Séminaire AEFJN 2020 pour les personnes de contact

Séminaire AEFJN 2020 pour les personnes de contact

Le 5 mars 2020, 19 religieux et religieuses ont participé au séminaire des personnes de contact du Réseau Foi et Justice Afrique-Europe (AEFJN) qui s’est tenu à la Maison Généralice des Missionnaires d’Afrique. Le thème principal du séminaire était : « Comment les personnes de contact pourraient soutenir les Antennes dans le monde entier » ?

Chika Onyejiuwa, CSSp, secrétaire exécutif, a présenté le travail de plaidoyer de l’AEFJN, puis a ajouté la situation actuelle des antennes. Fr. Christian Roberti, CSSp, de l’antenne belge, P. Wolfgang Schonecke, MAFR, de l’antenne allemande, Sr. Begoña Iñarra, SMNDA, de l’antenne de Madrid, et P. Armel Fopa, de l’antenne du Cameroun, ont fait le point sur leurs activités respectives. Après les exposés des quatre antennes, Sr. Pilar Trillo, LSA, la personne de contact des Petites Sœurs de l’Assomption, a partagé comment sa Congrégation s’engage dans les actions d’AEFJN.

Après avoir entendu six orateurs, les participants se sont divisés en deux groupes pour une discussion de groupe avec la question guide « Comment votre Congrégation peut-elle contribuer au travail des antennes ? Quel est votre rôle en tant que personne de contact dans cette action ? Les groupes ont rendu compte de leur discussion en séance plénière.

Après le rapport, il a été informé que le comité exécutif d’AEFJN étudierait les commentaires partagés et prendrait des mesures concrètes avec les personnes de contact pour soutenir les antennes en Europe et en Afrique.

Le séminaire a été une excellente occasion pour les Personnes de Contact, le Comité Exécutif, le Secrétariat et les Antennes de se connaître et d’apprendre le travail des Antennes. C’était également un moment opportun pour discuter des différents modes de collaboration. Le Comité exécutif est reconnaissant à ceux qui ont participé et contribué au séminaire.

P. Daisuke Narui, SVD, pour le Comité exécutif de l’AEFJN

Chemin de croix JPIC – Carême 2020

Chemin de croix JPIC - Carême 2020

Ce chemin de croix a été préparé par Sr Anne McCabe, SM, Sr Juliana Karomba, SMNDA, et le P Andreas Göpfert, MAFR, pour la commission JPIC de l’USG et de l’UISG à Rome. Nous tenons à remercier la Procure des Missionnaires de Mill Hill à Rome de nous avoir autorisés à utiliser les images du chemin de croix pour cette publication. Nous voulons aussi exprimer notre gratitude à l’artiste, Mme Chessy Roffe-Silvester. Mettre les scènes du chemin de croix dans le contexte du monde actuel est non seulement une invitation à la prière et à la méditation, mais cela offre aussi une nouvelle perspective à cette ancienne prière dévotionnelle de l’Église, sur la façon de suivre Jésus dans sa passion et sa mort. Nous sommes également reconnaissants pour toutes les rencontres, les prières, les lectures et les échanges et inspirations qui nous ont aidé à élaborer les différentes stations.

Pour visionner en plein écran, veuillez cliquer sur le petit carré qui se trouve sur la barre d’outils au bas de la présentation, et sur la touche ECHAP de votre clavier (en haut à gauche) pour revenir à l’état normal.

Utilisez les flèches droite et gauche de votre clavier pour faire avancer et reculer les diapositives, ou cliquez sur la présentation avec le bouton gauche de votre souris.

Par défaut, sans action de votre part, les diapositives avanceront automatiquement chaque minute. Cependant, vous pouvez modifier l’intervalle de temps ou le supprimer en cliquant sur la roue dentée de la barre d’outils.

Vous pouvez télécharger cette présentation en divers formats en suivant ce lien. Des ajustements peuvent être nécessaires à cause de variations de polices de caractères.

Vous pouvez confectionner un carnet au format A5 et téléchargeant ce document et en l’imprimant recto-verso.

Fête de Sainte Bakhita (choix de langues)

Fête de Sainte Bakhita

Le 8 février 2020,  qui est aussi la sixième Journée mondiale de prière et de réflexion contre la traite des personnes, nous célébrons la fête de Sainte Bakhita. Dans de nombreuses régions du monde, la traite est un fléau qui frappe tout le monde, sans distinction, mais surtout les plus pauvres ou ceux que l’on peut appeler de différentes façons, « les derniers », les « exclus » de notre société. Ceux qui vivent en marge et les plus faibles, comme les femmes et les enfants, sont les victimes privilégiées des injustices et des abus. Que Sainte Bakhita intercède pour nous et pour les nombreuses Joséphine Bakhita de notre temps !

