Communiqué officiel, Rome, 23 février 2024

Après consultation, dialogue et avec le consentement de son Conseil, le Père Stanley LUBUNGO, Supérieur général, a nommé le Père Barthélémy BAZEMO Supérieur provincial de la Province des Amériques pour un premier mandat qui se terminera le 30 juin 2027.

Rome, 23 février 2024

P. André-L. Simonart,
Secrétaire général.

La transformation systémique est-elle réalisable?

La mission de JPIC : Transformation systémique pour le bien commun de toute la création.

Le titre de ma réflexion incarne une question à poser après une session de formation sur la transformation systémique. Du 22-26 janvier 2024, la Commission Justice, Paix et Intégrité de la Création à Rome (JPIC Roma) a organisé une formation en ligne pour les nouveaux promoteurs de JPIC. Cette formation avait pour thème « La mission de JPIC : Transformation systémique pour le bien commun de toute la création ». Cet atelier a rassemblé des religieux et religieuses de tous les continents. Divers sujets ont été abordés, tels que “La nécessité d’une transformation systémique dans le monde d’aujourd’hui”, “Un fondement biblique de la transformation sociale : réponses prophétiques”, “Le genre et la justice sociale comme stratégies de transformation systémique”, “L’écologie intégrale et l’urgence d’une conversion écologique : les droits environnementaux”, “La justice économique comme priorité pour le « Sud global »”, “Les Nations-Unies et le système des droits de l’homme, et la participation des religieux et religieuses”, etc. Divers intervenants ont éclairé les participants.

Les Missionnaires d’Afrique ont apporté leur contribution. En plus de faire partie du comité d’organisation, ils ont également partagé leurs connaissances et leurs convictions avec les participants. Ainsi, Guy Theunis a apporté un fondement biblique à la transformation sociale, Elvis Ng’andwe a parlé du Traité contraignant sur les entreprises et les droits humains et Prosper Harelimana a abordé les questions de genre et de justice sociale. Environ 23 missionnaires d’Afrique, particulièrement ceux qui sont impliqués dans le ministère de Justice, Paix et Intégrité de la création, de la rencontre et du dialogue (JPIC-RD) en Asie, en Amérique, en Afrique et en Europe, ont également participé à la formation. Leurs réflexions et contributions bien argumentées ont enrichi les intervenants et les participants.

La transformation systémique est-elle possible ? Il est difficile d’œuvrer en faveur d’un changement systémique alors que les pays riches conservent le monopole de l’économie mondiale, du pouvoir politique et de l’influence. Néanmoins, c’est possible. Cela pourrait se faire, tout d’abord, en responsabilisant les gens au niveau local. Les gens ont besoin d’une éducation de qualité qui leur donnera la confiance nécessaire pour bien utiliser les ressources locales disponibles. Deuxièmement, les dirigeants politiques doivent assurer que “les bottines suivent les babines”. Il ne suffit pas d’être investi d’un pouvoir et d’une autorité. La politique doit être au service du bien commun. Troisièmement, en tant que religieux, missionnaires et évangélisateurs, nous devons oser remettre en question le “statu quo”. Le monde dans lequel nous vivons n’est plus monopolaire, il est multipolaire. Nous devons comprendre les systèmes qui le gouvernent. Notre mission d’évangélisation doit donc se mettre à jour en lisant les “signes des temps”. De cette façon, nous serons en mesure “[…] de répondre aux nouveaux défis, et de réagir avec des mécanismes mondiaux aux défis environnementaux, sanitaires, culturels et sociaux, en particulier pour renforcer le respect des droits de l’homme les plus élémentaires, des droits sociaux et la protection de la Maison commune” (Laudate Deum, 42).

Quelle est la voie à suivre ? La dernière session de l’atelier de JPIC Roma s’est concentrée sur le plan d’action. Chaque participant a été invité à identifier un ou deux problèmes sociaux et à élaborer un plan pour les résoudre, sur la base des 7 objectifs de Laudato Si’. La présentation des plans de JPIC, inspirés par le charisme de la Congrégation, aura lieu les 11 et 12 mars 2024.

Il convient de noter que la Commission JPIC Roma appartient à l’Union des Supérieurs Généraux (USG) et à l’Union Internationale des Supérieures Générales (UISG). À la lumière de l’Évangile, elle vise à transformer le monde. En outre, elle promeut la justice, la paix et le respect de l’intégrité de la création.

