Homélie de Mgr Claude Rault pour le 8 mai

Homélie de Mgr Claude Rault pour le 8 mai

Bonne fête des Bienheureux martyrs d’Algérie. Les chanceux de la rue Friant à Paris, ont eu droit à une homélie de Monseigneur Claude Rault qui a connu personnellement tous les martyrs. Voici son homélie.

Il se trouve que par le mystère de l’histoire, j’ai connu presque tous les membres de l’Église d’Algérie dont nous célébrons la mémoire aujourd’hui. Certains davantage, d’autres assez peu.

A plusieurs reprises, j’ai pu travailler avec l’évêque Pierre dans le cadre de la Conférence Episcopale, et il est venu plusieurs fois dans le Diocèse du Sahara lorsque j’étais vicaire général. C’était un homme passionné et passionnant. Ses lettres régulières pendant la « décennie noire » en ont vite fait une cible potentielle et des islamistes armés et des forces de sécurité. Il savait les risques qu’il prenait.

J’ai été aussi assez proche de Christian Chessel, Jean chevillard, Alain Dieulangard et un peu moins Charlie Deckers.

Bien connu aussi dans le Ribât, le Lien de la Paix, le Fr. Henri Vergès (l’une des premières victimes), moins Sœur Paule Hélène qui travaillait avec lui.

Sr Odette venait régulièrement au même groupe de partage spirituel. J’allais parfois célébrer l’Eucharistie à leur petite fraternité en milieu populaire.

Depuis le début des années 70, je fréquentais le monastère de Tibhirine et avais noué un lien assez fort avec le Fr. Christian futur Prieur. Le Fr. Luc, médecin haut en couleurs, m’avait soigné à quelques reprises.

Srs Angèle-Marie et Bibiane m’étaient presque inconnues.

J’avais une fois ou l’autre rencontré Sr Esther qui soignait un de mes amis dans un hôpital d’Alger où elle travaillait. Et un peu sa sœur de communauté Caridad.

Je ne vais pas retracer leur trajectoire, mais vous dire comment j’ai pu vivre leur cheminement vers la béatification.

Dès le début, lorsque l’archevêque Henri Teissier a fait faire les enquêtes en vue d’une éventuelle béatification, je faisais partie de plusieurs « résistants » à cette procédure. J’étais alors provincial du Maghreb. Au moment où nos compagnons de Tizi étaient assassinés en fin décembre 94, d’autres de nos compagnons Pères Blancs, en particulier en Afrique Centrale, avaient payé de leur vie leur attachement au Christ et au pays dans lequel ils avaient choisi de rester. En fait ils avaient subi le même sort. Alors pourquoi nos Frères de Tizi Ouzou auraient-ils pu être distingués de ceux-ci ?

Par ailleurs… j’avais suffisamment connu les uns et les autres pour constater qu’ils n’étaient pas des héros ! Leur vie communautaire n’était pas un grand fleuve tranquille. Et puis, en soi, la personnalité de chacun ne tranchait pas de façon vraiment extraordinaire et au niveau du caractère et au niveau du comportement. Pierre Claverie, tout brillant qu’il était, avait ses emportements, le Fr. Christian de Chergé ses crispations, nos confères de Tizi Ouzou leurs problèmes personnels et communautaires… comme vous et moi ! Et parfois les Moines encore plus… ! Voilà, j’ai fait l’avocat du Diable !

Au fur et à mesure que l’enquête avançait, nous pouvions voir qu’au fond ce n’était pas leur « exemplarité » qui était en jeu mais le sens d’une Eglise engagée au milieu d’un Peuple.

Cela transparaissait par le don de leur vie en lien avec des musulmans et des musulmanes qui avaient fait le don de la leur par fidélité à Dieu et par fidélité à leur peuple. Les membres de l’Église d’Algérie avaient donné la leur dans la ligne d’une même fidélité.

L’enquête finie, le risque était de voir chaque Congrégation présenter ses « candidats » à la Béatification en rangs séparés. Les Pères Blancs étaient peu enclins à le faire. Et peu à peu émergeait la vision d’une Eglise unie, se reconnaissant dans ces vies données et désirant les voir « béatifiés » non pas au sein de telle ou telle famille religieuse mais comme faisant partie de l’ Eglise, Corps du Christ, qui avait décidé de demeurer au sein de ce peuple en souffrance, par solidarité avec lui.

« Ce n’est pas parce que ma femme a perdu la tête que je vais la quitter ! » répondait à un journaliste un Petit Frère de Jésus.

Et peu à peu la « cause » avançait. La signature de la Béatification par le Pape était imminente. Où pourrait-elle avoir lieu ? Nous ne voyions pas comment ce pourrait être ailleurs qu’en Algérie ! C’est ainsi qu’évêques nous nous sommes retrouvés dans le bureau du Ministre des Affaires Religieuse.

Nous voulions y associer les nombreuses victimes de cette guerre civile, à commencer par les 113 Imâms qui ont donné leur vie au nom de leur foi en en Dieu qui refuse la violence. Et cela a pu se faire, ils ont été reconnus comme patrimoine spirituel de l’humanité de ce peuple.

Ces réflexions m’ont beaucoup appris sur la sainteté.

Ceux que nous célébrons sont bienheureux ni en raison de leur héroïsme ni en raison de leur perfection. L’héroïsme est de l’ordre humain, et la perfection appartient à Dieu seul.

La sainteté est d’un autre ordre, elle est un don du Dieu Saint. Un don que Dieu nous fait à tous, il nous appartient de l’accueillir ou non. Cela se passe à l’intérieur de notre coeur.

Ceux qui sont déclarés saints ou bienheureux le sont comme un avant-goût de ce que nous pouvons être… avec la grâce de Dieu.

