Congrès international Pluriel

Le second congrès international de PLURIEL a eu lieu à Rome du 26 au 28 juin 2018 sur le thème : « Islam et appartenances ».

PLURIEL est la Plateforme Universitaire de Recherche sur l’Islam en Europe et au Liban, dont le PISAI est un partenaire.

Les interventions du congrès seront mises en ligne dans les semaines à venir.

Pour plus d’information veuillez svp consulter : https://pluriel.fuce.eu/

Photos : Prises pendant la conférence de M Gianluca Parolin avec le modérateur, le Père Diego Sarrio du PISAI

Vivre ensemble

« Vivre Ensemble » … C’était le thème proposé par l’Algérie à l’ensemble des pays du monde par le biais de l’ONU pour célébrer le 16 mai de chaque année. C’est ainsi que déjà la veille, le 15 mai, un riche débat a eu lieu à la radio et télévision algérienne sur ce thème avec notamment la participation de Mgr. Henri Teissier et d’autres personnalités du pays. Le lendemain, une belle fresque fût inaugurée à la Maison St. Augustin, où justement un groupe de personnes est appelé à partager la vie journalière la plus ordinaire possible « jour après jour ». Or il s’agit de gens qui portent déjà le poids de l’âge, qui ont eu, pour la plupart, des responsabilités assez importantes. Aujourd’hui, ils sont obligés de se faire aider par d’autres. Mais ils ont également la tâche de se rendre ‘supportables’ les uns aux autres. Des amis algériens et étrangers sont là, auprès d’eux, pour leur faciliter la tâche. Nous connaissons tous des situations semblables dans nos familles, avec nos parents et nos proches.

Tout cela rejoint le sens de la conférence de l’après-midi du 16 mai, à la Maison diocésaine où une assistance nombreuse d’environ 200 personnes, musulmans, chrétiens et libre-penseurs ont échangé sur ce sujet de « Vivre ensemble ». Une très belle introduction présentée par quelques membres de la confrérie musulmane, nommée « Tarique des Alouines », puis par Mgr. Teissier et de nombreux autres intervenants venus spontanément de la salle, ont facilité la profondeur et la richesse des échanges. A chaque exemple cité, il en résulte que si nous voulons avancer sur le chemin de la paix, il est indispensable de se respecter les uns et les autres, qu’on soit musulman, chrétien ou libre-penseur. En pensant à la béatification future des 19 martyrs des années 1990 – 2000, nous constatons que la vie de chaque martyr a été justement un témoignage de vie simple, vraie et engagée dans « le va et vient » de tous les jours. En se mettant au diapason « de l’ordinaire », on réalise « l’extraordinaire » ! C’est-à-dire : s’aimer les uns les autres !

Ayant été toute ma vie en contact avec des handicapés, des migrants, des réfugiés, « des gens pas comme tout le monde », j’ai pu sentir combien il est dur de se faire accepter dans la différence et de se sentir différent.

C’est pour cela qu’une journée sur le thème « Vivre ensemble » est importante. Que la construction « de ponts » entre personnes de différentes opinions et de différentes religions est importante, je dirais une obligation pour chacune et chacun. Cette journée du 16 mai, nous a rappelé tout cela.

« Le ftour »

L’iftar (en arabe : إفطار, également ftour ou ftor dans les dialectes maghrébins) est le repas qui est pris chaque soir par les musulmans au coucher du soleil pendant le jeûne du mois de ramadan. Le terme iftar est à rapprocher de fitr (dans Aïd el-Fitr, la fête qui marque la fin du mois de ramadan), avec le sens de « rupture du jeûne ». En dehors de ce contexte, le terme désigne le petit déjeuner. L’iftar peut être un repas pris en famille, ou un banquet se déroulant dans une mosquée ou un autre lieu public. (Wikipedia)

C’est dans le sens de ce que je dis plus haut que nous avons pu vivre aux « Sources » (un quartier d’Alger), une semaine plus tard, le 25 mai, un repas convivial de ramadan où furent présents pas moins de 75 personnes, pour la plupart des musulmans, mais avec la présence de quelques chrétiens et dans la maison d’un chrétien.

Le début du repas de ramadan commence invariablement avec le souhait « Ghafrou Baadakoum » (pardonnez les uns aux autres). Le repas fut suivi d’une belle soirée des chants poétiques qui nous ont tous touchés au cœur. Nous nous sommes quittés vraiment dans une profonde ambiance de paix et de bien-être. Mais d’autres signes semblables ont pu être observés durant ce mois sacré. Malgré tous les refoulements aux frontières, pénibles et parfois brutaux, des migrants subsahariens, des moments positifs ont été vécus à plusieurs endroits. Chaque soir, lorsque je me rendais à la gare routière d’Alger, des migrants furent accueillis « les bras ouverts » à la table du « ftour » avant de les accompagner au bus pour un retour volontaire dans leur pays d’origine. C’était vraiment touchant. D’ailleurs, ces instants de convivialité envers ceux et celles qui n’avaient rien à manger se sont répétés pour de nombreuses personnes de la ville et du pays. . Nous avons constaté ce partage à la Gare ferroviaire d’El Harrach. Puis dans la rue de Didouche Mourad à Alger. Là une table de plus de cent mètres fût dressée pour que tous ceux qui voulaient s’ y asseoir puissent prendre le repas, y compris les femmes.