Téléchargez ici la prière en différentes langues parlées en Afrique :

Nouvelles de JPIC à Rome

JPIC Newsletter January 2020

Voici le bulletin de la commission JPIC de l’Union des Supérieurs Majeurs, célébrant le 5ème anniversaire de Laudato Sì, qui reste un défi pour chacun d’entre nous. 

Malheureusement, cette lettre est uniquement publiée en anglais… Voici une traduction du rapport de l’intervention de notre confrère Andreas Göpfert lors de la première réunion de la commission : 

LA PAIX – UN VOYAGE D’ESPOIR FACE AUX OBSTACLES ET AUX ÉPREUVES
La paix, un voyage d’écoute basé sur la mémoire, la solidarité et la fraternité,
La paix, un chemin de réconciliation dans la communion fraternelle
La paix, un voyage de conversion écologique.

Le Père Andreas Göpfert, M. Afr. a discuté certains des points saillants du message du Saint-Père, le Pape François, sur la Journée mondiale de la paix 2020, lors de la première réunion des promoteurs JPIC anglais cette année, le 15 janvier 2020 à l’UISG. L’accent mis sur la JOURNÉE est particulièrement frappant alors que les Promoteurs JPIC ont commencé ensemble la nouvelle année 2020. C’était un moment propice pour approfondir le message du Saint-Père sur ce thème : La paix comme chemin d’espérance : dialogue, réconciliation et conversion écologique.

Au cours d’une discussion de groupe enrichissante, les participants ont partagé quelques petit pas concrets sur la façon de cheminer avec nos différents Instituts pour devenir des semeurs d’espérance, de dialogue, de réconciliation et de conversion écologique. Il nous a encouragés à créer des espaces sûrs, afin que les gens puissent partager leurs souvenirs, apprendre à écouter et grandir ensemble dans l’espérance et la réconciliation.

 

Saison 2019 de la Création

Chaque communauté chrétienne à travers le monde est invitée à célébrer « La saison de la création » à sa manière. C’est un moment privilégié pour prier, réfléchir et prendre des mesures concrètes afin de préserver la création et d’intégrer nos soucis pour la ‘Maison commune’ dans nos attitudes et comportements quotidiens.

    • Le 1er septembre, Journée mondiale de prière pour la création, ouvre la saison chaque année.
    • Le 4 octobre est le jour de fête de saint François et le dernier jour de la saison de la création.

Cette année, le thème de la saison est la biodiversité, la toile de vie de Dieu. Nous sommes invités à considérer la valeur unique de chaque créature dans la toile merveilleusement complexe de la vie de Dieu.

Il existe du matériel pédagogique. Ci-joint vous trouverez déjà des propositions pour la prière. Dans les semaines à venir, vous recevrez d’autres informations sur des activités possibles. Si vous voulez déjà connaitre plus, consultez, svp, la page suivante : https://seasonofcreation.org/fr/guide-fr/

Salutations fraternelles

Andreas Göpfert, Coordination JPIC-RD

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Journée mondiale des migrants

Il ne s’agit pas seulement de migrants : c’est le thème du message de la journée mondiale des migrants qui aura lieu le 29 septembre prochain. Dans ce texte, le Pape François rappelle que ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement les migrants, mais nous tous.

Le Pape François, dans ce message qui reprend des extraits de ses textes qui abordent la question des migrants, part d’un constat : dans le contexte de la mondialisation de l’indifférence, «les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées et les victimes de la traite des personnes sont devenus l’emblème de l’exclusion», car «on fait peser sur eux un jugement négatif qui les considère comme cause des maux de la société».

En se penchant sur les migrants et les réfugiés, c’est sur notre sort que nous nous penchons finalement, estime le Pape. Quand on parle de migrants, on parle ainsi tout d’abord de «nos peurs». Certes, reconnait François, il est normal «d’avoir des doutes et des craintes». Mais «le problème, c’est quand ceux-ci conditionnent notre façon de penser et d’agir au point de nous rendre intolérants, fermés, et peut-être même – sans nous en rendre compte – racistes». Cette peur nous prive ainsi «d’une occasion de rencontre avec le Seigneur».

