Ordinations 2020

Ordinations 2020

To keep you updated: with a green background, those already ordained - with an orange background, those who are due to be ordained.
Pour vous tenir au courant : sur fond vert, ceux qui sont déjà ordonnés - sur fond orange, ceux qui doivent être ordonnés.

Robert Nicolas, R.I.P.

Société des Missionnaires d’Afrique

Le Père Emmanuel Lengaigne, Délégué Provincial du secteur de France,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Robert Nicolas

le dimanche 20 septembre 2020 à Pau-Billère (France)
à l’âge de 91 ans dont 67 ans de vie missionnaire
au Mali et en France.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Jalons de vie du Père Robert Nicolas

Né à Paris XVI
le 26/11/1928
Année spirituelleSerment missionnaireOrdination sacerdotale
dans le diocèse de Bayonne25/09/194929/06/195318/04/1954
 Nationalité : Français Maison-Carrée (Algérie)Thibar (Tunisie)Carthage (Tunisie)
9/10/1954 Vicaire Kakoulou, Diocèse Kayes Mali
21/5/1956   Sagabari Mali
21/9/1963 Grande Retraite Villa Cavalletti Italia
29/1/1969 Vicaire Kassama, Diocèse Kayes Mali
1/1/1982 Vicaire Sagabari, Diocèse Kayes Mali
30/4/2000 Aumônier Religieuses Sagabari,D.Kayes Mali
1/12/2002 Vicaire Sagabari Mali
1/6/2010 Nommé PEP (PE 07/10)   France
1/7/2010 Accueil Paris,Friant France
26/9/2013 Résidence Billère,Villa P.B. France
1/1/2014 Résidence Billère,M. Lavigerie France
20/9/2020 Retour auprès du Père Billère,M. Lavigerie France

Ordinations au temps du Covid-19

Ordination de Paschal Ewuntomah à Damango (Ghana)

La vie continue et pour nos jeunes confrères prêts à l’ordination, c’est en effet le début d’une nouvelle vie. 

Malgré la pandémie du virus covid-19, le diacre Paschal Ewuntomah a été ordonné prêtre par Monseigneur Peter Paul Angkyier dans sa cathédrale du diocèse de Damango au Ghana le 5 septembre 2020. 

L’ambiance était plutôt festive, malgré les fameux masques censés empêcher la propagation du virus. 

Félicitations à toi Paschal. Que Dieu te garde longtemps au service de Sa Mission.

Homélie du Supérieur Général en mémoire de Gotthard Rosner

« Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux » (Luc 10, 20)

Après notre retour des lieux où nous avons été bloqués durant le confinement occasionné par la pandémie de la Covid-19, nous avons, en tant que Conseil général, souhaité célébrer une messe en mémoire de tous nos confrères qui nous ont quitté depuis le début de la pandémie. Quand le 2 septembre 2020, le père Gotthard Rosner, Superior général de la Société de 1992 à 1998 est décédé nous avons décidé d’honorer sa mémoire et de prier pour lui ensemble avec tous les confrères décédé depuis le début des confinement. Ils sont au total 40 ! C’est beaucoup en six mois. Certains ont été emporté par la Covid-19. D’autres sont décédés suite à d’autres maladies. Mais tous ont eu en commun le fait de nous avoir quitté durant une période où l’organisation normale de leurs obsèques était impossible. Nous voulons dans cette célébration eucharistique prier pour eux tous au moment où nous recommençons nos activités ensemble à Rome.

Nous avons ressenti de la tristesse en apprenant leurs décès et surtout de ne pas pouvoir leur faire nos adieux de façon habituelle. Aujourd’hui c’est un chant d’action de grâce que nous adressons à Dieu pour leur longue vie donnée à la Mission en Afrique et pour le monde africain. Le plus jeune parmi eux en vie missionnaire compte 53 ans de serment missionnaire et le doyen 72 ans de serment. Comme les soixante-douze disciples envoyé par Jésus, ils étaient revenus tout joyeux racontant comment même les esprits mauvais leur étaient soumis en son nom. Et nous sommes témoins de ce qu’ils ont fait ! Ce n’est pourtant pas pour cela que nous nous réjouissons et que nous rendons grâce mais parce que leurs noms sont inscrits dans les cieux (Luc 10, 17-20). Nous rendons grâce à Dieu qui le premier, les a appelé et les a fait grandir dans leur amour pour lui et dans sa relation à lui. Ils reste pour nous avant tout témoins de cette foi.