Etre déclaré officiellement « bienheureux » ou « saint » par l’Église est une appréciation qui viennent d’elle. On sait que sur ce point elle peut se tromper…

Ces hommes et femmes ont terminé leur course. Il étaient comme nous des êtres humains. Au nom de l’Amour ils ont risqué d’aller jusqu’au bout de cet Amour.

C’est à notre portée, comme à la portée de toute personne.

L’Amour du Père les a accompagnés jusqu’au bout de leur route, Il leur a été fidèle. Vêtus de robes blanches, ils se sont mystérieusement laissés attirer par cet Amour de Dieu qui n’a pas de limites.

Ils ont donné leur vie pour ceux qu’ils aimaient comme l’ont fait beaucoup d’autres anonymes, connus de Dieu seul.

Au fond, l’essentiel est de se laisser attirer par ce Amour. Et cela est à notre portée à tous. Etre inscrit sur la liste des Bienheureux appartient aux hommes. Etre inscrit dans le Livre de Vie n’appartient qu’à Dieu. Mais nous devons nous le souhaiter les uns aux autres.

+Claude Rault. MAPB

Méditations de Carême 6 (N.A.D.)

Méditation de carême 5 (N.A.D.)

Unité des Chrétiens – Jour 8

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. » (Actes 28, 1-2a)

Allume un feu !
Mets le feu 
dans le cœur des gens,
jeunes et vieux.
Allume un feu !
Mets le feu !
Il fait de plus en plus sombre,
il commence à faire froid.
Ne reste pas indifférent, 
mais montre-leur que tu te soucies !
Ne reste pas indifférent,
Mais vas et partage !
Ne reste pas indifférent,
mais vas et sers les gens du monde.

Et les gens du monde
un jour témoigneront avec joie
l’amour qu’ils ont reçu au nom de Jésus.

Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle. 
Ils nous ont montré
qu’ils se souciaient vraiment.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle.
Ils nous ont vraiment aidés.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
qu’importe le pays.
Nous ne méritons pas cette chanson,
Kyrie eleison !
Notre amour n’est pas si fort,
Kyrie eleison !
Aide-nous à nous élever,
Kyrie eleison !
au-delà des mots,
pour laisser le feu de ton amour
convertir nos cœurs.

Dans Son amour,
nous avons été plongés
dans Sa grâce,
nous avons trouvé notre force
dans Sa miséricorde,
nous avons trouvé notre force.
Il nous a montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux, 
afin qu’à notre tour,
nous puissions montrer
une humanité inhabituelle
et servir pour témoigner
d’une humanité inhabituelle
quel que soit le pays de la terre.

Une Humanité Inhabituelle !

Jour 8 - Générosité : Recevoir et donner

Actes 28, 8-10

Le père de Publius se trouvait alors alité, en proie aux fièvres et à la dysenterie. Paul s’est rendu à son chevet et, par la prière et l’imposition des mains, il l’a guéri. Par la suite, tous les autres habitants de l’île qui étaient malades venaient le trouver et ils étaient guéris à leur tour. Ils nous ont donné de multiples marques d’honneur et, quand nous avons pris la mer, ils avaient pourvu à nos besoins.

Réflexion

Ce récit est une suite de cadeaux reçus et donnés : les habitants de l’île accueillent Paul avec une humanité peu ordinaire ; Paul guérit le père de Publius et d’autres malades ; alors qu’ils s’apprêtent à reprendre la mer, les 276 passagers, qui ont tout perdu dans la tempête, sont pourvus d’abondantes provisions. Nous, chrétiens, sommes appelés à témoigner une humanité peu ordinaire. Mais pour pouvoir donner, nous devons apprendre d’abord à recevoir – à recevoir du Christ et à recevoir des autres. Plus souvent que nous le croyons, nous sommes destinataires d’actes de bonté de la part de personnes différentes de nous, qui font également écho à la générosité et à la guérison de notre Seigneur. Nous qui avons été guéris par le Seigneur, sommes appelés à transmettre à d’autres ce que nous avons reçu.

Prière
Dieu qui donne la vie, nous te rendons grâce
pour le don de ton amour compatissant
qui nous apaise et nous fortifie.
Nous te prions pour que nos Églises
soient toujours prêtes à recevoir tes dons les unes des autres.
Donne-nous un esprit de générosité envers tous
alors que nous avançons ensemble sur le chemin de l’unité chrétienne.
Nous te le demandons au nom de ton Fils
qui règne avec toi et avec le Saint-Esprit.
Amen.

Jour 7 - Conversion: Changer nos cœurs et nos esprits

Actes 28, 3-6

Paul avait ramassé une brassée de bois mort et la jetait dans le feu, lorsque la chaleur en fit sortir une vipère qui s’accrocha à sa main. À la vue de cet animal qui pendait à sa main, les autochtones se disaient les uns aux autres : « Cet homme est certainement un assassin ; il a bien échappé à la mer, mais la justice divine ne lui permet pas de vivre ». Paul, en réalité, secoua la bête dans le feu sans ressentir le moindre mal. Eux s’attendaient à le voir enfler ou tomber raide mort ; mais, après une longue attente, ils ont constaté qu’il ne lui arrivait rien d’anormal. Changeant alors d’avis, ils répétaient : « C’est un dieu! »

Réflexion

Les habitants de l’île comprennent qu’ils ont mal jugé Paul, qui n’est pas un criminel, et changent d’avis. L’épisode extraordinaire de la vipère change leur regard, en les préparant à recevoir l’annonce du Christ par Paul. Dans notre recherche d’unité et de réconciliation, nous sommes quelquefois appelés à revoir la manière dont nous percevons les autres traditions et cultures. Cela demande une conversion permanente au Christ de la part de nos Églises, qui apprennent ainsi à ne plus voir l’autre comme une menace. Ce faisant, notre vision négative de l’autre se dissipe et nous progressons vers l’unité.