Les Missionnaires d’Afrique ne prétendent pas être experts en matière de Justice, Paix et Intégrité de la création. Cependant, l’histoire de notre Société montre que notre contribution à la transformation systémique est loin d’être sous-estimée. La plupart d’entre nous accomplissent un travail missionnaire considérable à la base : au niveau de la famille, de la communauté chrétienne, de la paroisse et du diocèse. L’atelier qui vient de s’achever ajoute de la valeur à notre ministère de Justice, Paix, Intégrité de la Création, Rencontre et Dialogue (JPIC-RD). Nous sommes résolus à poursuivre le bon travail que l’Esprit du Seigneur a commencé en nous. Nous voulons de tout cœur promouvoir l’héritage de Lavigerie en matière de respect de la dignité humaine.

By Prosper Harelimana (M.Afr.)

Les Missionnaires d’Afrique célèbrent la libération de leur confrère Ha-Jo

Célébration de la libération de notre confrère Ha-Jo en famille missionnaire

Une soirée de reconnaissance et de joie a régné à la Maison Généralice aujourd’hui, le 18 janvier 2024, alors que les Missionnaires d’Afrique et les sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique se sont réunis pour une messe d’action de grâce. La raison de cette célébration particulière était double : la libération de notre confrère Ha-Jo et la présence du Père Pier Luigi (Gigi) Maccalli SMA, lui-même retenu en captivité au Niger pendant plus de deux ans avant d’être libéré en octobre 2020.

Le Supérieur Général, Père Stanley Lubungo MAfr, a présidé la messe, accompagné par Ha-Jo et le Père Luigi. Leur présence témoignait de foi et de résilience, symbolisant la force de l’esprit et la puissance de la prière dans les moments les plus sombres.

Dans son homélie, le Supérieur Général a souligné l’émouvant témoignage de Ha-Jo, mettant en avant la force de son expérience personnelle partagée avec la communauté de la Maison Généralice un jour avant. Ha-Jo, lors de son témoignage, a transformé son épreuve en une expérience de grâce, décrivant son enlèvement comme un temps sabbatique et de croissance spirituelle profonde.

Le Supérieur Général a parlé de la réalité souvent négligée de la souffrance présente dans la vie missionnaire. Citant des passages bibliques et rappelant la vie du Christ il disait : Peut-il en être différent quand Jésus le maître de la Mission lui-même a souffert et qu’il n’a pas promise une vie facile à ses apôtres ? Dans la même ligne, le Père Stanley a rappelé que notre fondateur Cardinal Charles Lavigerie, avait prévenu dès le début que la mission comportait des risques et demandait aux missionnaires d’être prêts à tout, y compris le martyre. D’où la nécessité de courage, de foi et d’abnégation dans la mission en Afrique qui reste encore une entreprise risquée.

L’eucharistie de ce soir a été une célébration de la vie retrouvée, de la foi renouvelée, et un rappel que la mission apostolique n’est pas exempte de défis, mais toujours accompagnée de la grâce de Dieu qui est présent même dans les moments les plus sombres. Après la messe, une atmosphère de fraternité a régné lors d’un repas commun et d’un partage du gâteau.

Vous trouverez ci-dessous l`homélie du Supérieur Général à l’occasion de cette messe d’action de grâce et quelques photos de cet évènement émouvant.

Téléchargez l’homélie du Révérend Père Stanley Lubungo M.Afr. (Supérieur Général)

Pawel Hulecki M.Afr. (Assistant Général)

Ha-Jo, Dominic et Paul 17/1/24

Témoigner du Christ quel qu’en soit le prix !

Ha-Jo, Dominic et Paul

Témoigner du Christ

Ce n’était pas la volonté de Dieu que Joseph soit vendu par ses frères, aussi ce n’était pas la volonté de Dieu que les trois confrères soient enlevés, mais Dieu peut s’en servir pour son projet d’amour sur le monde. Qui sait si je n’ai pas été plus utile en captivité que présent physiquement !

