Saison 2019 de la Création

Chaque communauté chrétienne à travers le monde est invitée à célébrer « La saison de la création » à sa manière. C’est un moment privilégié pour prier, réfléchir et prendre des mesures concrètes afin de préserver la création et d’intégrer nos soucis pour la ‘Maison commune’ dans nos attitudes et comportements quotidiens.

    • Le 1er septembre, Journée mondiale de prière pour la création, ouvre la saison chaque année.
    • Le 4 octobre est le jour de fête de saint François et le dernier jour de la saison de la création.

Cette année, le thème de la saison est la biodiversité, la toile de vie de Dieu. Nous sommes invités à considérer la valeur unique de chaque créature dans la toile merveilleusement complexe de la vie de Dieu.

Il existe du matériel pédagogique. Ci-joint vous trouverez déjà des propositions pour la prière. Dans les semaines à venir, vous recevrez d’autres informations sur des activités possibles. Si vous voulez déjà connaitre plus, consultez, svp, la page suivante : https://seasonofcreation.org/fr/guide-fr/

Salutations fraternelles

Andreas Göpfert, Coordination JPIC-RD

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Journée mondiale des migrants

Il ne s’agit pas seulement de migrants : c’est le thème du message de la journée mondiale des migrants qui aura lieu le 29 septembre prochain. Dans ce texte, le Pape François rappelle que ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement les migrants, mais nous tous.

Le Pape François, dans ce message qui reprend des extraits de ses textes qui abordent la question des migrants, part d’un constat : dans le contexte de la mondialisation de l’indifférence, «les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées et les victimes de la traite des personnes sont devenus l’emblème de l’exclusion», car «on fait peser sur eux un jugement négatif qui les considère comme cause des maux de la société».

En se penchant sur les migrants et les réfugiés, c’est sur notre sort que nous nous penchons finalement, estime le Pape. Quand on parle de migrants, on parle ainsi tout d’abord de «nos peurs». Certes, reconnait François, il est normal «d’avoir des doutes et des craintes». Mais «le problème, c’est quand ceux-ci conditionnent notre façon de penser et d’agir au point de nous rendre intolérants, fermés, et peut-être même – sans nous en rendre compte – racistes». Cette peur nous prive ainsi «d’une occasion de rencontre avec le Seigneur».

Le Pape et des migrants en 2017

La charité commence par les autres

Parler des migrants, c’est aussi parler de charité. Et «la charité la plus élevée est celle qui s’exerce envers ceux qui ne sont pas en mesure de rendre la pareille, ni même peut-être de remercier». D’une manière générale, c’est bien de notre humanité dont il s’agit. «Avoir de la compassion signifie reconnaître la souffrance de l’autre et passer tout de suite à l’action pour soulager, soigner et sauver».

Cette action, elle ne doit exclure personne, précise le Pape. C’est pourquoi «le développement véritable est celui qui se propose d’inclure tous les hommes et toutes les femmes du monde, en favorisant leur croissance intégrale, et qui se préoccupe aussi des générations futures».

Cette inclusion de tous a pour but aussi de mettre les derniers à la première place. «Jésus-Christ nous demande de ne pas céder à la logique du monde, qui justifie la prévarication sur les autres pour mon avantage personnel ou celui de mon groupe : moi d’abord et les autres après !» met en garde François. Pas question de devenir craintif et cynique à force de se désintéresser des autres.

Agir pour les migrants c’est agir pour nous

Quand on parle des migrants, c’est donc de toute la personne, de toutes les personnes dont on parle. «Dans toute activité politique, dans tout programme, dans toute action pastorale, nous devons toujours mettre au centre la personne, sous ses multiples dimensions, y compris sa dimension spirituelle. Cela vaut pour toutes les personnes, auxquelles doit être reconnue l’égalité fondamentale» rappelle le Pape.

Le but finalement de toute notre action est bien de construire la cité de Dieu et de l’homme. Il faut faire face au piège du «développement technologique et de la consommation sans limites» qui attire tout le monde, y compris les migrants. Or leur «présence, parfois dérangeante, contribue à dissiper les mythes d’un progrès réservé à quelques-uns, mais bâti sur l’exploitation de la multitude».

Lire les signes du temps

Le Pape résume la réponse à apporter au défi des migrations par quatre verbes : «accueillir, protéger, promouvoir et intégrer».

«Ils expriment la mission de l’Église envers tous les habitants des périphéries existentielles, qui doivent être accueillis, protégés, promus et intégrés. Si nous mettons ces verbes en pratique, nous contribuons à construire la cité de Dieu et de l’homme, nous encourageons le développement humain intégral de toutes les personnes et nous aidons aussi la communauté mondiale à s’approcher des objectifs du développement durable qu’elle s’est donnés et qu’il sera difficile d’atteindre autrement».