Prière
Dieu Tout-Puissant,
Nous tournons vers toi nos cœurs repentants.
Dans notre recherche sincère de ta vérité,
purifie-nous de nos opinions injustes envers les autres
et fais grandir nos Églises dans la communion.
Aide-nous à nous défaire de nos peurs,
afin de mieux nous comprendre les uns les autres
et de mieux comprendre les étrangers qui sont parmi nous.
Nous te le demandons au nom de Celui qui est juste,
ton Fils bien-aimé, Jésus Christ.
Amen.

Jour 6 - Hospitalité : Témoigner une humanité peu ordinaire

Actes 28, 1-2, 7

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. Allumant en effet un grand feu, ils nous en ont tous fait approcher car la pluie s’était mise à tomber. […] Il y avait, dans les environs, des terres qui appartenaient au premier magistrat de l’île, nommé Publius. Il nous a accueillis et hébergés amicalement pendant trois jours ».

Réflexion

Après les angoisses et les conflits de la tempête en mer, les soins attentionnés des habitants de l’île apparaissent à ces naufragés sur le rivage comme un témoignage d’humanité peu ordinaire, qui met en lumière notre humanité commune. L’Évangile nous enseigne qu’en prenant soin de ceux qui sont dans la détresse, c’est l’amour du Christ lui-même que nous témoignons (cf. Mt 25,40). En outre, en nous montrant prévenants envers les plus faibles et les plus démunis, nous accordons notre cœur à celui de Dieu, en qui les pauvres ont une place de choix. Accueillir les étrangers, qu’ils soient issus d’une autre culture, qu’ils appartiennent à une autre religion, qu’ils soient migrants ou réfugiés, c’est à la fois aimer le Christ et aimer comme Dieu aime. Nous, chrétiens, sommes appelés à aller dans la foi à la rencontre de l’autre, y compris de celui qu’il nous est difficile d’aimer, à l’image de l’amour de Dieu pour tous.

Prière
Dieu des orphelins, des veuves et des étrangers,
infuse dans nos cœurs un sens profond de l’hospitalité.
Ouvre nos yeux et nos cœurs
lorsque tu nous demandes de te nourrir, de te vêtir, de te visiter.
Fais que nos Églises participent à la lutte contre la faim,
la soif et l’isolement et à l’élimination des barrières
qui nous empêchent de nous rendre accueillants à tous.
Nous te le demandons au nom de ton Fils Jésus,
présent dans le plus petit de nos frères et sœurs.
Amen.

Jour 5 - La force : Rompre le pain pour le voyage

Actes 27,33-36

En attendant le jour, Paul a engagé tout le monde à prendre de la nourriture : « C’est aujourd’hui le quatorzième jour que vous passez dans l’expectative sans manger, et vous ne prenez toujours rien. Je vous engage donc à reprendre de la nourriture, car il y va de votre salut. Encore une fois, aucun de vous ne perdra un cheveu de sa tête ». Sur ces mots, il a pris du pain, a rendu grâce à Dieu en présence de tous, l’a rompu et s’est mis à manger. Tous alors, reprenant courage, se sont alimentés à leur tour.

Réflexion

En invitant les autres passagers du bateau à prendre de la nourriture, Paul les exhorte à reprendre des forces en vue des épreuves qui les attendent. Ce repas de pain marque un changement d’attitude parmi les passagers du bateau, qui cessent de désespérer et reprennent courage. De même, l’Eucharistie ou le Repas du Seigneur nous nourrit et nous fortifie en vue du chemin qui nous attend, en nous recentrant sur la vie en Dieu. La fraction du pain – qui est au cœur de la vie et de la prière de la communauté chrétienne – nous constitue en vue du service chrétien auquel nous sommes appelés. Nous aspirons au jour où tous les chrétiens partageront le repas du Seigneur à la même table et reprendront des forces en rompant le même pain et en buvant à la même coupe.

Prière
Dieu d’Amour, ton Fils Jésus Christ a rompu le pain
et bu à la même coupe avec ses amis la veille de sa passion.
Fais que nous grandissions ensemble
dans une communion plus étroite.
À l’exemple de Paul et des premiers chrétiens,
donne-nous la force de jeter des ponts de compassion,
de solidarité et d’harmonie.
Par la puissance du Saint-Esprit,
nous te le demandons au nom de ton Fils,
qui s’est livré pour que nous ayons la vie.
Amen.

Jour 4 - Confiance : Soyez sans crainte, ayez foi

Actes 27,23-26

« Cette nuit même, en effet, un ange du Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit : ‘Sois sans crainte, Paul, il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons de traversée!’ Courage, donc, mes amis! Je fais confiance à Dieu : il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer sur une île ».

Cette nuit même, en effet, un ange d
u
Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit
: ‘Sois
sans crainte, Paul
; il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons
de traversée
!’ Courage, donc, mes amis
! Je fais conf
iance à Dieu
: il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer
sur une île
».

Réflexion

Alors que la tempête fait rage, les encouragements et l’espérance de Paul sont en contraste avec la peur et le désespoir de ses compagnons de traversée. Notre appel commun à être disciples de Jésus Christ implique que nous soyons un signe de contradiction. Dans un monde déchiré par l’anxiété, nous sommes appelés à être des témoins de l’espérance, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’expérience chrétienne nous montre que Dieu écrit droit avec des lignes courbes, et que nous pouvons continuer à espérer contre toute attente, sachant que nous ne nous perdrons pas. Car l’amour persévérant de Dieu dure à jamais.