Ce 17 janvier 2024 a été une journée sans précédent à la Maison généralice et pour toute la Société des Missionnaires d’Afrique avec les témoignages de notre stagiaire Dominic Merikiori Mahinini et de nos confrères Hans-Joachim Lohre (Ha-Jo) et Paul Sanogo. C’était au cours d’une conférence d’action de grâce et de témoignage en présentiel et en ligne. Elle était suivie par les membres de nos deux instituts (Missionnaires d’Afrique et Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique). Sur Zoom il a été question de plus de 215 connections sans tenir compte de ceux qui étaient connectés non en tant qu’une seule personne mais comme communauté. Pendant ce temps la salle du Chapitre était bien remplie. Ha-Jo qui est de passage à Rome y a rassemblé les confrères et consœurs présents à Rome. Paul et Dominic ont fait leur témoignage en ligne à partir du Mali et de la Tanzanie respectivement. Le Supérieur Général, Stanley Lubungo, à côté de Ha-Jo, a modéré cette conférence avec beaucoup d’émotions. Dominic et Paul étaient kidnappés au Nigeria pendant 21 jours du 02 au 22 aout 2023. Ha-Jo de son côté était enlevé au Mali du 20 novembre 2022 au 26 novembre 2023, comptant 371 jours.

Dans leurs témoignages, Dominic et Paul ont fait mention des tortures qu’ils ont endurées, en commençant de la maison communautaire d’où ils étaient capturés et tout au long de leur captivité dans la forêt. La prière était le seul soutien, et leur foi s’en est trouvée renforcée. Pendant cette conférence, ils ont réitéré leur gratitude pour les prières qui les ont accompagnés de partout le monde. Ils sont reconnaissants pour les soins et accompagnement qu’ils ont reçu après cette expérience.

Ha-Jo s’est joint à ses petits frères en commençant son témoignage par l’action de grâce. Le mot merci résumerait son partage. Merci pour les prières ferventes quotidiennes et soutien spirituel : « je ne me suis jamais senti abandonné, je n’ai jamais eu peur et je sais que je ne dois pas cela à ma petite foi, mais c’est grâce à vous, grâce à vos prières que le Seigneur a converties en consolation pour moi ».

Ha-Jo a décrit son temps de captivité, de l’enlèvement à sa libération, en plusieurs étapes en commençant par un séjour de 5 semaines en brousse au Sahel, un séjour au désert dans les sables, ensuite un autre séjour dans les pierres, les épines et les wadis ou oueds. Pendant toute la période de l’enlèvement, Ha-Jo n’a pas été torturé. Cependant, il s’est senti dépendant et dépouillé de tout sauf de sa foi en Jésus Christ. C’est ainsi qu’il a donné un sens de retraite spirituelle pour son enlèvement au désert. Ha-Jo affirme que le fait qu’il soit libéré après un an est une preuve que les prières servent à quelque chose. Il était enlevé le dimanche du Christ Roi en 2022 et a été libéré le dimanche du Christ Roi 2023 qui coïncidait avec l’anniversaire de la mort du Cardinal Lavigerie, Founder’s Day (Journée du fondateur).

Ha-Jo a confessé que l’histoire de Joseph fils de Jacob dans le livre de la Genèse l’a accompagné pendant tout le temps de sa captivité. Son explication s’appliquerait aussi à Dominic et Paul : ce n’était pas la volonté de Dieu que Joseph soit vendu par ses frères, aussi ce n’était pas la volonté de Dieu que les trois confrères soient enlevés, mais Dieu peut s’en servir pour son projet d’amour sur le monde. Ainsi Ha-Jo s’interroge : qui sait si je n’ai pas été plus utile au dialogue interreligieux en captivité que présent physiquement à Bamako ?

Chaque témoignage se clôturait par des acclamations. Tellement la conférence était émouvante, le Supérieur Général a conclu en invitant tout le monde à observer un moment de silence pour intérioriser ces exhortations missionnaires entendues.

Serge Zihalirwa Boroto

Le Saint-Père nomme le Révérend Père Emmanuel Ngona Ngotsi, évêque du diocèse de Wamba (RDC)

Bulletin du 17 janvier 2023 à midi à Rome de la Salle de presse du Vatican

Révérend Père Emmanuel Ngona Ngotsi, M.Afr.

Le Saint-Père a nommé le Révérend Père Emmanuel Ngona Ngotsi, M.Afr., jusqu’à présent Supérieur Provincial des Missionnaires d’Afrique – Province d’Afrique Centrale, comme Évêque du Diocèse de Wamba (République Démocratique du Congo).

Curriculum vitae

S.E. Mgr Emmanuel Ngona Ngotsi est né le 1er janvier 1960 à Bambu-Mines, dans le diocèse de Bunia (République démocratique du Congo). Il a étudié la philosophie à Bambu-Mines et, après un stage au Burkina Faso, la théologie à l’Institut catholique de Toulouse. Il a rejoint les Missionnaires d’Afrique à Bambu-Mines et a été ordonné prêtre le 22 août 1990 à Fataki, Bunia.