Le père Gotthard Rosner, décédé le 2 septembre est le dernier en date, parmi les confrères, à retourner vers le Père. Il a été membre de notre communauté de la Maison Généralice en tant que Supérieur Général de la Société. En célébrant cette eucharistie pour lui et en y associant tous les autres confrères décédés ces derniers mois nous reconnaissons le rôle qu’il a joué dans sa mission au services des confrères et nous le symbolisons en plaçant les noms des autres confrères autour du sien. Parmi les noms de ceux pour qui nous prions ce soir figure celui du père Jean-Claude Ceillier avec qui il a été au Conseil général.

Le père Gotthard est connu par beaucoup de confrères pour avoir passé plusieurs années dans nos maisons de formation. Plusieurs confrères, mais aussi d’autres personnes qui l’ont connu, ont témoigné de son sens très humain et de la compassion qu’il éprouvait pour les gens envers lesquels nous sommes envoyés. Il était prêt à écouter et à accompagner. Homme au grand cœur, il a été pour plusieurs une source d’inspiration. En tant que Supérieur général, le père Gotthard a connu des moments très difficiles comme le génocide au Rwanda, la mort de nos confrères bienheureux à Tizi Ouzou et le renversement du régime de Mobutu en République Démocratique du Congo. Tous ces événements ont fortement touché les confrères missionnaires dans ces pays ainsi que la Société toute entière.

Que par la miséricorde divine les âmes de nos confrères défunts reposent en paix !

Stanley Lubungo
Supérieur général

La naissance de Marie à Sainte-Anne (Jérusalem) par les Franciscains

Depuis longtemps, les Missionnaires d’Afrique ont le privilège de s’occuper du site où, traditionnellement, est née la Vierge Marie. C’est dans la vieille ville de Jérusalem que les Croisés construisirent, en 1104, une église dédiée à Sainte Anne, la mère de Marie. Chaque année, le 8 septembre, la fête de la naissance de Marie y est célébrée. C’est normalement une fête magnifique où l’église est remplie de nombreux fidèles français. Cette année, la célébration était plutôt étrange, car les règles de confinement empêchaient les participants réguliers d’assister aux festivités. Ci-dessous, vous pouvez voir quelques photos, prises par Nadim Asfour (CTS). Vous trouverez également un lien vers la page web consacrée à cette journée, ainsi qu’une vidéo consacrée à la fête de la Naissance de Marie à Sainte-Anne. 

In memoriam au temps du Covid-19

En mémoire du père Gotthard Rosner et des autres confrères décédés

À l’occasion de la rentrée pastorale 2020-2021, en mémoire du père Gothard Rosner, Supérieur général de la Société des Missionnaires d’Afrique de 1992 à 1998, décédé le 2 septembre 2020 et en mémoire de tous nos confrères décédés depuis la période des confinements, une messe sera célébrée dans la Chapelle de la Maison généralice de la Société à Rome le mercredi 16 septembre 2020 à 18:00 heures.

Nous vous invitons à vous unir, là où vous êtes, à notre prière pour nos confrères.

Stan Lubungo,
Supérieur Général

Confrères décédés depuis le début du confinement à Rome (9 mars 2020)

Gotthard Rosner02/09/2020
Bernhard Pehle01/09/2020
Jean Chardin26/08/2020
Maurice Gruffat21/08/2020
Wolfgang Büth20/08/2020
René Ledeul19/08/2020
Marc Deneckere10/08/2020
Paul Tremblay09/08/2020
Jean-Bernard Delannoy29/07/2020
Eugenio Bacaicoa A.21/07/2020
Pierre Landry13/07/2020
Wlly Delen04/07/2020
Alois Reiles21/06/2020
Gerald Stones21/06/2020
Josef Moser13/06/2020
Bernard Jobin12/06/2020
Justin Louvard09/06/2020
Lucen Van Wielendaele20/05/2020
Ger van Dieten17/05/2020
Marcel Amport15/05/2020
Karel Louwen22/04/2020
Jean-Pierre Claude15/04/2020
Bernard Vulkers14/04/2020
Michel Lelong10/04/2020
Bruno Chupin08/04/2020
Peter Kelly08/04/2020
Karl-Heinz Pantenburg07/04/2020
Johannes Tappeser06/04/2020
Paul Devigne06/04/2020
Anton Weidelener05/04/2020
Martínez López Antonio05/04/2020
Joannès Liogier03/04/2020
Fançois de Gaulle02/04/2020
Henri Frouin29/03/2020
Pierre Lafollie26/03/2020
Robert Laberge18/03/2020
Hans Gyr17/03/2020
Jean-Claude Ceillier16/03/2020
Maurice Redouin15/03/2020
Jan van Haandel12/03/2020