Prière
Dieu Tout-Puissant, dans nos souffrances personnelles,
nous crions notre douleur et nous tremblons de peur
devant la maladie, l’angoisse ou la mort d’un être cher.
Apprends-nous à mettre notre confiance en toi.
Fais de nos Églises des signes de ta sollicitude providentielle.
Fais de nous de vrais disciples de ton Fils
qui nous a appris à écouter ta parole
et à nous mettre au service les uns des autres.
Pleins de confiance, nous te le demandons
au nom de ton Fils, et par la puissance du Saint-Esprit.
Amen.

Jour 3 - Espérance : Le message de Paul

Actes 27, 22 ; 34

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affalé le gréement. […] On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: « Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes ».

Réflexion

Nous, chrétiens issus d’Églises et de traditions non encore pleinement réconciliées entre elles, nous nous sentons souvent découragés par l’absence de progrès vers l’unité visible. Certains ont même abandonné tout espoir et voient cette unité comme un idéal hors d’atteinte. D’autres ne considèrent même plus l’unité comme une exigence de leur foi chrétienne. Prions pour implorer le don de l’unité visible avec une foi ferme, une patience constante et une espérance inlassable, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’unité est la prière que le Seigneur a faite pour l’Église, et il nous accompagne dans ce cheminement. Nous ne nous perdrons pas.

Prière
Dieu de miséricorde,
perdus et découragés,
nous nous tournons vers toi.
Infuse en nous le don de l’espérance.
Que nos Églises gardent l’espérance et œuvrent pour l’unité
pour laquelle ton Fils a prié la veille de sa passion.
Nous te le demandons par Lui,
qui vit et règne avec toi et avec le Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Jour 2 - Illumination: Rechercher et répandre la lumière du Christ

Actes 27,20

Ni le soleil, ni les étoiles ne se montraient depuis plusieurs jours; la tempête, d’une violence peu commune, demeurait dangereuse : tout espoir d’être sauvés nous échappait désormais.

Réflexion

Le Christ est notre lumière et notre guide. Privés de sa lumière et de sa conduite, nous sommes désorientés. Quand les chrétiens perdent de vue le Christ, ils deviennent craintifs et divisés. En outre, les personnesde bonne volonté qui sont hors de l’Église peinent à distinguer la Lumière du Christ à cause de nos divisions, lorsque nous offrons de Lui un reflet obscurci ou que nous le cachons même complétement. Alorsque nous recherchons la lumière du Christ, rapprochons-nous les uns des autres afin de la refléter plus distinctement, en devenant ainsi de vrais témoins du Christ, Lumière du monde.

Prière
Seigneur, ta parole est une lumière qui éclaire nos pas,
sans toi, nous sommes perdus et désorientés.
Éclaire-nous par ta parole, afin que nous puissions suivre ton chemin.
Fais que nos Églises aient soif de ta présence qui nous guide,
nous console et nous transforme.
Donne-nous la lucidité nécessaire pour comprendre
quand nous empêchons les autres de voir ta lumière,
et donne-nous la grâce nécessaire
pour partager ta lumière avec les autres.
Nous te le demandons au nom de ton Fils,
Qui a appelé ses disciples à être lumière pour le monde.
Amen.

Jour 1 - Réconciliation : Jeter le fret par-dessus bord

Actes 27,18-19, 21

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affaléle gréement. […]On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: «Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes».

Réflexion

Nous, chrétiens issus de différentes Églises et traditions, avons malheureusement accumulé au fil des siècles une lourde cargaison de défiance mutuelle, d’amertume et de suspicion. Rendons grâce au Seigneur pour la naissance et la croissance du mouvement œcuménique au cours du siècle dernier. Notre rencontre avec des chrétiens issus d’autres traditions et notre prière commune pour l’unité des chrétiens nous encouragent à rechercher le pardon mutuel, la réconciliation et l’acceptation de l’autre. Ne permettons pas que la cargaison de notre passé nous empêche de nous rapprocher les uns des autres. La volonté du Seigneur est que nous nous en défaisions pour faire place à Dieu!

Prière
Dieu de pardon, délivre-nous des mémoires douloureuses du passé,
qui blessent notre vie chrétienne partagée.
Conduis-nous vers la réconciliation
afin que nous puissions surmonter, avec l’aide du Saint-Esprit,
la haine par l’amour,
la colère par la douceur,
et la suspicion par la confiance.
Nous te le demandons au nom de ton Fils bien-aimé, notre frère Jésus.
Amen.
 

Unité des Chrétiens – Jour 7

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. » (Actes 28, 1-2a)

Allume un feu !
Mets le feu 
dans le cœur des gens,
jeunes et vieux.
Allume un feu !
Mets le feu !
Il fait de plus en plus sombre,
il commence à faire froid.
Ne reste pas indifférent, 
mais montre-leur que tu te soucies !
Ne reste pas indifférent,
Mais vas et partage !
Ne reste pas indifférent,
mais vas et sers les gens du monde.

Et les gens du monde
un jour témoigneront avec joie
l’amour qu’ils ont reçu au nom de Jésus.

Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle. 
Ils nous ont montré
qu’ils se souciaient vraiment.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle.
Ils nous ont vraiment aidés.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
qu’importe le pays.
Nous ne méritons pas cette chanson,
Kyrie eleison !
Notre amour n’est pas si fort,
Kyrie eleison !
Aide-nous à nous élever,
Kyrie eleison !
au-delà des mots,
pour laisser le feu de ton amour
convertir nos cœurs.

Dans Son amour,
nous avons été plongés
dans Sa grâce,
nous avons trouvé notre force
dans Sa miséricorde,
nous avons trouvé notre force.
Il nous a montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux, 
afin qu’à notre tour,
nous puissions montrer
une humanité inhabituelle
et servir pour témoigner
d’une humanité inhabituelle
quel que soit le pays de la terre.

Une Humanité Inhabituelle !

