Les Missionnaires d’Afrique ouvrent une session de travail sur les religions traditionnelles africaines au Centre Kungoni, Malawi

Lundi 18 mars 2024, les Missionnaires d’Afrique ont ouvert une session de travail d’une semaine sur les religions traditionnelles africaines (RTA) au Centre Kungoni, au Malawi. Des confrères de Rome, du Mali, de Zambie et du Malawi sont réunis pour travailler et partager leurs expériences. Dans son allocution d’ouverture, Anselme Tarpaga, Assistant Supérieur général chargé de la Rencontre et du Dialogue (RD), a souhaité la bienvenue aux participants et les a remerciés d’avoir épargné leur temps pour la session. Il leur a rappelé que l’objectif de la session est de réexaminer les recommandations du 29e Chapitre général sur les RTA. Il s’agit également d’un suivi des suggestions qui ont été faites lors de la réunion en ligne du 17 juin 2023 sur la RD.

C’est l’occasion de créer une synergie entre le Centre de la culture et de l’art de Kungoni, au Malawi ; Centre Sénoufo de Sikasso, Mali ; Institut de Formation Islamo-Chrétienne (IFIC), Bamako, Mali ; Foi et Rencontre Zambie (FENZA) ; et Centre pour les préoccupations sociales (CfSC), Lilongwe, Malawi. Les confrères investis d’une connaissance et d’une compréhension considérables des RTA et d’autres experts partagent des idées sur la manière de promouvoir l’interaction entre la foi chrétienne et les RTA. Tout est fait pour promouvoir une culture du dialogue, de la cohésion sociale et de la coexistence pacifique.

Il convient de noter que le Centre de culture et d’art de Kungoni fait partie de la mission Mua, fondée par les Missionnaires d’Afrique en 1902. Claude Boucher Chisale, M.Afr., a fondé le centre dans les années 1970. Il abrite un grand patrimoine culturel des tribus Chewa, Ngoni et Yao. Des gens de tous horizons visitent le centre pour en apprendre davantage sur la culture, la langue et d’autres événements importants de l’histoire du Malawi. On s’attend à ce que la session apporte de nouvelles idées qui améliorent l’interaction entre l’Évangile, l’identité des personnes, leur richesse et les valeurs traditionnelles qui sont parfois négligées. 

Par: Prosper Harelimana, M.Afr.