Atelier sur l’interculturalité

Atelier sur l'interculturalité

L’atelier sur le thème « Vivre en communauté interculturelle comme témoignage apostolique aujourd’hui » aura lieu à la Maison généralice du 1 au 8 septembre 2019. Des confrères de toutes les provinces et sections y participent en vue de devenir des personnes ressources à la disposition de leur province respective. 

Pourquoi cet atelier de formation ? Nous voulons faire suite au 28ème Chapitre général qui ‘’nous invite tous à nous engager pleinement à bâtir des communautés véritablement interculturelles’’.

Andreas Göpfert

Atelier sur le ‘Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique’ (4è partie)

Dialogue d’action œcuménique : Promouvoir la paix et la sauvegarde de la maison commune, notre planète

Andreas Göpfert nous a aidés à réfléchir sur la manière dont le dialogue, y compris le dialogue œcuménique, peut être un catalyseur pour la paix et la cohésion sociale. Lors de l’audience privée avec les M.Afr et les SMNDA à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire, le pape François a encouragé les missionnaires de la famille Lavigerie à être des bâtisseurs de ponts pour construire la paix et inspirer l’espérance.

La promotion de l’écologie intégrale et de l’attention portée à sauvegarde de la ‘maison commune’ peut être une grande ouverture pour le dialogue œcuménique. Venerato Babaine a partagé ses expériences de travail dans ce domaine en Zambie. Il considère les principes et les pratiques écologiques comme une porte inévitable pour l’œcuménisme et l’activité missionnaire. En nous référant à Laudato Si’, nous pouvons voir qu’il existe une interconnexion claire entre la clameur de la terre et la clameur des pauvres. Les chrétiens de toutes confessions devraient travailler ensemble pour sauvegarder notre maison commune et, ce faisant, promouvoir la dignité humaine et la justice sociale.

Quelle est la contribution de l’Église orthodoxe à l’écologie ? Frans Bouwen nous a informé que le Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomaios, fut l’un des premiers dans le monde chrétien à mettre en lumière la dimension spirituelle de la crise écologique actuelle. En fait, les racines de cette crise sont spirituelles et éthiques : autosuffisance, égoïsme, consommation, destruction de la nature, etc. L’orthodoxie promeut une ‘ecclésiologie comme écologie’ et propose une éthique ascétique comme antidote à la consommation moderne et une vision eucharistique de l’action de grâce comme attitude de vie qui respecte l’intégrité de la création.

Serge Traoré nous a expliqué comment le prochain Synode sur l’Amazonie (6-27 octobre 2019) ouvrira de nouvelles voies pour l’Église et pour une écologie intégrale. Son but est de façonner l’Église avec un visage amazonien. En même temps, ce synode offre à l’Église l’occasion de réfléchir sur l’interdépendance de sa mission, en particulier par rapport aux dimensions JPIC-RD. Il y aura de nombreuses possibilités d’activités œcuméniques en faveur de la préservation de l’écosystème et de la justice sociale. Nous constatons également une évolution vers une coopération ‘Sud-Sud’ au niveau ecclésiologique et théologique. Qu’est-ce que l’Église (et les missionnaires) en Afrique peut-elle apprendre de l’expérience de l’Église de l’Amazonie ?

Sœur Sheila Kinsey, FCJM, a conclu notre série de conférences par une présentation intitulée :‘Laudato Si’ et le dialogue œcuménique : un appel à l’engagement prophétique’. Elle nous a rappelé que le Pape François appelle tous les religieux à être des prophètes d’espérance, pleins de passion et ouverts à de nouvelles opportunités : www.sowinghopefortheplanet.org  La crise sociale actuelle exige une conversion écologique personnelle et communautaire. Elle nous a donné un aperçu de l’utilisation du site web de l’UISG  » Semer l’espoir pour la planète  » et nous a parlé d’une initiative visant à créer des ‘Tentes de martyrs’ lors du prochain Synode sur l’Amazonie pour honorer tous ceux qui ont donné leur vie pour protéger la création divine.

Toutes ces présentations informatives ont donné un excellent panorama de la vision et de l’engagement de l’Église envers l’œcuménisme et de ce que nous, Missionnaires d’Afrique, faisons pour l’intégrer dans nos diverses activités apostoliques. Les participants se sont répartis en petits groupes pour formuler quelques recommandations concrètes afin que cette dimension de la mission de l’Église soit pleinement intégrée à la vie de notre Société.