Jour 7 - Conversion: Changer nos cœurs et nos esprits

Actes 28, 3-6

Paul avait ramassé une brassée de bois mort et la jetait dans le feu, lorsque la chaleur en fit sortir une vipère qui s’accrocha à sa main. À la vue de cet animal qui pendait à sa main, les autochtones se disaient les uns aux autres : « Cet homme est certainement un assassin ; il a bien échappé à la mer, mais la justice divine ne lui permet pas de vivre ». Paul, en réalité, secoua la bête dans le feu sans ressentir le moindre mal. Eux s’attendaient à le voir enfler ou tomber raide mort ; mais, après une longue attente, ils ont constaté qu’il ne lui arrivait rien d’anormal. Changeant alors d’avis, ils répétaient : « C’est un dieu! »

Réflexion

Les habitants de l’île comprennent qu’ils ont mal jugé Paul, qui n’est pas un criminel, et changent d’avis. L’épisode extraordinaire de la vipère change leur regard, en les préparant à recevoir l’annonce du Christ par Paul. Dans notre recherche d’unité et de réconciliation, nous sommes quelquefois appelés à revoir la manière dont nous percevons les autres traditions et cultures. Cela demande une conversion permanente au Christ de la part de nos Églises, qui apprennent ainsi à ne plus voir l’autre comme une menace. Ce faisant, notre vision négative de l’autre se dissipe et nous progressons vers l’unité.

Prière
Dieu Tout-Puissant,
Nous tournons vers toi nos cœurs repentants.
Dans notre recherche sincère de ta vérité,
purifie-nous de nos opinions injustes envers les autres
et fais grandir nos Églises dans la communion.
Aide-nous à nous défaire de nos peurs,
afin de mieux nous comprendre les uns les autres
et de mieux comprendre les étrangers qui sont parmi nous.
Nous te le demandons au nom de Celui qui est juste,
ton Fils bien-aimé, Jésus Christ.
Amen.

Jour 6 - Hospitalité : Témoigner une humanité peu ordinaire

Actes 28, 1-2, 7

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. Allumant en effet un grand feu, ils nous en ont tous fait approcher car la pluie s’était mise à tomber. […] Il y avait, dans les environs, des terres qui appartenaient au premier magistrat de l’île, nommé Publius. Il nous a accueillis et hébergés amicalement pendant trois jours ».

Réflexion

Après les angoisses et les conflits de la tempête en mer, les soins attentionnés des habitants de l’île apparaissent à ces naufragés sur le rivage comme un témoignage d’humanité peu ordinaire, qui met en lumière notre humanité commune. L’Évangile nous enseigne qu’en prenant soin de ceux qui sont dans la détresse, c’est l’amour du Christ lui-même que nous témoignons (cf. Mt 25,40). En outre, en nous montrant prévenants envers les plus faibles et les plus démunis, nous accordons notre cœur à celui de Dieu, en qui les pauvres ont une place de choix. Accueillir les étrangers, qu’ils soient issus d’une autre culture, qu’ils appartiennent à une autre religion, qu’ils soient migrants ou réfugiés, c’est à la fois aimer le Christ et aimer comme Dieu aime. Nous, chrétiens, sommes appelés à aller dans la foi à la rencontre de l’autre, y compris de celui qu’il nous est difficile d’aimer, à l’image de l’amour de Dieu pour tous.

Prière
Dieu des orphelins, des veuves et des étrangers,
infuse dans nos cœurs un sens profond de l’hospitalité.
Ouvre nos yeux et nos cœurs
lorsque tu nous demandes de te nourrir, de te vêtir, de te visiter.
Fais que nos Églises participent à la lutte contre la faim,
la soif et l’isolement et à l’élimination des barrières
qui nous empêchent de nous rendre accueillants à tous.
Nous te le demandons au nom de ton Fils Jésus,
présent dans le plus petit de nos frères et sœurs.
Amen.

Jour 5 - La force : Rompre le pain pour le voyage

Actes 27,33-36

En attendant le jour, Paul a engagé tout le monde à prendre de la nourriture : « C’est aujourd’hui le quatorzième jour que vous passez dans l’expectative sans manger, et vous ne prenez toujours rien. Je vous engage donc à reprendre de la nourriture, car il y va de votre salut. Encore une fois, aucun de vous ne perdra un cheveu de sa tête ». Sur ces mots, il a pris du pain, a rendu grâce à Dieu en présence de tous, l’a rompu et s’est mis à manger. Tous alors, reprenant courage, se sont alimentés à leur tour.

Réflexion

En invitant les autres passagers du bateau à prendre de la nourriture, Paul les exhorte à reprendre des forces en vue des épreuves qui les attendent. Ce repas de pain marque un changement d’attitude parmi les passagers du bateau, qui cessent de désespérer et reprennent courage. De même, l’Eucharistie ou le Repas du Seigneur nous nourrit et nous fortifie en vue du chemin qui nous attend, en nous recentrant sur la vie en Dieu. La fraction du pain – qui est au cœur de la vie et de la prière de la communauté chrétienne – nous constitue en vue du service chrétien auquel nous sommes appelés. Nous aspirons au jour où tous les chrétiens partageront le repas du Seigneur à la même table et reprendront des forces en rompant le même pain et en buvant à la même coupe.

Prière
Dieu d’Amour, ton Fils Jésus Christ a rompu le pain
et bu à la même coupe avec ses amis la veille de sa passion.
Fais que nous grandissions ensemble
dans une communion plus étroite.
À l’exemple de Paul et des premiers chrétiens,
donne-nous la force de jeter des ponts de compassion,
de solidarité et d’harmonie.
Par la puissance du Saint-Esprit,
nous te le demandons au nom de ton Fils,
qui s’est livré pour que nous ayons la vie.
Amen.