Il a occupé les fonctions suivantes et a poursuivi ses études : Vicaire paroissial (1990-1994) puis curé (1994-1996) à Birni N’koni au Niger ; licencié en sciences sociales à l’Institut catholique de Paris (1996-1999) ; curé à Zinder au Niger (1999-2004) ; délégué au Chapitre général à Rome (2004) ; Assistant provincial à Ouagadougou au Burkina Faso (2005-2008) ; Recteur du Philosophat des Pères Blancs à Ouagadougou (2008-2009) ; Provincial à Bukavu en République démocratique du Congo (2009-2010) ; Membre du Conseil général des Missionnaires d’Afrique à Rome (2010-2016). Depuis 2017, il est supérieur provincial des Missionnaires d’Afrique à Bukavu, en République démocratique du Congo. Il est à la fois membre du Conseil presbytéral et du Collège des consulteurs de l’archidiocèse de Bukavu.

La Libération du Père Hans-Joachim Lohre

Communiqué Officiel

Le Père Hans-Joachim Lohre, Missionnaire d’Afrique, a été libéré le dimanche, 26 novembre 2023, et se trouve actuellement en Allemagne. Nous rendons grâce à Dieu pour cette libération advenue après un an et six jours de captivité. Nous remercions vivement tous ceux et celles qui par leur prière ont hâté cette libération et nous ont accompagné de leur amitié et affection. Que Dieu les bénisse.

Nous souhaitons à notre confrère Ha-Jo bon repos et nous nous réjouissons déjà de pouvoir prochainement communiquer avec lui de vive voix.

Rome, 30 novembre 2023

André-L. Simonart (M.Afr.), Secrétaire Général.

Rencontre des Provinciaux et Supérieurs de Sections avec le Conseil Général, 2023

La rencontre des Provinciaux et des Supérieurs de Sections avec le Conseil Général

Sur la photo, de gauche à droite: (Assis) Arsène Kapya (PAC), Réal Doucet (AMS), Stanley Lubungo (SG), Francis Bomansaan (AG), Anselme Tarpaga (AG), (Débout) Didier Sawadogo (PAO), Jean-Marie Amalebondra (MGH), Jos Van Boxel (PEP), John Itaru (EG), Leo Laurence Joseph Maria (AG), Dennis Pam (GHN), André Simonart (SG), Christian Mulenga (SAP), Haile Gazena (EPO), Pawel Hulecki (AG), (A distance) Jaya Bordhan Mrutyun (SOA), et Oswald Mallya (EAP).

Du 4 au 11 octobre 2023 s’est tenue la rencontre des provinciaux et des supérieurs des sections avec le Conseil général. Cette rencontre avait comme objectif d’introduire les différents responsables à leur tâche d’animer les confrères et d’administrer les différentes circonscriptions. Il s’agissait d’une initiation à la dynamique de leadership dans la Société avec une certaine insistance sur le rôle représentatif non seulement du Supérieur général mais de toute la Société.

Les provinciaux et les supérieurs des sections ont été introduits dans l’exercice de l’autorité dans la Société par la familiarisation avec les documents officiels comme les Constitutions et Lois, les différents vademecums et les décisions du Chapitre général et leur avancement. Ils ont pu aussi rencontrer les différents services de la Maison généralice, comme le secrétariat à la Formation initiale, la coordination JPIC-RD, la coordination de l’Intégrité du ministère et l’équipe des média.

Sur les 10 participants, huit étaient sur place et deux ont suivi le programme à distance. C’était aussi le temps d’écouter les nouvelles de nos provinces et sections et de nous connaître davantage pour une meilleure collaboration dans l’avenir.

Voici ce que certains participants ont dit par rapport à la réunion:

La rencontre m’a fait prendre conscience de mes responsabilités en tant que provincial. La première prise de conscience est qu’en tant que provincial, je suis un surveillant non seulement des ressources humaines et matérielles de la province, mais aussi de la manière dont ces ressources doivent être gérées et distribuées. La rencontre m’a également fait prendre conscience de la mission de notre Société, notamment dans les domaines de JPIC-RD. À plusieurs reprises au cours de la réunion, j’ai eu le sentiment que les responsabilités étaient bien trop lourdes pour une seule personne ! Je me sentais en quelque sorte dépassé et je me demandais comment une seule personne pouvait-elle gérer tout cela ! La réunion m’a encore une fois fait prendre conscience de mes limites en tant que personne, et de la nécessité de rechercher l’aide et la direction de Dieu dans ce ministère. Enfin, j’espère et je prie pour que « la grâce de la charge me transforme ».