Atelier sur le ‘Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique’ (3è partie)

Dialogue œcuménique en Afrique

Bernhard Udelhoven a exploré le sujet ‘Là où la foi contagieuse donne du pouvoir aux pauvres : défis et leçons pentecôtistes pour l’Église catholique’. Il a souligné comment les nouvelles églises pentecôtistes en Zambie ont réussi à autonomiser les gens, en particulier les pauvres. Ces églises offrent des réponses aux besoins de la population locale qui, en général, désire conquérir des pouvoirs maléfiques tels que la sorcellerie et la misère sociale. Nous, catholiques, sommes invités à aller à la rencontre de ces églises et à apprendre pourquoi elles sont capables d’attirer tant de fidèles.

Paul Reilly a fait un exposé sur le ‘Dialogue œcuménique en Éthiopie : Particularité, enjeux et défis’. Il a mis en lumière le travail œcuménique des M.Afr. avec les chrétiens orthodoxes d’Ethiopie. Depuis l’arrivée des premiers confrères en 1967, l’œcuménisme est un mode de vie en Éthiopie. Malgré les défis évidents d’être missionnaires de rite latin travaillant dans les diocèses de rite oriental, ainsi que les tensions historiques entre catholiques et orthodoxes, nos confrères font de leur mieux pour s’adapter à cette réalité œcuménique avec patience et humilité.

Andreas Göpfert a donné un aperçu de la manière dont l’œcuménisme est intégré dans les deux Synodes sur l’Afrique en explorant les textes de référence de l’Ecclesia in Africa et de l’Africæ Munus.

Comment nous M.Afr. et comment nos églises locales reçoivent-elles ces textes officiels ? Andreas nous a aussi aidés à réfléchir sur la manière dont nous pouvons intégrer le dialogue œcuménique dans nos différentes activités missionnaires aujourd’hui. Quels sont les différents types de dialogue ?

A qui s’adresse le dialogue ?

Pourquoi s’engager dans le dialogue œcuménique ?

Comment pouvons-nous aider à éduquer les gens à discerner des façons de vivre et de pratiquer le dialogue œcuménique ?

Les réponses aux questions suivantes pourraient donner des pistes pour s’impliquer davantage dans le dialogue œcuménique d’aujourd’hui :

  1. Comment éveiller l’intérêt des confrères à découvrir les frères et sœurs chrétiens d’autres dénominations qui vivent autour d’eux ? Que pouvons-nous leur offrir ?
  2. Comment pouvons-nous encourager nos confrères à rencontrer des frères et sœurs chrétiens d’autres dénominations ? Par quels moyens ?
  3. Que pouvons-nous offrir à nos confrères pour qu’ils réfléchissent sur les cinq dimensions de l’œcuménisme et pour qu’ils puissent les prendre en considération dans leur ministère pastoral ?

Atelier sur le ‘Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique’ (2è Partie)

Voici la suite du rapport – ainsi que les textes des conférences, souvent dans leur langue originale – de l’atelier qui a eu lieu fin mars à la Maison Généralice sur le « Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique ». La première partie du rapport avait été publiée le 14 avril. Bonne lecture.

Œcuménisme dans le monde

Frans Bouwen a rappelé les documents officiels de l’Église catholique concernant l’œcuménisme. Celles-ci sont : Unitatis Redintegratio (1964) [Décret sur l’œcuménisme de Vatican II] ; Ut Unum Sint (1995) [Jean-Paul II] ; et le Directoire pour l’application des Principes et Normes sur l’œcuménisme (1993). En fait, il n’existe pas d' »œcuménisme catholique », mais plutôt d’œcuménisme tout court. L’Église fait déjà l’expérience d’une  » communion réelle mais imparfaite « . Comment l’aider à grandir vers sa plénitude ?

Quel est l’engagement œcuménique du Pape François ? Andreas Göpfert a abordé ce thème en mettant en lumière les cinq dimensions de l’œcuménisme : 1) œcuménisme de la rencontre ; 2) œcuménisme pratique (dialogue œcuménique d’action / diaconie œcuménique) ; 3) dialogue œcuménique théologique ; 4) prière pour l’unité chrétienne ; 5) œcuménisme du sang (du martyre). Le Pape François dit que nous sommes tous appelés à être des chrétiens œcuméniques. Nous sommes des pèlerins ‘en marche’ vers la terre promise qu’est l’unité visible. Sommes-nous Missionnaires d’Afrique engagés à marcher sur cette route de l’œcuménisme ‘en marche’ ?