Le Pape et des migrants en 2017

La charité commence par les autres

Parler des migrants, c’est aussi parler de charité. Et «la charité la plus élevée est celle qui s’exerce envers ceux qui ne sont pas en mesure de rendre la pareille, ni même peut-être de remercier». D’une manière générale, c’est bien de notre humanité dont il s’agit. «Avoir de la compassion signifie reconnaître la souffrance de l’autre et passer tout de suite à l’action pour soulager, soigner et sauver».

Cette action, elle ne doit exclure personne, précise le Pape. C’est pourquoi «le développement véritable est celui qui se propose d’inclure tous les hommes et toutes les femmes du monde, en favorisant leur croissance intégrale, et qui se préoccupe aussi des générations futures».

Cette inclusion de tous a pour but aussi de mettre les derniers à la première place. «Jésus-Christ nous demande de ne pas céder à la logique du monde, qui justifie la prévarication sur les autres pour mon avantage personnel ou celui de mon groupe : moi d’abord et les autres après !» met en garde François. Pas question de devenir craintif et cynique à force de se désintéresser des autres.

Agir pour les migrants c’est agir pour nous

Quand on parle des migrants, c’est donc de toute la personne, de toutes les personnes dont on parle. «Dans toute activité politique, dans tout programme, dans toute action pastorale, nous devons toujours mettre au centre la personne, sous ses multiples dimensions, y compris sa dimension spirituelle. Cela vaut pour toutes les personnes, auxquelles doit être reconnue l’égalité fondamentale» rappelle le Pape.

Le but finalement de toute notre action est bien de construire la cité de Dieu et de l’homme. Il faut faire face au piège du «développement technologique et de la consommation sans limites» qui attire tout le monde, y compris les migrants. Or leur «présence, parfois dérangeante, contribue à dissiper les mythes d’un progrès réservé à quelques-uns, mais bâti sur l’exploitation de la multitude».

Lire les signes du temps

Le Pape résume la réponse à apporter au défi des migrations par quatre verbes : «accueillir, protéger, promouvoir et intégrer».

«Ils expriment la mission de l’Église envers tous les habitants des périphéries existentielles, qui doivent être accueillis, protégés, promus et intégrés. Si nous mettons ces verbes en pratique, nous contribuons à construire la cité de Dieu et de l’homme, nous encourageons le développement humain intégral de toutes les personnes et nous aidons aussi la communauté mondiale à s’approcher des objectifs du développement durable qu’elle s’est donnés et qu’il sera difficile d’atteindre autrement».

C’est pourquoi, ce n’est pas seulement des migrants dont il s’agit, «mais de nous tous, du présent et de l’avenir de la famille humaine. Les migrants, et spécialement ceux qui sont plus vulnérables, nous aident à lire les “ signes des temps ”. À travers eux, le Seigneur nous appelle à une conversion, à nous libérer des exclusions, de l’indifférence et de la culture du déchet».

Carême 2019 – Chemin de Croix

Le Chemin de Croix de Carême a été préparé par la Coordination JPIC-RD des Missionnaires d’Afrique (Rome, 2019).

Les textes de réflexions sont tirés de l’exhortation apostolique « Gaudete et Exsultate ». Les images du chemin de croix, une réalisation de l’artiste Amblé Sonaglia, viennent de l’Eglise St Polycarpe à Rome. Les stations sont fabriquées avec des clous … qui nous rattachent, nous unissent, nous soudent même davantage à Jésus crucifié.

Pour prier le chemin de croix personnellement, ou pour en évaluer le contenu, veuillez cliquer sur le carré se trouvant à mi-chemin de la barre inférieure de la présentation « Google Slides » ci-dessous, afin de voir la présentation en plein écran. Par défaut, les diapos passent de l’une à l’autre chaque minute, mais vous pouvez forcer le passage ou le retour d’une diapo en manipulant les flèches à gauche de la barre inférieure. Et pour sortir de la présentation plein écran, appuyez sur échappement » (ESC).

 

 

Ci-dessous, vous pouvez télécharger trois documents PDF :

Il vous suffira d’imprimer le premier document en recto verso sur du papier « A4 paysage » pour former un carnet A5 de 16 pages (4 feuilles A4).

Vous pouvez aussi télécharger un autre document PDF comportant les photos des 15 stations du chemin de croix, prêtes à être projetée.

Quant au troisième document, il s’agit des stations, page par page, comme celles de la présentation « Google Slides » ci-dessus.