C’est pourquoi, ce n’est pas seulement des migrants dont il s’agit, «mais de nous tous, du présent et de l’avenir de la famille humaine. Les migrants, et spécialement ceux qui sont plus vulnérables, nous aident à lire les “ signes des temps ”. À travers eux, le Seigneur nous appelle à une conversion, à nous libérer des exclusions, de l’indifférence et de la culture du déchet».

Carême 2019 – Chemin de Croix

Le Chemin de Croix de Carême a été préparé par la Coordination JPIC-RD des Missionnaires d’Afrique (Rome, 2019).

Les textes de réflexions sont tirés de l’exhortation apostolique « Gaudete et Exsultate ». Les images du chemin de croix, une réalisation de l’artiste Amblé Sonaglia, viennent de l’Eglise St Polycarpe à Rome. Les stations sont fabriquées avec des clous … qui nous rattachent, nous unissent, nous soudent même davantage à Jésus crucifié.

Pour prier le chemin de croix personnellement, ou pour en évaluer le contenu, veuillez cliquer sur le carré se trouvant à mi-chemin de la barre inférieure de la présentation « Google Slides » ci-dessous, afin de voir la présentation en plein écran. Par défaut, les diapos passent de l’une à l’autre chaque minute, mais vous pouvez forcer le passage ou le retour d’une diapo en manipulant les flèches à gauche de la barre inférieure. Et pour sortir de la présentation plein écran, appuyez sur échappement » (ESC).

 

 

Ci-dessous, vous pouvez télécharger trois documents PDF :

Il vous suffira d’imprimer le premier document en recto verso sur du papier « A4 paysage » pour former un carnet A5 de 16 pages (4 feuilles A4).

Vous pouvez aussi télécharger un autre document PDF comportant les photos des 15 stations du chemin de croix, prêtes à être projetée.

Quant au troisième document, il s’agit des stations, page par page, comme celles de la présentation « Google Slides » ci-dessus.

Campagne de l’UISG pour le climat

Un projet dans lequel toute Sœur dont la
congrégation est membre de l’UISG et leur réseau de
connexions peut faire la différence dans
notre sauvegarde de la planète.

Ce projet est un effort de collaboration de la Commission JPIC au nom de l’UISG et du Global Catholic Climate Movement (GCCM).

Le pape François a souligné le lien fondamental qui existe entre la crise environnementale et la crise sociale que nous vivons actuellement et nous a demandé une conversion écologique personnelle et communautaire. Il nous rappelle souvent que « Tout est interconnecté. »

Même si le projet s’adresse à toutes les congrégations féminines, les congrégations masculines peuvent, doivent en fait, s’y intéresser.

Lien vers le site internet Sowing Hope for the Planet

Esclavage aujourd’hui

A l’occasion de la fête de la Sainte Joséphine Bakhita le 8 février 2019, la communauté Lavigerie de Karlsruhe, en Allemagne, a organisé une soirée de sensibilisation contre la traite des êtres humains. Cette soirée a eu lieu en collaboration avec l’ONG locale « justice project ».

Déjà quelques semaines auparavant, nous avions fait la publicité pour cette rencontre en distribuant des posters dans les paroisses, les universités et les lieux publics d’autres ONG , dans des revues et sur Internet. Nous avons décoré la salle avec des « roll-up » de nos Sœurs et Pères, présentant leur travail à l’occasion du 150ème anniversaire de nos deux instituts.

Scandale de la traite des êtres humains aujourd’hui

Notre réunion a débuté par une vidéo sur Sainte Bakhita et un aperçu de la campagne anti esclavagiste de notre fondateur, le Cardinal Lavigerie. « Justice project » a ensuite présenté ses actions dans la ville de Karlsruhe contre la prostitution forcée, travail de prévention et d’information dans les écoles, les universités et divers groupes d’églises locales et paroisses : Ils essaient d’identifier les femmes victimes. Flora Ridder travaille dans la maison Griesbach ou se trouvent des migrants et des réfugiés ayant des problèmes de santé. En collaboration avec « justice project », elle leur signale des personnes impliquées dans le réseau de prostitution.  Kordula Weber collabore avec « justice project » dans une maison d’accueil de l’état pour tous les migrants et demandeurs d’asile. Chaque mercredi soir y a lieu le café des femmes. En seulement cinq mois, 13 femmes ont pu être aidées. Par la suite, celles-ci peuvent bénéficier d’un logement protégé, d’un accompagnement dans les démarches administratives et recevoir une aide médicale et psychologique.