Santé psychologique des Prêtres – une interview de S. Joulain

Santé psychologique des Prêtres - une interview de S. Joulain (Radio Vatican)

L’actualité récente de l’Église catholique en France mais aussi dans d’autres pays comme l’Inde où les États-Unis a été marqués par plusieurs suicides de prêtres. Une prise de conscience progressive émerge dans l’église quant à la nécessité de prêter une attention plus forte aux fragilités psychologiques des prêtres et des religieux dans un contexte de pression sociale et médiatique qui peut être une source d’épuisement. Des cellules de soutien psychologique ont été mises en place dans certains diocèses et de plus en plus de séminaires instaurent dans leur cursus des interventions de psychologue et parfois même un accompagnement personnalisé afin d’aider les séminaristes à identifier leurs propres limites quitte à interrompre leur parcours. L’enjeu est aussi d’aider les futurs prêtres à faire face aux difficultés psychiques des personnes pour lesquelles ils auront charge d’âme. Le Père Stéphane Joulain, membre de la Société des Missionnaires d’Afrique, est aussi psychothérapeute. Il nous explique ce matin comment l’Eglise essaie de développer un soutien psychologique pour ses ministres du culte en les aidant notamment à trouver un équilibre réaliste dans leur vie relationnelle.

Nous sommes tout puissants

Du département de JPIC-RD du Maghreb, nous avons reçu ce document écrit par le frère Patrick Leboulenger sur une réflexion au carrefour de la Saison de la Création, de la Pandémie de Covid-19 et du Mystère de Pâques. 

Nous sommes tout puissants...

L’Arabie construit une tour de 1000m de haut. Le navire « Symphony of the seas » transporte 8880 personnes. L’Antonov An-225, surnommé Mriya est un avion chargé qui peut peser 600 tonnes et transporter 50 voitures. Alors à côté la tour de Babel !!! 

Mais depuis quelques temps des voix s’élèvent. Elles nous rappellent que nous habitons une petite planète, que les ressources sont limitées, que nous gaspillons trop, que le climat se réchauffe, que nous hypothéquons les conditions de vie de la prochaine génération. Mais, nous sommes tellement sûrs de notre puissance de notre maîtrise de la nature. Si l’eau potable diminue ce n’est pas grave, nous installons des purificateurs. Enfin quoi qu’il advienne, nous saurons trouver des solutions. Nos scientifiques sont là pour cela. 

Pourtant, il y a quelques années est survenue une première épidémie « le SIDA ». On ne savait pas la soigner, le taux de mortalité était proche des 100%. Si elle a obligé les humains à modifier certains comportements, l’humanité a vite appris à vivre avec. Et nous avons progressivement repris notre course à la puissance. Nous avons vite retrouvé nos habitudes qui consistent à nous massacrer et à nous exploiter mutuellement avec un peu d’humanitaire pour ne pas trop ressembler à des animaux. Des scientifiques et des médecins nous avaient déjà avertis. Nous ne sommes pas prêts à supporter une épidémie. Nous devrions arrêter notre course et changer notre conception de la nature et de la planète. Nous devrions repenser nos modèles économiques. Mais ils criaient dans le désert parce que personne ne voulait les entendre. 

Il ne faut rien changer pour protéger l’économie mondiale. C’est-à-dire pour que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. Et puisque ce sont les riches qui décident, le système est donc très bien en l’état. Nous avons continué à organiser des séminaires et des retraites pour quelques jours regroupant des gens du monde entier. Le plus amusant, ce sont ces grands rassemblements pour réfléchir à des moyens de lutter contre le réchauffement climatique alors qu’ils sont eux-mêmes des sources de ce réchauffement par les déplacements qu’ils engendrent. Tous ces rassemblements sont absolument nécessaires, ils ne peuvent être remis en cause. Les téléréunions ne conviennent pas. Les matières premières venant d’Afrique, sont transportées en Chine pour la production d’appareils qui seront achetés en Europe, puis revendus en l’Afrique. C’est la mondialisation, le grand mot des dernières décennies. La contestation de cette mondialisation vous classe parmi les marginaux ou les utopistes.