Prof. Gioacchino Campese, CS a donné une conférence intitulée ‘Ensemble vers la vie : Réflexion sur la mission œcuménique’. Il a présenté le document « Ensemble vers la vie : mission et évangélisation dans des contextes en évolution », rédigé par la Commission de Mission et d’évangélisation (CME), approuvé par le Comité central du COE en 2012 et présenté officiellement en 2013 lors de l’Assemblée du COE à Busan (Corée). Ce document nous rappelle que la mission est une vocation de l’Esprit de Dieu qui est à l’œuvre dans un monde où la plénitude de la vie est à la portée de tous et où la catholicité est une qualité qui décrit le véritable œcuménisme et pas seulement un terme qui définit une dénomination chrétienne particulière.

Leo Laurence s’est concentré sur la ‘Commémoration commune de la Réforme’ (2017) entre catholiques et luthériens comme un point de non-retour vers l’unité chrétienne. Être chrétien aujourd’hui signifie être œcuménique et célébrer l’unité dans la diversité. Sommes-nous prêts à remettre en question nos propres préjugés ?

Frans Bouwen a offert aux participants un ‘Panorama des Eglises orientales’ en soulignant la distinction importante entre la ‘diversité’, qui permet une compréhension plus profonde et une expression et une célébration plus complètes de la foi en Christ, et la ‘division’, qui contredit l’essence et la mission de l’Eglise. Tous deux ont joué un rôle important dans l’origine et l’histoire des Églises orientales et orientales. Les différences ne sont pas seulement liturgiques, mais aussi dans la manière dont ils ont reçu et vécu l’Evangile dans leur contexte particulier. Pour ceux qui aimeraient travailler pour l’inculturation, il est bon de connaître leur histoire.

Il existe différentes façons de présenter le mouvement œcuménique. Dans le contexte actuel ne faut-il pas plutôt représenter ce mouvement œcuménique en employant la métaphore du ‘delta’ que celle du ‘fleuve’ ? Dans son exposé, Andreas Göpfert a repris certaines réflexions de la Pasteure Jane Stranz.

Atelier sur le ‘Dialogue œcuménique, un appel pour un engagement prophétique’ (1è partie)

Du 28 mars au 4 avril, un atelier sur le dialogue œcuménique a été organisé à Rome par Andreas Göpfert, coordinateur de JPIC-ED. Les participants à l’atelier étaient :

    • Richard Nnyombi, coordinateur JPIC-RD pour le secteur Ouganda (EAP)
    • Frans Bouwen, coordinateur JPIC-RD pour le secteur Jerusalem (EPO)
    • Paul Relly, coordinateur JPIC-RD pour le secteur Ethiopia (EPO)
    • Babaine Venerato, délégué provincial pour le secteur Zambia (SAP)
    • Bernhard Udelhoven, de Fenza (SAP)
    • Maria Joseph Leo Laurence, en formation at St. Anselme (Rome)
    • Ignatius Anipu, assistant chargé de RD (Généralat Rome)
    • Martin Grenier, assistant chargé de JPIC (Généralat Rome)
    • Andreas Göpfert, coordinateur de JPIC-RD (Généralat Rome)

Début de la session

Après la prière d’introduction animée par Martin Grenier (assistant général chargé de JPIC), la première journée de notre atelier a été officiellement ouverte par Ignatius Anipu (assistant général chargé de Rencontre et Dialogue – Œcuménisme). Dans son discours d’ouverture, Ignace a invité les participants et tous les missionnaires d’Afrique à être des acteurs actifs de l’œcuménisme dans leurs engagements missionnaires. Faisant le lien entre le présent atelier et les 150 ans de fondation de la société, Ignace a souligné le fait que l’œcuménisme a toujours fait partie de notre charisme depuis le temps de notre fondateur Lavigerie.

Andreas Göpfert, coordinateur de JPIC-ED, a présenté l’emploi du temps de la session et la méthodologie basée sur VOIR – JUGER – AGIR. Il a expliqué l’objectif de l’atelier « Entamer un processus visant à approfondir notre orientation œcuménique et à l’intégrer dans nos engagements missionnaires pour la sauvegarde de notre maison commune, la paix et la cohésion sociale ». Il a insisté sur l’interconnexion de tous ces sujets en faisant référence au polyèdre.