La prise en charge des personnes victimes du commerce d’organes, de l’exploitation sexuelle d’enfants, du travail forcé, de la prostitution, de la migration forcée, de la marchandisation et l’exploitation des ouvriers agricoles, des jeunes happés par les formes de harcèlement en ligne se fait en collaboration avec d’autres personnes engagées dans l’accueil et l’accompagnement des migrants et réfugiés.

Un apéritif à la fin de la soirée donna l’occasion d’échanger davantage avec les intervenants.

Une eucharistie spécialement préparée par la communauté en cette fête de Sainte Bakhita a été célébrée avec des paroissiens pour prier et sensibiliser les chrétiens sur le trafic humain qui existe encore aujourd’hui.

Très peu de personnes ont répondu à notre invitation, mais cela ne nous empêche pas de continuer à nous déplacer et d’aller au-delà de ce qui est connu pour être semeurs d’espérance.

La Communauté Lavigerie de Karlsruhe

Retour sur la rencontre des Provinciaux à Rome

Récemment a eu lieu, à la Maison Généralice, la rencontre du Conseil Général avec les supérieurs provinciaux et des deux sections. Deux confrères attachés aux services généraux – Stéphane Joulain pour l’intégrité du ministère et Andreas Göpfert pour JPIC – se sont adressés à eux. Voici le résumé de leurs interventions.

 

Stéphane Joulain : Les provinciaux ont pu écouter et discuter avec le P. Benoît Malvaux, Procureur général de la Compagnie de Jésus, invité par le Conseil Général. Le sujet de sa conférence était « l’enquête préliminaire ». Cette conférence fut aussi donnée aux Délégués à la Protection qui a eu lieu en novembre 2018. Ainsi provinciaux et Délégués ont reçu la même information. Cette enquête préliminaire précède le processus canonique en cas d’allégations de comportement contre le sixième commandement par un clerc sur un mineur ou bien un adulte vulnérable. Les provinciaux ont pu poser au Père Malvaux d’autres questions d’ordre canonique. Sa compétence et ses nombreux exemples ont permis d’aborder ces questions difficiles et délicates de manière très pratique et avec le sérieux requis.

Andreas Göpfert : Le 13 février 2019, il y a eu lieu la séance de travail JPIC-RD. Pendant une heure et demi le Conseil général, les Provinciaux et les Supérieurs délégués ont rencontré le coordinateur de JPIC-RD, le P Andreas Göpfert. La première partie de la rencontre a été consacrée à la lecture de quelques signes des temps et aux interpellations entendues lors de l’audience avec le Pape Francois et à la célébration du 150ème anniversaire avec le Cardinal Filoni. (voir PowerPoint ci-dessous) Dans la deuxième partie, le coordinateur est revenu sur le bilan d’activités 2018 en exprimant quelques préoccupations, par exemple par rapport au fonctionnement des commissions provinciales. Il y a eu un échange fructueux entre les participants pour y apporter une amélioration. Le coordinateur a aussi insisté sur la collaboration avec Talitha Kum et avec l’AEFJN et l’AFJN. La troisième partie a donné l’occasion d’expliquer trois événements qui seront organisés par la coordination : atelier de travail « Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique » en mars 2019 à Rome ; réunion d’échange et de concertation « Dialogue islamo chrétien » en avril 2019 à Nairobi ; atelier de formation « Vie en communauté interculturelle comme témoignage apostolique aujourd’hui » en septembre 2019 à Rome. Avant de conclure avec la prière de Ste Bakhita, le coordinateur a donné quelques informations sur la pastorale de la mobilité humaine enseignée à SIMI (Scalabrini International Migration Institute) à Rome (www.simiroma.org/site/)  et à SIHMA (Scalabrini Institute for Human Mobility) à Capetown-South Africa (http://sihma.org.za/).

Démarrez le Power-point en cliquant sur la petite flèche blanche centrale en bas à gauche et faites-le avancer en continuant à cliquer sur la flèche droite.

Rencontre des promoteurs JPIC à Rome

La réunion mensuelle des promoteurs JPIC s’est tenue le 20 février 2019 au siège de l’UISG à Rome. Cette réunion, organisée par le Groupe de travail africain, avait pour thème « L’état de l’Islam en Afrique subsaharienne : des clés pour mieux comprendre l’expansion de l’Islam ».

Après la prière d’ouverture préparée par Sœur Ignatia Asoh (TSSF) et Sœur Caroline Njah Bongnavti (SUSC), et la présentation des 20 participants de diverses congrégations et instituts religieux, le Père Mariano Tibaldo (MCCJ) a présenté l’orateur. Le Père Felix Phiri est ancien directeur des études islamiques à l’Université Tangaza de Nairobi et ancien professeur et maître de conférences à l’Institut pontifical pour les études arabes et islamologiques (PISAI). Il est actuellement responsable de la Province d’Afrique Australe des Missionnaires d’Afrique.