Et nous voici au pied du mur, avec un petit virus (ce n’est même pas un être vivant) qui vient perturber notre « puissance ». Les médecins sont dépassés. Nous n’avons pas vraiment de médicament et pas de vaccin. Les plus vulnérables finissent par en mourir. Le voici qui franchit les frontières et tout le monde peut être contaminé du clochard de la rue jusqu’au chef d’état, un chinois, un iranien, un italien…. Nous voici revenu comme pour la peste au moyen-âge, les mots de « quarantaine », « isolement » reviennent, les villes et les états ferment leurs portes. La police et l’armée contrôlent les routes. On se met à prier pour la guérison. Comme il y a 1000 ans nous recherchons la cause de cette maladie, on recherche les propagateurs du mal. Nous nous demandons sur l’origine du fléau : naturelle, humaine, malédiction du ciel ? On sort les masques pour se protéger. Au moyen âge, on utilisait des masques avec un long nez qui devait empêcher les miasmes d’atteindre les médecins. Il ne s’agit pas de trouver cela inutile ou ridicule. Au contraire, ce sont nos seuls outils qui nous permettent de limiter la progression de la maladie. Nous remarquons que nous n’avons pas changé depuis le moyen-âge. Cela nous remet devant notre fragilité. La différence serait peut-être que les hommes du moyen-âge se savaient vulnérables devant la nature. Nous, nous avons cru en être les maîtres.

En quelques mois, nous avons été obligés d’arrêter la course. Ce que les hommes n’ont jamais voulu faire, un virus l’a fait : terminés tous ces déplacements, toutes ces réunions importantes et fondamentales pour la vie de l’Eglise et de l’humanité. Les salons absolument nécessaires à l’économie sont supprimés. Le travail à distance, les vidéoconférences sont devenus possibles. Les états repensent la mondialisation en réfléchissant à plus de proximité entre les producteurs et les consommateurs. Le commerce de proximité devient possible. La diminution des déplacements pour le travail à distance devient économiquement rentable. Nous pensions que les relations humaines se font par l’intermédiaire d’internet. Le confinement nous montre que nous avons encore besoin de contact entre humains faits de chair et d’os. Les italiens nous en montrent un très bon exemple en se regroupant à la fenêtre de leur appartement le soir. Nous devons nous attendre à de lourdes conséquences pour l’économie mondiale. Que ce soit les nations et les personnes économiquement plus vulnérables, leur situation va s’en trouver fortement détériorée et pour longtemps. Il était impossible de repenser le transport aérien source importante de pollution. Les faillites de plusieurs compagnies nous obligeront à le faire.

Il y a bien longtemps quelqu’un nous désignait comme des gens à la tête dure (Ex 32,9 Dt 9,6 9,13). Peut-être que nous allons enfin entendre ces petites voix qui nous appellent à changer. Et si nous rêvions un peu, imaginons que l’humanité se mette à vivre plus de partage, de solidarité, d’entraide. Imaginons que les nations se mettent à collaborer pour lutter contre le virus et d’autres saletés du même genre comme le paludisme. Imaginons que nous renoncions à tout ce gaspillage pour préserver la nature pour notre propre santé et les prochaines générations. Imaginons que nous décidions de vivre en relations avec nos voisins réels et non avec des amis virtuels sur Websat. En un mot, imaginons que nous nous mettions à vivre évangile. Alors nous pourrons nous dire que ce mal qui nous touche, ne nous aura pas fait souffrir et que nos morts ne sont pas partis pour rien.

Souvent pour le carême, nous nous imposons des efforts plus ou moins à notre portée, quelques changements dans notre vie quotidienne. Cette année, notre carême est un peu plus radical. Les événements nous imposent des contraintes. L’attente de la Résurrection et de la vie surgie à Pâques a pris un aspect très réel pour bien des humains. On nous dit qu’un chrétien ne peut pas vivre seul, le voilà maintenant enfermé seul, parfois angoissé par la présence de ce virus, et fragile devant son Dieu. Il ne peut échapper à ce tête-à-tête avec lui-même et avec Dieu. Certains se réjouissent d’avoir une famille, ou une communauté. Mais la promiscuité dans un appartement, les petites manies d’un confrère ou d’une consœur, les cris des enfants font leur travail d’usure avec le temps qui passe. C’est malgré et avec tout cela que nous sommes invités à regarder vers Pâques, le passage à la liberté qui ne se déroulera peut-être pas forcément le 11 avril cette année pour bien des chrétiens. La libération apportée par la résurrection et la conversion qui nous sont imposées, sont cette année bien concrètes. La foi de chacun est mise à nue. Ce n’est plus « croyez-vous en Jésus ressuscité ? » Mais « crois-tu en Jésus ressuscité ? » Si oui, alors tires en les conséquences.