VOIR : Engagement œcuménique des M.Afr - hier et aujourd’hui

Frans Bouwen a commencé une série de présentations sur les M.Afr et leur engagement œcuménique passé et présent avec son exposé sur Sainte-Anne à Jérusalem comme premier engagement concret des M.Afr. dans le domaine de l’œcuménisme. Cette présentation a permis de situer les participants dans le contexte historique du cardinal Lavigerie et des activités œcuméniques de la Société au Moyen-Orient et avec les Églises orientales.

Richard Nnyombi a fait une présentation sur l’évangélisation de l’Ouganda en montrant ce que  les premiers confrères arrivés en Afrique centrale ont vécu par rapport au contexte interreligieux et interchrétien. Malgré les conflits qui ont eu lieu entre catholiques et protestants, il y a eu aussi bien des exemples fructueux de collaboration et des exemples comme  » l’œcuménisme du sang « . En effet, les martyrs catholiques et anglicans étaient unis dans la souffrance pour leur foi en Christ.

Ignatius Anipu a donné un aperçu des derniers Chapitres Généraux de la société des M.Afr. au sujet de l’œcuménisme. Tous les participants étaient positivement surpris d’apprendre que les chapitres ont souligné constamment l’importance de l’œcuménisme pour nos engagements missionnaires. Alors une question cruciale se pose par rapport à l’application des décisions prises lors des chapitres : prenons-nous le contenu de nos chapitres au sérieux ?

Andreas Göpfert a présenté un résumé des activités œcuméniques dans lesquelles nos confrères sont engagés à travers le monde et il a invité les participants à compléter ces informations.  Souvent l’un ou l’autre confrère est localement engagé dans le dialogue œcuménique sans que ce soit connu à une échelle plus large.

 

Ancien directeur du PISAI à la tête du dialogue interreligieux

Le Pape a nommé ce samedi 25 mai président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux Mgr Miguel Angel Ayuso Guixot, 67 ans en juin, et jusqu’à présent secrétaire du dicastère. Il succède au cardinal Jean-Louis Tauran, décédé en juillet 2018. Depuis, il a assuré la direction du conseil, rédigeant notamment les messages aux fidèles bouddhistes, taoïstes ou musulmans.

Né le 17 juin 1952 à Séville, en Espagne, il est missionnaire combonien du Cœur de Jésus. Il a été ordonné prêtre le 20 septembre 1980, et a été en mission en Egypte et au Soudan jusqu’en 2002.

Expert de l’islam

Il a obtenu une licence en études arabes et islamiques au Pisai de Rome en 1982 et un doctorat en théologie dogmatique à l’université de Grenade en 2000. En 1989, il est devenu professeur d’islamologie, d’abord à Khartoum, puis au Caire avant d’enseigner à l’Institut pontifical d’études arabes et islamiques (Pisai) dont il est devenu par la suite le directeur, jusqu’en 2012. Il a ainsi dirigé différentes rencontres de dialogue interreligieux en Afrique (Egypte, Soudan, Kenya, Ethiopie et Mozambique).

Il a été nommé le 30 juin 2012 par Benoît XVI secrétaire du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, étant nommé par le Pape François évêque titulaire de Luperciana, et ordonné en mars 2016. Outre l’espagnol, il parle l’arabe, l’anglais, le français et l’italien.

Mgr Miguel Ayuso, «très reconnaissant et honoré» par cette nomination, souhaite s’investir à bâtons rompus dans la culture du dialogue: «Il y a beaucoup de choses à réparer, recoudre et reconstruire dans notre monde. Il y a cette nécessité du dialogue, nous avons tous des valeurs communes, spirituelles et sociales à partager et promouvoir». De même, dans l’éducation, religieuse, surtout: «La promotion d ‘une nouvelle lecture des textes sacrés».

Selon le nouveau président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, il apparaît clairement que «l’Église ne peut pas rester close en elle-même, ni rester à la frontière, mais aller à la rencontre des différentes traditions, religions, et cultures. Un défi constant, dans les pas de Nostra Aetate», a-t-il relevé.

Sergio Centofanti, Hélène Destombes  – Cité du Vatican
25 mai 2019

Construire des communautés interculturelles

Du 10 au 16 février 2019, le Père Freddy Kyombo Senga et la Sœur Zawadi Barungu ont animé un atelier sur l’interculturalité à Rabat, au Maroc. Voici leur compte-rendu.

