Les droits de l’homme à la lumière de l’Évangile

Lorsque le rédacteur en chef du Petit Echo m’a demandé d’écrire un article sur le sujet ci-dessus, ma première réaction a été de donner une réponse négative. Je ne suis plus au Ghana, et même lorsque j’y étais, je n’ai jamais été confronté à des “problèmes de droits de l’homme”. Lorsque, en relisant le sujet, j’ai vu les mots “à la lumière de l’Évangile” et que j’ai été professeur d’Écriture sainte dans diverses maisons de formation, j’ai décidé que je pouvais faire un essai, même s’il sera nécessairement plus théorique que pratique.

La Déclaration universelle des droits de l’homme

La Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies à Paris le 10 décembre 1948, est un document qui fait date dans l’histoire des droits de l’homme. Il s’agit d’un document laïc, qui devrait donc être acceptable par tous, même si la contribution chrétienne est indéniable, comme nous le verrons. Il énonce, pour la première fois, 30 droits de l’homme fondamentaux à protéger universellement. Elle a été traduite en plus de 500 langues et est aujourd’hui appliquée en permanence au niveau mondial et régional.

Une définition simple est la suivante : “Les droits de l’homme sont les droits et libertés fondamentaux qui appartiennent à chaque personne dans le monde, de la naissance à la mort. Ils s’appliquent indépendamment de l’endroit d’où l’on vient, de ce que l’on croit ou de la manière dont on choisit de vivre sa vie”. Les cinq droits fondamentaux comprennent le droit à la vie et à la liberté, le droit de ne pas être soumis à l’esclavage et à la torture, la liberté d’opinion et d’expression, le droit au travail et à l’éducation et 25 autres droits. Chacun peut se prévaloir de ces droits, sans discrimination. Son contenu a certainement été décrit dans d’autres articles de ce numéro, et c’est pourquoi je préfère discuter de la relation entre les deux parties du titre.

Son origine et son développement

Nous avons dit plus haut que cette déclaration est fondamentalement laïque et universelle. Cependant, il est indéniable que le christianisme a joué un rôle distinct dans son origine et son développement. L’origine biblique se trouve sans aucun doute dans l’Ancien Testament : « Dieu dit : “Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance…” Dieu créa l’homme à son image, il le créa homme et femme » (Genèse 1, 26-27), le rendant ainsi infiniment supérieur à tous les autres êtres vivants créés, comme le confirme Gn 9, 6 : “Quiconque répand le sang de l’homme, c’est par l’homme que son sang sera répandu, car Dieu a fait l’homme à son image”.

Cette conviction a été précisée dans la loi mosaïque (par exemple les dix commandements) ; les anciens prophètes ont continuellement insisté sur la valeur et la dignité de chaque être humain. Cette conviction a certainement conduit à l’abolition de l’infanticide dans l’Empire romain, à l’abolition de l’esclavage par William Wilberforce dans l’Empire britannique, à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud par Nelson Mandela et à la prise en charge des plus pauvres des pauvres par Mère Teresa en Inde. Le slogan de la Révolution française de 1789, affirmant l’égalité, la fraternité et la liberté comme piliers de la société humaine, est bien connu. En effet, ces trois mots résument de manière succincte les valeurs fondamentales des droits de l’homme,

Dans les Évangiles, Jésus se montre, en paroles et en pratique, le défenseur des pauvres et des nécessiteux, et il fréquentait librement des personnes que les pharisiens considéraient comme des pécheurs. Son traitement des femmes, des enfants et des laissés-pour-compte de la société est relaté presqu’à chaque page des Évangiles, ce qui est certainement remarquable dans la société dans laquelle il vivait et va au-delà des conventions sociales de son époque. Il a impliqué des femmes dans son ministère et est allé au-delà de l’ancienne sagesse qui voulait que les enfants soient vus, mais pas entendus. Au contraire, il les accueillait et les embrassait, et il avait des mots cinglants pour ceux qui voulaient faire du mal à un enfant. Il faisait souvent l’éloge des enfants et de leur foi, et invitait les adultes à les imiter.

Selon le théologien américain Wolterstorff, tout cela montre que les droits de l’homme trouvent en fin de compte leur origine en Jésus. Samuel Moyn, professeur de droit à Harvest, qui a écrit des livres sur le sujet (“Christian Human Rights”, 2015 et “The Right to Have Rights”, 2017), a écrit : “Aucune personne intéressée par l’origine des droits de l’homme ne peut se permettre d’ignorer le christianisme”. En effet, sans plus d’explications, nous pouvons affirmer que depuis les premiers jours de l’Église, en passant par le Moyen Âge et la Réforme, jusqu’au monde moderne, les disciples de Jésus ont joué un rôle central dans l’encadrement des droits de l’homme et leur mondialisation. De nombreux papes ont écrit sur le sujet et les dirigeants chrétiens locaux ont fait et font encore de grands efforts pour mettre en œuvre les droits de l’homme dans leurs localités.

Le monde d’aujourd’hui

Malheureusement, la réalité du monde d’aujourd’hui nous offre une autre image. De nombreux pays violent les principes fondamentaux des droits de l’homme par la discrimination, la répression et la guerre. Prenons par exemple le génocide en cours dans la région du Darfour au Soudan, les atrocités commises dans la région du Kivu en RDC ou au Myanmar, sans parler des nombreux cas de persécution des chrétiens ou des conditions de vie abominables des travailleurs immigrés en Europe. De nombreuses personnes, dont nous faisons partie, ferment souvent les yeux sur ces réalités inacceptables, tout en continuant à profiter de leurs maisons confortables et de la nourriture servie trois fois par jour sur leur table.

Notre fondateur, le Cardinal Charles Lavigérie, lors d’une conférence sur l’esclavage africain en 1888, s’est écrié avec insistance : “Je suis un homme, l’injustice envers d’autres hommes révolte mon cœur”. Notre Chapitre 2022 énumère de manière frappante les violations déplorables des droits fondamentaux en Afrique aujourd’hui (Actes capitulaires, 2.3). Il renouvelle l’engagement de la Société en faveur de la Justice, de la Paix et de l’Intégrité de la Création. Mais n’accusons pas trop vite les gens autour de nous, et reconnaissons aussi que dans notre propre Société, des choses déplorables se produisent de temps en temps. Dieu merci, elles sont exceptionnelles, mais nous devons les reconnaître et trouver les moyens d’éradiquer ce mal de nos propres communautés. C’est pourquoi le Chapitre a recommandé que : “Dans chaque province et section, une réflexion ait lieu sur les injustices dans la Société et avec nos collaborateurs” (2.3.1).

Par: André Schaminée, M.Afr.