Jour 4 - Confiance : Soyez sans crainte, ayez foi

Actes 27,23-26

« Cette nuit même, en effet, un ange du Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit : ‘Sois sans crainte, Paul, il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons de traversée!’ Courage, donc, mes amis! Je fais confiance à Dieu : il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer sur une île ».

Cette nuit même, en effet, un ange d
u
Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit
: ‘Sois
sans crainte, Paul
; il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons
de traversée
!’ Courage, donc, mes amis
! Je fais conf
iance à Dieu
: il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer
sur une île
».

Réflexion

Alors que la tempête fait rage, les encouragements et l’espérance de Paul sont en contraste avec la peur et le désespoir de ses compagnons de traversée. Notre appel commun à être disciples de Jésus Christ implique que nous soyons un signe de contradiction. Dans un monde déchiré par l’anxiété, nous sommes appelés à être des témoins de l’espérance, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’expérience chrétienne nous montre que Dieu écrit droit avec des lignes courbes, et que nous pouvons continuer à espérer contre toute attente, sachant que nous ne nous perdrons pas. Car l’amour persévérant de Dieu dure à jamais.

Prière
Dieu Tout-Puissant, dans nos souffrances personnelles,
nous crions notre douleur et nous tremblons de peur
devant la maladie, l’angoisse ou la mort d’un être cher.
Apprends-nous à mettre notre confiance en toi.
Fais de nos Églises des signes de ta sollicitude providentielle.
Fais de nous de vrais disciples de ton Fils
qui nous a appris à écouter ta parole
et à nous mettre au service les uns des autres.
Pleins de confiance, nous te le demandons
au nom de ton Fils, et par la puissance du Saint-Esprit.
Amen.

Jour 3 - Espérance : Le message de Paul

Actes 27, 22 ; 34

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affalé le gréement. […] On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: « Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes ».

Réflexion

Nous, chrétiens issus d’Églises et de traditions non encore pleinement réconciliées entre elles, nous nous sentons souvent découragés par l’absence de progrès vers l’unité visible. Certains ont même abandonné tout espoir et voient cette unité comme un idéal hors d’atteinte. D’autres ne considèrent même plus l’unité comme une exigence de leur foi chrétienne. Prions pour implorer le don de l’unité visible avec une foi ferme, une patience constante et une espérance inlassable, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’unité est la prière que le Seigneur a faite pour l’Église, et il nous accompagne dans ce cheminement. Nous ne nous perdrons pas.

Prière
Dieu de miséricorde,
perdus et découragés,
nous nous tournons vers toi.
Infuse en nous le don de l’espérance.
Que nos Églises gardent l’espérance et œuvrent pour l’unité
pour laquelle ton Fils a prié la veille de sa passion.
Nous te le demandons par Lui,
qui vit et règne avec toi et avec le Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Jour 2 - Illumination: Rechercher et répandre la lumière du Christ

Actes 27,20

Ni le soleil, ni les étoiles ne se montraient depuis plusieurs jours; la tempête, d’une violence peu commune, demeurait dangereuse : tout espoir d’être sauvés nous échappait désormais.

Réflexion

Le Christ est notre lumière et notre guide. Privés de sa lumière et de sa conduite, nous sommes désorientés. Quand les chrétiens perdent de vue le Christ, ils deviennent craintifs et divisés. En outre, les personnesde bonne volonté qui sont hors de l’Église peinent à distinguer la Lumière du Christ à cause de nos divisions, lorsque nous offrons de Lui un reflet obscurci ou que nous le cachons même complétement. Alorsque nous recherchons la lumière du Christ, rapprochons-nous les uns des autres afin de la refléter plus distinctement, en devenant ainsi de vrais témoins du Christ, Lumière du monde.

Prière
Seigneur, ta parole est une lumière qui éclaire nos pas,
sans toi, nous sommes perdus et désorientés.
Éclaire-nous par ta parole, afin que nous puissions suivre ton chemin.
Fais que nos Églises aient soif de ta présence qui nous guide,
nous console et nous transforme.
Donne-nous la lucidité nécessaire pour comprendre
quand nous empêchons les autres de voir ta lumière,
et donne-nous la grâce nécessaire
pour partager ta lumière avec les autres.
Nous te le demandons au nom de ton Fils,
Qui a appelé ses disciples à être lumière pour le monde.
Amen.

Jour 1 - Réconciliation : Jeter le fret par-dessus bord

Actes 27,18-19, 21

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affaléle gréement. […]On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: «Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes».

Réflexion

Nous, chrétiens issus de différentes Églises et traditions, avons malheureusement accumulé au fil des siècles une lourde cargaison de défiance mutuelle, d’amertume et de suspicion. Rendons grâce au Seigneur pour la naissance et la croissance du mouvement œcuménique au cours du siècle dernier. Notre rencontre avec des chrétiens issus d’autres traditions et notre prière commune pour l’unité des chrétiens nous encouragent à rechercher le pardon mutuel, la réconciliation et l’acceptation de l’autre. Ne permettons pas que la cargaison de notre passé nous empêche de nous rapprocher les uns des autres. La volonté du Seigneur est que nous nous en défaisions pour faire place à Dieu!

Prière
Dieu de pardon, délivre-nous des mémoires douloureuses du passé,
qui blessent notre vie chrétienne partagée.
Conduis-nous vers la réconciliation
afin que nous puissions surmonter, avec l’aide du Saint-Esprit,
la haine par l’amour,
la colère par la douceur,
et la suspicion par la confiance.
Nous te le demandons au nom de ton Fils bien-aimé, notre frère Jésus.
Amen.
 