Les participants à la session autour de l’archevêque de Rabat, Mgr Cristobal Lopez.

Pendant cinq jours nous avons collaboré à tour de rôle et en l’interdépendance à donner des conférences et organiser des d’échanges pour un groupe de 11 missionnaires consacrés de différentes nationalités et communautés religieuses apostoliques, venant de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc.

Nous réalisons encore une fois combien ce thème INTERCULTURALITÉ répond réellement au besoin de la vie consacrée aujourd’hui, nous avons pris conscience encore une fois de la spécificité de notre Charisme commun comme famille Lavigerie, son apport dans la formation de membres de l’Eglise locale et à son développement intégral.

Voici un petit recueil de l’évaluation de participants :

« Je comprends maintenant d’où vient ma souffrance… je me sens guérie de ma blessure »

« Pouvez-vous venir si nous vous invitons à l’île Maurice pour rencontrer les consacrés de mon pays d’origine ? »

« Vous nous avez donné des clés pour avancer dans notre vie en tant que personne consacrées, mais il nous reste beaucoup à faire »

« Les animateurs étaient motivés et à la hauteur… les conférences étaient riches, bien décortiquées, bien explicites et concrètes, interpellantes et proches de la réalité concrète de notre vie comme personne humaine, mais aussi comme consacrées. »

A travers les évaluations nous remarquons que les participants ont besoin d’apport théorique pour comprendre le sujet mais ont aussi un grand besoin de partager leurs propres expériences du vécu et/ou des conflits dans la vie interculturelle de l’Eglise ou des communautés.

Il faudra prochainement leur donner un peu plus de temps pour l’intégration personnelle ou en groupe, et l’accompagner d’un questionnaire.

L’Archevêque de Rabat Mgr Cristobal LOPEZ ROMERO, est venu nous visiter plusieurs fois, il a apprécié l’initiative de former les consacrés à la vie interculturelle, outil nécessaire à notre témoignage d’Eglise du Maghreb et d’ailleurs.

Mgr Cristobal, dans son bureau, donnant l’explication de ses armoiries aux participants de la session.

Le bureau des supérieurs majeurs du Maghreb a très bien organisé cet atelier et pris en charge notre séjour au travers la Sœur Mary DONLON (Irlandaise), provinciale des Franciscaines Missionnaires de Marie, qui nous a accompagnés dans la bonne réalisation de ce projet.

De gauche à droite Sœur Mary Donlon, Mgr Cristobal, Père Freddy et Sœur Zawadi.

Nous sentons à travers les impressions des participants, « que la moisson est grande… »

Nous nous préparons au prochain atelier en Tunisie avec plus de précisions en tenant compte de ce vécu très encourageant.

Nous sommes heureux d’avoir pu réaliser ce projet de notre famille Lavigerie et de répondre ainsi aux appels de l’Eglise.

Père Freddy KYOMBO SENGA, M.Afr. et Zawadi BARUNGU, SMNDA

Et ci-dessous, un court-métrage de l’entrevue de Mgr Cristobal Lopez Romero, évêque de Rabat, avec le Père Freddy.

 

Jerusalem – Frans Bouwen on Christian Unity

An Ecumenical look at the year 2018 prior to the week of prayer for Unity

JERUSALEM – On Wednesday, January 16, 2019, the Jerusalem Bible and Archeology School hosted the traditional lecture given by Father Frans Bouwen, M.Afr., Before the Week of Prayer for Unity. The White Father, a specialist in Eastern Churches and dialogue with the Eastern Christian Churches, presented ecumenical news of the year 2018 to the faithful and religious of Jerusalem who will gather from Saturday to live a time of communion through daily celebrations.

Unity Week is an event of great importance in Jerusalem, and the presence of the various Christian Churches encourages them to welcome each other each day to share a time of prayer. These celebrations attract many faithful and some of them are even pilgrims who come especially to the Holy City to participate in this very special week.

Every year, on this occasion, the Commission for Ecumenical Dialogue presents a conference on ecumenical events of recent months, a way to invite the faithful to pray with the knowledge of the road traveled and to travel to live the Unity. Father Frans Bouwen is the president of this episcopal commission, and is in charge of disseminating the latest news of these moments of encounter between the different Churches. The Missionary of Africa, a member of the Joint Commission for Theological Dialogue between the Catholic Church and the Orthodox Church, has an expansive knowledge of the Eastern Churches. However, Father Frans at the beginning of the conference did not fail to specify that his presentation was, by necessity, presented in a subjective manner, that of a Catholic theologian established in Jerusalem.