Oui, nous pouvons dire que cette année, le temps du ramadan fut aussi un temps de grâce favorisant la rencontre les uns avec les autres, mettant en pratique le beau thème du 16 mai : « Vivre Ensemble ».

Alger le 15 juin 2018
1ier jour l’Aïd Seghir
Jan Heuft, M.Afr.

Fête de ‘Id al-Fitr

Très prochainement nos frères et sœurs musulmans célébreront ‘Id al-Fitr pour marquer la fin du mois du Ramadan.

Une visite de courtoisie chez la famille voisine, une salutation cordiale, un message de bénédiction par SMS, des vœux envoyés via WhatsApp, un coup de téléphone, et là où c’est possible, une présence à la cérémonie, sont tant de gestes concrets par lesquels nous pouvons exprimer notre esprit d’ouverture, de respect, de bonne volonté et de bienveillance, pour souhaiter la bonne fête à nos frères et sœurs dans la foi musulmane.

Le message du Conseil pontifical pour le Dialogue inter-religieux pour la fête ‘Id al-Fitr nous invite tous à « établir une base solide pour des relations pacifiques, loin de la compétition et de la confrontation, pour fonder une coopération efficace en vue du bien commun. Cette attitude positive constitue une aide à l’égard de ceux qui se trouvent dans le besoin et nous permet d’offrir un témoignage crédible de l’amour du Tout-Puissant pour l’humanité tout-entière. … Afin de poursuivre nos relations pacifiques et fraternelles, travaillons ensemble et honorons-nous les uns les autres. Ainsi, nous rendrons gloire au Tout-Puissant et favoriserons l’harmonie dans nos sociétés, toujours plus multiethniques, multireligieuses et multiculturelles… »

Exprimons notre solidarité par notre prière et par un effort personnel pour construire des relations pacifiques et fraternelles !

Que le Dieu de miséricorde et d’amour nous accorde la Paix dans notre vie quotidienne !

Andreas Göpfert, M.Afr.
Coordinateur JPIC-RD

‘’Katholikentag’’… Le rassemblement des Catholiques en Allemagne

Du 9 au 13 mai 2018 a eu lieu le grand rassemblement des Catholiques à Münster, au nord d’Allemagne. Plusieurs sœurs missionnaires de notre Dame d’Afrique et plusieurs missionnaires d’Afrique y ont participé. Ensemble ils ont accueilli beaucoup de visiteurs dans leur stand commun. Quelques sœurs et confrères sont venus de Pologne pour y participer et pour enrichir visiblement notre internationalité et interculturalité.Nombreux étaient les visiteurs qui se sont arrêtés devant le stand pour une conversation personnelle, pour chercher des informations sur nos instituts missionnaires et sur l’Afrique. Parfois aussi attirés par le son des tam-tams, plusieurs personnes sont venues par curiosité ou bien par nostalgie d’un séjour dans un pays d’Afrique, ou bien parce que l’un ou l’autre a une connaissance parmi nos sœurs ou confrères.

A plusieurs reprises, nous avons vécu la joie des retrouvailles. Perdus de vue après tant d’années, le stand a permis de se revoir, de se rencontrer et d’échanger.

A part de ces rencontres intéressantes et enrichissantes, le stand a transmis des messages sur nos priorités missionnaires et sur nos différents champs d’apostolat.

« Cherchez la paix par le dialogue interreligieux » : l’exemple du Nord du Ghana

Les organisateurs du rassemblement des Catholiques (« Katholikentag ») ont invité une délégation du Nord du Ghana. Ainsi notre confrère Mgr. Richard Baawobr, évêque de Wa, a pu venir à Münster. Lors d’une conférence sur le dialogue interculturel, il a partagé son expérience sur le dialogue islamo-chrétien. Ensemble avec Dr. Hazic Hussein Zakaria, Imam de la mosquée Quran de Tamale, ils ont donné des nombreux exemples sur le dialogue vécu au sein de la société au Nord du Ghana. Lors de la conférence, deux experts et le public ont eu l’occasion de poser des questions aux conférenciers pour mieux comprendre le contexte et la pratique interreligieux. Les défis du dialogue se situent en particulier au niveau : des mariages mixtes, des écoles mixtes qui sont fréquentés par des élèves de différentes religions et la sensibilisation des leaders religieux à la base.