Unité des Chrétiens – Jour 6

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. » (Actes 28, 1-2a)

Allume un feu !
Mets le feu 
dans le cœur des gens,
jeunes et vieux.
Allume un feu !
Mets le feu !
Il fait de plus en plus sombre,
il commence à faire froid.
Ne reste pas indifférent, 
mais montre-leur que tu te soucies !
Ne reste pas indifférent,
Mais vas et partage !
Ne reste pas indifférent,
mais vas et sers les gens du monde.

Et les gens du monde
un jour témoigneront avec joie
l’amour qu’ils ont reçu au nom de Jésus.

Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle. 
Ils nous ont montré
qu’ils se souciaient vraiment.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle.
Ils nous ont vraiment aidés.
Ils nous ont montré
une humanité inhabituelle
qu’importe le pays.
Nous ne méritons pas cette chanson,
Kyrie eleison !
Notre amour n’est pas si fort,
Kyrie eleison !
Aide-nous à nous élever,
Kyrie eleison !
au-delà des mots,
pour laisser le feu de ton amour
convertir nos cœurs.

Dans Son amour,
nous avons été plongés
dans Sa grâce,
nous avons trouvé notre force
dans Sa miséricorde,
nous avons trouvé notre force.
Il nous a montré
une humanité inhabituelle
de tout temps et en tous lieux, 
afin qu’à notre tour,
nous puissions montrer
une humanité inhabituelle
et servir pour témoigner
d’une humanité inhabituelle
quel que soit le pays de la terre.

Une Humanité Inhabituelle !

Jour 6 - Hospitalité : Témoigner une humanité peu ordinaire

Actes 28, 1-2, 7

« Une fois hors de danger, nous avons appris que l’île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. Allumant en effet un grand feu, ils nous en ont tous fait approcher car la pluie s’était mise à tomber. […] Il y avait, dans les environs, des terres qui appartenaient au premier magistrat de l’île, nommé Publius. Il nous a accueillis et hébergés amicalement pendant trois jours ».

Réflexion

Après les angoisses et les conflits de la tempête en mer, les soins attentionnés des habitants de l’île apparaissent à ces naufragés sur le rivage comme un témoignage d’humanité peu ordinaire, qui met en lumière notre humanité commune. L’Évangile nous enseigne qu’en prenant soin de ceux qui sont dans la détresse, c’est l’amour du Christ lui-même que nous témoignons (cf. Mt 25,40). En outre, en nous montrant prévenants envers les plus faibles et les plus démunis, nous accordons notre cœur à celui de Dieu, en qui les pauvres ont une place de choix. Accueillir les étrangers, qu’ils soient issus d’une autre culture, qu’ils appartiennent à une autre religion, qu’ils soient migrants ou réfugiés, c’est à la fois aimer le Christ et aimer comme Dieu aime. Nous, chrétiens, sommes appelés à aller dans la foi à la rencontre de l’autre, y compris de celui qu’il nous est difficile d’aimer, à l’image de l’amour de Dieu pour tous.

Prière
Dieu des orphelins, des veuves et des étrangers,
infuse dans nos cœurs un sens profond de l’hospitalité.
Ouvre nos yeux et nos cœurs
lorsque tu nous demandes de te nourrir, de te vêtir, de te visiter.
Fais que nos Églises participent à la lutte contre la faim,
la soif et l’isolement et à l’élimination des barrières
qui nous empêchent de nous rendre accueillants à tous.
Nous te le demandons au nom de ton Fils Jésus,
présent dans le plus petit de nos frères et sœurs.
Amen.

Jour 5 - La force : Rompre le pain pour le voyage

Actes 27,33-36

En attendant le jour, Paul a engagé tout le monde à prendre de la nourriture : « C’est aujourd’hui le quatorzième jour que vous passez dans l’expectative sans manger, et vous ne prenez toujours rien. Je vous engage donc à reprendre de la nourriture, car il y va de votre salut. Encore une fois, aucun de vous ne perdra un cheveu de sa tête ». Sur ces mots, il a pris du pain, a rendu grâce à Dieu en présence de tous, l’a rompu et s’est mis à manger. Tous alors, reprenant courage, se sont alimentés à leur tour.

Réflexion

En invitant les autres passagers du bateau à prendre de la nourriture, Paul les exhorte à reprendre des forces en vue des épreuves qui les attendent. Ce repas de pain marque un changement d’attitude parmi les passagers du bateau, qui cessent de désespérer et reprennent courage. De même, l’Eucharistie ou le Repas du Seigneur nous nourrit et nous fortifie en vue du chemin qui nous attend, en nous recentrant sur la vie en Dieu. La fraction du pain – qui est au cœur de la vie et de la prière de la communauté chrétienne – nous constitue en vue du service chrétien auquel nous sommes appelés. Nous aspirons au jour où tous les chrétiens partageront le repas du Seigneur à la même table et reprendront des forces en rompant le même pain et en buvant à la même coupe.

Prière
Dieu d’Amour, ton Fils Jésus Christ a rompu le pain
et bu à la même coupe avec ses amis la veille de sa passion.
Fais que nous grandissions ensemble
dans une communion plus étroite.
À l’exemple de Paul et des premiers chrétiens,
donne-nous la force de jeter des ponts de compassion,
de solidarité et d’harmonie.
Par la puissance du Saint-Esprit,
nous te le demandons au nom de ton Fils,
qui s’est livré pour que nous ayons la vie.
Amen.

Jour 4 - Confiance : Soyez sans crainte, ayez foi

Actes 27,23-26

« Cette nuit même, en effet, un ange du Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit : ‘Sois sans crainte, Paul, il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons de traversée!’ Courage, donc, mes amis! Je fais confiance à Dieu : il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer sur une île ».