Au début de la conférence, le P. Phiri a expliqué l’expansion territoriale de l’Islam à ses débuts. Ensuite, il s’est concentré davantage sur l’Islam en Afrique subsaharienne en montrant comment l’Islam s’est répandu en Afrique. L’orateur a ensuite souligné les cadres conceptuels qui sous-tendent l’expansion islamique. Il a donné une explication complète sur « Da’wah » qui se réfère aux activités missionnaires islamiques à l’époque moderne. Il a mis l’accent sur les différents types de « djihad », le djihad intérieur et extérieur, et ses formes extrémistes qui se répandent actuellement dans divers pays africains comme le Nigeria, le Mali et le Kenya.

Le mouvement Da’wah est encouragé par plusieurs acteurs de la propagation islamique, tels que les gouvernements islamiques, les organisations internationales musulmanes, les organisations non gouvernementales et les initiatives musulmanes individuelles. L’infrastructure islamiste dans le monde entier s’appuie fortement sur la « zakat », la charité obligatoire exigée par l’Islam, généralement 2,5 % de ses revenus annuels.

Les agents de la propagation islamique explorent diverses stratégies telles que les médias, les écoles et les universités, les projets de protection sociale ainsi que le financement des mosquées, des centres islamiques et des madrassas. Il y a aussi différentes façons d’aborder la politique nationale, l’économie, la société, la vie familiale, l’éducation, la langue et les habitudes culturelles quotidiennes.

Le P. Phiri a conclu en disant que bien qu’étant une religion à vocation universelle, l’Islam prévoit une coexistence avec les autres religions. Dans son orientation expansionniste, l’Islam n’a besoin de la permission de personne, a souligné le P. Phiri, au contraire, les musulmans seraient heureux de voir l’Islam devenir plus accepté dans la société. (cliquez ici pour le contenu de la conférence – EN ANGLAIS)

Au cours de la deuxième partie de la conférence, les participants ont posé des questions sur la cohabitation des musulmans et des chrétiens. Les réponses données par le P. Phiri étaient claires et réalistes. Il a encouragé les participants à vivre leur témoignage à travers une authentique vie chrétienne en cohérence avec le message de Jésus. A la question sur la visite historique du Pape François aux Emirats Arabes Unis, l’orateur a souligné le geste important de la rencontre, la venue en ami, l’importance de la collaboration entre musulmans et chrétiens.

A la fin de la conférence, le modérateur, au nom de tous les participants, a exprimé sa profonde gratitude au P. Felix Phiri pour sa conférence très intéressante et impressionnante sur l’Islam en Afrique subsaharienne.

Avant de conclure la réunion, Sr Sheila (secrétaire exécutive) a donné quelques informations sur les événements futurs organisés par la commission JPIC.

Andreas Göpfert (MAFR) et Mariano Tibaldo (MCCJ)

Autour de l’évènement Bakhita en Pologne

« Ensemble contre la traite des êtres humains

Un compte-rendu des événements de Lublin (Pologne) autour de la Journée de prière et de réflexion sur la lutte contre la traite des êtres humains :

  • La Veillée, qui a eu lieu le 8 février 2019 dans l’église de la Sainte Famille à Lublin était organisée par Sr. Bożena Noge FMM.
  • La messe missionnaire et la réunion avec Mr. Radek Malinowski à la maison des Pères Blancs à Natalin le 9 février 2019.

Le temps de la Création, semaine 5

La célébration du temps de la création, qui prend son origine dans la tradition orthodoxe, a été reprise par le Conseil Mondial des Eglises et recommandée à l’Eglise Catholique par le Pape François. Les textes de la dernière semaine montrent que notre engagement pour la préservation de la création pour les générations futures fait partie de notre vocation qui est de prier, de penser, de vivre et d’agir comme Jésus.

 

Thème de la cinquième semaine :

Transmettre l’invitation à suivre Jésus

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 5.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 4.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 3.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 2.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 1.

 

Le temps de la Création, semaine 4

La célébration du temps de la création, qui prend son origine dans la tradition orthodoxe, a été reprise par le Conseil Mondial des Eglises et recommandée à l’Eglise Catholique par le Pape François. Dans la quatrième semaine rappelons-nous que nous ne sommes pas des maîtres, mais des serviteurs de nos contemporains et de la création.

Thème de la semaine 4 :

Partager la joie de servir

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 4.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 3.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 2.

Téléchargez les textes bibliques et liturgiques de la semaine 1.