Read the artcle of Cécile Klos on the website of the Latin Patriarchate of Jerusalem.

‘’Katholikentag’’… Le rassemblement des Catholiques en Allemagne

Du 9 au 13 mai 2018 a eu lieu le grand rassemblement des Catholiques à Münster, au nord d’Allemagne. Plusieurs sœurs missionnaires de notre Dame d’Afrique et plusieurs missionnaires d’Afrique y ont participé. Ensemble ils ont accueilli beaucoup de visiteurs dans leur stand commun. Quelques sœurs et confrères sont venus de Pologne pour y participer et pour enrichir visiblement notre internationalité et interculturalité.Nombreux étaient les visiteurs qui se sont arrêtés devant le stand pour une conversation personnelle, pour chercher des informations sur nos instituts missionnaires et sur l’Afrique. Parfois aussi attirés par le son des tam-tams, plusieurs personnes sont venues par curiosité ou bien par nostalgie d’un séjour dans un pays d’Afrique, ou bien parce que l’un ou l’autre a une connaissance parmi nos sœurs ou confrères.

A plusieurs reprises, nous avons vécu la joie des retrouvailles. Perdus de vue après tant d’années, le stand a permis de se revoir, de se rencontrer et d’échanger.

A part de ces rencontres intéressantes et enrichissantes, le stand a transmis des messages sur nos priorités missionnaires et sur nos différents champs d’apostolat.

 
Google has deprecated the Picasa API. Please consider switching over to Google Photos

« Cherchez la paix par le dialogue interreligieux » : l’exemple du Nord du Ghana

Les organisateurs du rassemblement des Catholiques (« Katholikentag ») ont invité une délégation du Nord du Ghana. Ainsi notre confrère Mgr. Richard Baawobr, évêque de Wa, a pu venir à Münster. Lors d’une conférence sur le dialogue interculturel, il a partagé son expérience sur le dialogue islamo-chrétien. Ensemble avec Dr. Hazic Hussein Zakaria, Imam de la mosquée Quran de Tamale, ils ont donné des nombreux exemples sur le dialogue vécu au sein de la société au Nord du Ghana. Lors de la conférence, deux experts et le public ont eu l’occasion de poser des questions aux conférenciers pour mieux comprendre le contexte et la pratique interreligieux. Les défis du dialogue se situent en particulier au niveau : des mariages mixtes, des écoles mixtes qui sont fréquentés par des élèves de différentes religions et la sensibilisation des leaders religieux à la base.

 
Google has deprecated the Picasa API. Please consider switching over to Google Photos

Personnellement, j’ai retenu un message qui m’a profondément touché : Le Dieu d’amour a créé musulmans et chrétiens, non pas pour qu’ils luttent les uns contre les autres, mais pour qu’ils puissent apprendre à vivre ensemble et à s’engager ensemble pour plus de paix dans le monde.

Andreas Göpfert, MAFr

Nouvelle Antenne d’AEFJN au Kenya

Une nouvelle antenne d’AEFJN a été lancée à Nairobi le 16 février 2018. Elle a été précédée d’un atelier de deux jours (15-16 février) sur le plaidoyer et AEFJN. L’antenne est ancrée par les Conférences des supérieurs/es majeurs/es du Kenya. Avant cette période, les deux conférences (congrégations religieuses masculines et féminines) travaillaient indépendamment l’une de l’autre. AEFJN est maintenant une voix commune pour les deux conférences. Une structure permettant de coordonner les activités de l’antenne pour la prochaine une année a été mise en place. L’antenne a choisi le thème de l’évasion fiscale/ blanchiment d’argent pour ses activités de plaidoyer et se réunira dans les prochains jours pour développer son Plan d’Action sur ce thème. Le Secrétariat est très reconnaissant à l’antenne du Royaume-Uni et à l’Exécutif pour leurs contributions à la mise en place de la nouvelle antenne. L’antenne du Royaume-Uni s’est encore engagée à collaborer étroitement avec la nouvelle antenne pour la guider.

D’autres antennes existent au Cameroun et dans la République centrafricaine.

http://aefjn.org/fr/antenne-de-nairobi-kenya/