le monde entier du 1er septembre au 4 octobre. 

Si vous ne l’avez pas encore consultée, vous pouvez trouver toute la documentation en suivant ce lien :

https://seasonofcreation.org

A Rome, quatre communautés – les Sœurs Maristes, les Oblats de Marie Immaculée, les Missionnaires d’Afrique et les Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique – ont décidé de planter la “Tente d’Abraham” à tour de rôle dans les quatre jardins de leurs Maisons Généralices. Chaque samedi, ces communautés célébreront ensemble, en approfondissant différents thèmes autour de la “Tente d’Abraham” :

      • La tente de la Présence de Dieu
      • La tente de l’hospitalité
      • La tente d’un peuple en mouvement
      • Elargir l’espace de la tente.

Dans notre propre jardin, à la Maison Généralice, la célébration aura lieu le samedi 18 septembre. 

Les photos ci-dessous sont extraites de l’album proposé en ligne par les organisateurs. Vous pouvez accéder à l’album complet en cliquant sur l’une des photos. Je suppose que d’autres photos seront ajoutées au fur et à mesure que la tente est plantée dans d’autres jardins. N’hésitez pas à vérifier chaque semaine. 

Semaine Laudato Si’ 2021

Semaine Laudato Sì 2021

La semaine Laudato Sì 2021, qui se tiendra du 16 au 25 Mai, sera le couronnement de l’Année spéciale de l’anniversaire de Laudato Sì et une célébration des grands progrès accomplis par toute l’Église dans son parcours de conversion écologique.

La Semaine Laudato Sì 2021 sera également l’occasion de réfléchir à ce que la pandémie de la COVID-19 nous a appris et de préparer l’avenir avec espoir.

Le 25 mai aura lieu le lancement officiel de la plateforme d’action Laudato Sì.

Programme détaillé (en anglais)

Livret de prières JPIC RD

Suite à la suggestion de plusieurs confrères, nous avons préparé un nouveau livret de prières JPIC-RD, intitulé “Prière pour notre maison commune”.

Pour la fête de Notre Dame d’Afrique, vous trouverez la prière N°13, et pour le 8 mai, mémoire des bienheureux martyrs d’Algérie, la prière N°12.

Andreas G
Coordinateur JPIC RD

Conseils pratiques pour la réalisation de cette brochure A6 :

    1. Télécharger le document PDF
    2. Imprimer les 4 pages recto-verso (tourner sur le bord long)
    3. Coupez les pages en deux pour obtenir 4 pages A5.
    4. Plier les pages A5 en deux et composer le livret selon la pagination 1 à 16
    5. Agrafer sur le pli.

Et voilà