Heureux les artisans de paix

JDPMC of Osogbo meets politicians for dialogue on women participation in politics

L’éducation ou la culture de la paix est une manière de mettre en pratique, jour après jour, des valeurs, des attitudes et des comportements aidant la société à se débarrasser de tout mode de vie qui conduit à la violence, au conflit, à la guerre, au tribalisme, au racisme.

Centres de justice, développement et paix

Au Nigeria, pour faciliter l’éducation et la culture de la paix, chaque diocèse a pris l’initiative de créer son centre de justice, développement et paix. C’est ainsi que le diocèse d’Osogbo, au sud-ouest du Nigeria, a aussi son centre de justice, développement et paix (Justice, Development and Peace Markers Centre, JDPMC).  Ce centre a pour mission de promouvoir la justice, le développement durable et la paix pour participer à la transformation du monde. Le coordinateur en est l’un des prêtres diocésains, assisté d’un autre prêtre, de 18 membres de staff, de cinq personnes chargées de l’administrations, de trois assistants et de quatre chauffeurs. Selon le rapport annuel 2023 du coordinateur, le centre ne s’est pas focalisé sur les seules élections inclusives et crédibles, la défense des droits des faibles, l’aide aux personnes vulnérables, la campagne contre la violence faite aux personnes vulnérables comme les handicapés, la promotion et le rôle de la femme à la gouvernance de l’État d’Osun, la promotion de la cohabitation pacifique, la promotion au développement rural et à la sécurité alimentaire, la campagne à l’enrôlement massif avant les élections 2023 et l’organisation de sessions sur place et dans les différentes communautés dans l’État d’Osun pour assumer la cohabitation pacifique et la sécurité.

Mais cette commission de justice, développement et paix a beaucoup œuvré pour la justice et les droits de l’homme. Par exemple, elle a reçu 43 plaintes de violence dont 70 % concernant la violence fondée sur le sexe ; elle est intervenue pour 17 prisonniers dans différents tribunaux ; 10 cas de criminels ont été conclus, 3 personnes ont été libérées de la prison ; elle est aussi intervenue pour la libération de véhicules et d’autres effets confisqués par la police ; elle a donné des conseils à des personnes dans différents coins du diocèse et de l’État d’Osun ; 7 cas d’abus d’enfants ont été poursuivis en justice ; des enfants arrêtés par la police nationale ont été libérés ; finalement, elle a établi des commission de justice, développement et paix dans différentes paroisses. 

Paix et développement sont inséparables

L’inséparabilité de développement de la paix ne s’explique-t-elle pas dans les citations de  Paul VI à l’ONU, à l’occasion du 20e anniversaire de l’organisation des Nations-Unies : « Plus jamais la guerre ! La paix nécessaire, condition inéluctable de l’humain, telle est la réalité supérieure qui émerge. ». Le pape a défini la paix comme le « reflet du dessein de Dieu pour le progrès de la société humaine sur la terre » (cf. Lucien Guissard, Vers la nouvelle histoire, La Croix du 6 octobre 1965).

Personne ne peut donc ignorer et réfuter que la paix et le développement intégral sont strictement inséparables. La paix est la clé du progrès ; il n’y a pas d’économie prospère sans la paix. L’éducation, le commerce, l’agriculture, la construction des infrastructures, comme éléments de développement, ne peuvent se faire que quand et où il y a la paix.

Attitudes pour la résolution pacifique des conflits

Jusqu’à quand enfin, ne cesserons-nous pas de réitérer le psaume : Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent (Psaume 85,11). Sans la vérité sur la racine des conflits, l’amour, la justice, il ne serait que question de « tourner autour du pot. » Pour la résolution des conflits, la médiation ou le dialogue doivent donc se baser sur les bienfaits de l’amour, de la justice et de la paix en vue de progresser dans la vie. À Ejigbo par exemple, pour résoudre les conflits entre individus, familles et groupes, nous les mettons ensemble afin de dialoguer pour qu’ils voient eux-mêmes les conséquences de la violence ; en même temps, nous les aidons à arriver au consensus dans l’amour et la vérité. Mais avant tout, nous les invitons à la simplicité, au respect, à l’amour, à la vérité, au pardon, à l’entraide mutuelle, au refus de la corruption, de la violence et de la manipulation de la jeunesse et à l’impartialité de la part des agents pastoraux.

Participation des Missionnaires d’Afrique à la paix

Dans notre secteur du Nigeria, je ne peux passer sous silence la contribution des Missionnaires d’Afrique à l’éducation et à la culture de la paix. Etant donné que la paix est liée au droit de tous les êtres humains et qu’elle les ramène à une vie digne, notre secteur participe à l’éducation de la paix en pratiquant le charisme de la Société ; nous conseillons fortement à nos communautés d’établir une commission de JPIC-ED dans nos paroisses, en collaboration avec celle du diocèse. Ainsi dans nos paroisses, nous avons toujours formé des groupes de justice, développement et paix dont les membres se rencontrent une fois par mois et remetent le rapport au conseil de la paroisse.  

L’évangile, outil principal pour promouvoir la paix dans le monde

La paix est au cœur de la foi chrétienne. L’évangile est le plus grand outil pour la promouvoir. Nous ne pouvons pas parler de Jésus sans parler de paix car le « Christ est notre paix » (Éphésiens 2,14) ; « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5,9). C’est un appel et un défi que Jésus a lancé à tous les chrétiens. Jésus nous envoie comme ses disciples avec l’instruction que « dans toute maison où vous entrez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison’ » (Luc 10,5). La première parole de Jésus ressuscité aux apôtres n’est que la « paix » (Luc 24,36 ; Jean 20,21). En Jean 14,27 Jésus affirme : « ce n’est pas à la manière du monde que je vous donne la paix » car elle éliminer le mal et la violence de ce monde jusqu’à la racine.

L’eucharistie, autre outil pour la culture de la paix

La paix de Jésus – non celle du monde – est toujours partagée lors de la messe. La célébration eucharistique est une éducation à la culture de la paix. Elle invite les participants à la paix dès le début : « La paix soit avec vous » et les renvoie à la fin dans la paix : « Allez, dans la paix du Christ ». Avant l’invitation à se saluer, le célébrant principal prie toujours ainsi : « Seigneur Jésus-Christ, tu as dit à tes Apôtres : ‘je vous laisse la paix ; je vous donne ma paix’…» ; « Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous» ; « dans la charité du Christ donnez-vous la paix ».  Ainsi, la célébration eucharistique est une occasion pour inculquer la paix.

Par: Pierre Chanel Ulama, M.Afr.