Personnellement, j’ai retenu un message qui m’a profondément touché : Le Dieu d’amour a créé musulmans et chrétiens, non pas pour qu’ils luttent les uns contre les autres, mais pour qu’ils puissent apprendre à vivre ensemble et à s’engager ensemble pour plus de paix dans le monde.

Andreas Göpfert, MAFr

Ecole de la différence – 7ème édition

Depuis 2011
l’École de la différence
est une expérience unique et
positive de la diversité culturelle
pour les jeunes en Algérie.

Les garçons et filles entre 20 et 30 ans, désirant participer doivent faire partie d’une association, club, groupe actif, réseau associatif, etc. déjà formé, de préférence dans les domaines suivants: éducation informelle, écologie, intereligieux, patrimoine, handicap, promotion de la culture, coopérative, action humanitaire, etc.

Au cours de la 7ème Ecole de la différence chaque jeune devra présenter, dans un atelier, les activités, réalisations accomplies et projets en cours menées par son association.

Les candidatures et demandes de renseignement doivent entre envoyées avant le 1er février 2018.

Télécharger le dépliant ici : Le dépliant s’ouvrira dans une « fenêtre externe Google ». Pour le télécharger cliquez sur la flèche ↓  en haut à droite.

Bulletin ARCRE-PECRE n° 243

Dans la fenêtre ci-dessous, cliquez-droit les liens et sélectionner « ouvrir dans un nouvel onglet » ou alors les liens s’ouvriront dans la fenêtre même. Dans ce cas, pour revenir au Bulletin, cliquez-droit et sélectionner « retour ».

Lavigerie au prisme de trois Pères Blancs

Voici l’enregistrement d’une conférence donnée à la Maison Généralice par Monsieur Rémi Caucanas, Docteur en Histoire Contemporaine et spécialiste sur les relations islamo-chrétiennes en Méditerranée. Bien qu’elle ne s’inscrive pas dans le programme de célébration du 150ème anniversaire, cette conférence peut tout autant préparer nos coeurs et nos intelligences à célébrer dignement l’évènement. Sa conférence fut introduite par Diégo Sarriò M.Afr., dont il est devenu l’ami et le collaborateur. Un nombre important de confrères de la maison étaient présents ainsi que treize soeurs blanches de Rome. Voici le transcript de la présentation de Monsieur Rémi Caucanas par le Père Diégo. Continuer la lecture de « Lavigerie au prisme de trois Pères Blancs »

Bonne fête de Aïd el Fitr

Félicitations à tous nos amis musulmans qui terminent le mois du Ramadhan. Nous leur souhaitons une très heureuse fête d’Aïd el Fitr.

Veuillez trouver ci-dessous un Message du Vatican
envoyé à tous les amis musulmans à l’occasion d’Aïd el Fitr.

Et pour nos lecteurs, voici de quoi vous rafraîchir la mémoire tiré du site  http://icalendrier.fr/religion/fetes-musulmanes/aid-el-fitr.

Origine de la fête Aïd el Fitr

L’Aïd el-Fitr, ou fête de la rupture, est la commémoration marquant la fin du jeûne du Ramadan. Cette célébration est l’expression du pardon accordé par Allah aux musulmans qui, pendant le mois de Ramadan, ont su montrer leur soumission afin d’expier leurs péchés de l’année écoulée.

Lorsqu’il créa le cérémonial attaché à l’Aïd el-Fitr, Muhammad (Mahomet en français) insista sur l’attitude de droiture et piété qui devait y être attaché, afin que les croyants puissent commencer une nouvelle année de la manière la plus vertueuse possible.

Célébration de l’Aïd el-Fitr

Aïd al-Fitr marque la fin du jeûne du Ramadan. Il est coutume de commencer ce jour de fête dès l’aube en se rendant à la mosquée pour la première prière de la journée. C’est l’occasion pour les enfants de recevoir de nouveaux vêtements et des cadeaux.

C’est aussi un moment de retrouvailles et de charité. Il convient de rendre visite à ses parents, ses amis et célébrer autour d’un festin cette fête, mais il est également important de faire des dons aux nécessiteux, de partager.

 

Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens

Au moins une fois par an, les chrétiens sont invités à se remémorer la prière de Jésus à ses disciples pour que tous soient un afin que le monde croie (cf. Jean 17,21). Les cœurs sont touchés et les chrétiens se rassemblent pour prier pour leur unité. Dans le monde entier, des communautés et paroisses échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et services de prières spéciaux. L’événement qui permet cette expérience exceptionnelle est la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens…

Continuez à lire cet info sur le site du Conseil Oecuménique des Eglises et téléchargez la brochure pour 2017.