Cette nuit même, en effet, un ange d
u
Dieu auquel j’appartiens et que je sers s’est présenté à moi et m’a dit
: ‘Sois
sans crainte, Paul
; il faut que tu comparaisses devant l’empereur et Dieu t’accorde aussi la vie de tous tes compagnons
de traversée
!’ Courage, donc, mes amis
! Je fais conf
iance à Dieu
: il en sera comme il m’a dit. Nous devons échouer
sur une île
».

Réflexion

Alors que la tempête fait rage, les encouragements et l’espérance de Paul sont en contraste avec la peur et le désespoir de ses compagnons de traversée. Notre appel commun à être disciples de Jésus Christ implique que nous soyons un signe de contradiction. Dans un monde déchiré par l’anxiété, nous sommes appelés à être des témoins de l’espérance, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’expérience chrétienne nous montre que Dieu écrit droit avec des lignes courbes, et que nous pouvons continuer à espérer contre toute attente, sachant que nous ne nous perdrons pas. Car l’amour persévérant de Dieu dure à jamais.

Prière
Dieu Tout-Puissant, dans nos souffrances personnelles,
nous crions notre douleur et nous tremblons de peur
devant la maladie, l’angoisse ou la mort d’un être cher.
Apprends-nous à mettre notre confiance en toi.
Fais de nos Églises des signes de ta sollicitude providentielle.
Fais de nous de vrais disciples de ton Fils
qui nous a appris à écouter ta parole
et à nous mettre au service les uns des autres.
Pleins de confiance, nous te le demandons
au nom de ton Fils, et par la puissance du Saint-Esprit.
Amen.

Jour 3 - Espérance : Le message de Paul

Actes 27, 22 ; 34

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affalé le gréement. […] On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: « Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes ».

Réflexion

Nous, chrétiens issus d’Églises et de traditions non encore pleinement réconciliées entre elles, nous nous sentons souvent découragés par l’absence de progrès vers l’unité visible. Certains ont même abandonné tout espoir et voient cette unité comme un idéal hors d’atteinte. D’autres ne considèrent même plus l’unité comme une exigence de leur foi chrétienne. Prions pour implorer le don de l’unité visible avec une foi ferme, une patience constante et une espérance inlassable, confiants dans la providence aimante de Dieu. L’unité est la prière que le Seigneur a faite pour l’Église, et il nous accompagne dans ce cheminement. Nous ne nous perdrons pas.

Prière
Dieu de miséricorde,
perdus et découragés,
nous nous tournons vers toi.
Infuse en nous le don de l’espérance.
Que nos Églises gardent l’espérance et œuvrent pour l’unité
pour laquelle ton Fils a prié la veille de sa passion.
Nous te le demandons par Lui,
qui vit et règne avec toi et avec le Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Jour 2 - Illumination: Rechercher et répandre la lumière du Christ

Actes 27,20

Ni le soleil, ni les étoiles ne se montraient depuis plusieurs jours; la tempête, d’une violence peu commune, demeurait dangereuse : tout espoir d’être sauvés nous échappait désormais.

Réflexion

Le Christ est notre lumière et notre guide. Privés de sa lumière et de sa conduite, nous sommes désorientés. Quand les chrétiens perdent de vue le Christ, ils deviennent craintifs et divisés. En outre, les personnesde bonne volonté qui sont hors de l’Église peinent à distinguer la Lumière du Christ à cause de nos divisions, lorsque nous offrons de Lui un reflet obscurci ou que nous le cachons même complétement. Alorsque nous recherchons la lumière du Christ, rapprochons-nous les uns des autres afin de la refléter plus distinctement, en devenant ainsi de vrais témoins du Christ, Lumière du monde.

Prière
Seigneur, ta parole est une lumière qui éclaire nos pas,
sans toi, nous sommes perdus et désorientés.
Éclaire-nous par ta parole, afin que nous puissions suivre ton chemin.
Fais que nos Églises aient soif de ta présence qui nous guide,
nous console et nous transforme.
Donne-nous la lucidité nécessaire pour comprendre
quand nous empêchons les autres de voir ta lumière,
et donne-nous la grâce nécessaire
pour partager ta lumière avec les autres.
Nous te le demandons au nom de ton Fils,
Qui a appelé ses disciples à être lumière pour le monde.
Amen.

Jour 1 - Réconciliation : Jeter le fret par-dessus bord

Actes 27,18-19, 21

Le lendemain, comme nous étions toujours violemment secoués par la tempête, on jetait du fret, et le troisième jour, de leur propres mains les matelots ont affaléle gréement. […]On n’avait plus rien mangé depuis longtemps quand Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit: «Vous voyez, mes amis, il aurait fallu suivre mon conseil, ne pas quitter la Crète, et faire ainsi l’économie de ces dommages et de ces pertes».

Réflexion

Nous, chrétiens issus de différentes Églises et traditions, avons malheureusement accumulé au fil des siècles une lourde cargaison de défiance mutuelle, d’amertume et de suspicion. Rendons grâce au Seigneur pour la naissance et la croissance du mouvement œcuménique au cours du siècle dernier. Notre rencontre avec des chrétiens issus d’autres traditions et notre prière commune pour l’unité des chrétiens nous encouragent à rechercher le pardon mutuel, la réconciliation et l’acceptation de l’autre. Ne permettons pas que la cargaison de notre passé nous empêche de nous rapprocher les uns des autres. La volonté du Seigneur est que nous nous en défaisions pour faire place à Dieu!

Prière
Dieu de pardon, délivre-nous des mémoires douloureuses du passé,
qui blessent notre vie chrétienne partagée.
Conduis-nous vers la réconciliation
afin que nous puissions surmonter, avec l’aide du Saint-Esprit,
la haine par l’amour,
la colère par la douceur,
et la suspicion par la confiance.
Nous te le demandons au nom de ton Fils bien-aimé, notre frère Jésus.
Amen.