Je voudrais commencer par dire un grand merci à vous, membres du Conseil général, pour votre disponibilité et votre partage. Les partages des différentes provinces et sections ont été très appréciés : ces partages mettent en valeur la diversité de nos efforts missionnaires, de nos joies et de nos défis. Merci de nous écouter et de nous permettre de prendre conscience des responsabilités et des défis du leadership.

La réunion avait pour but de présenter aux responsables leurs fonctions de dirigeants/leaders pour une meilleure administration en vue d’un bon service rendu aux confrères et à la Société dans son ensemble. La réunion a également attiré mon attention sur la manière dont nous pourrions travailler et collaborer les uns avec les autres, étant au service de la Société. J’ai personnellement apprécié les contributions et le partage de différents points de vue lors de la réunion, ce qui m’a enrichi. C’était l’occasion pour moi de faire connaissance avec les autres.

La rencontre avec le Conseil général a été un moment de formation et d’approfondissement dans la connaissance de notre Société, en ce qui concerne notamment l’exercice du service d’autorité. C’était intéressant de nous confronter aux documents (vademecum et autres). Ces documents sont des outils non seulement pour le service de la gouvernance dans nos provinces ou sections, mais aussi des instruments de méditation et de prière pour cette mission que nous partageons avec le Christ dans l’Église, pour les confrères de nos juridictions et pour toute la Société. Aussi, l’application de ces directives devra toujours se vivre dans le plus grand amour de la mission et de nos confrères, pour qui je suis appelé à être un exemple dans le vécu et le partage de notre charisme : n’est-ce pas là la meilleure manière de gouverner ?

La rencontre du Conseil général avec les provinciaux a été une expérience très belle et fructueuse. Tout d’abord, c’était une bonne introduction à la mission de gouvernance. Deuxièmement, par l’occasion qu’elle nous a donnée de nous rencontrer, de mieux nous connaître, d’apprendre les uns des autres et de nous sentir investis de la même mission au service de nos confrères. Les différents sujets abordés correspondaient à des besoins réels du terrain et étaient très bien préparés. J’ai beaucoup apprécié les rencontres avec les différents coordinateurs et l’articulation entre la formation sur la gouvernance et la mise à jour des orientations du Chapitre pour nous maintenir concentrés sur la mission prophétique.

À propos de notre réunion à Rome, je préfère utiliser le terme « rencontre ». C’était pour moi la partie la plus importante de nos quelques jours passés ensemble : créer des liens, apprendre à nous connaître et développer un esprit de corps. Il est si important de nous rappeler que nous sommes au service de toute la Société, et pas seulement des confrères vivant dans notre propre province ou section. J’ai été heureux d’écouter chacun des membres du Conseil général et les responsables des différents services. La plupart d’entre eux sont des nouveaux venus et les entendre nous parler comme ils l’ont fait, a confirmé ma conviction que notre Société maintient vivant le charisme que nous avons reçu de notre fondateur. Continuons à prier les uns pour les autres !

La réunion a été très utile et encourageante pour diverses raisons. Le fait de nous retrouver face à face pendant plusieurs jours nous a permis de faire connaissance, tant entre provinciaux, supérieurs de Section qu’avec les membres du Conseil général. Le lien est très important. Les thèmes présentés étaient très bien préparés et nous ont donné un aperçu plus approfondi de ce que l’on attend de nous. Merci à chacun des présentateurs, y compris les confrères en charge de diverses responsabilités à la Maison généralice (JPIC-RD, sauvegarde, médias, finances, etc.) Nous avons eu l’occasion de discuter ensemble, de poser des questions et également d’apporter nos propres contributions.

L’atmosphère accueillante de la Maison généralice nous a fait nous sentir chez nous et l’interaction avec les autres membres de la communauté et les autres visiteurs a été agréable et intéressante. Je remercie le Conseil général de nous avoir invités à cette rencontre, qui pour moi était plutôt une séance de formation sur le leadership dans notre Société. Ce fut une révélation sur l’importance de l’administration dans notre système de gouvernance.

L’importance d’être en accord avec les documents de la Société, savoir où trouver des explications à beaucoup de nos questions. Il était évident que nous ne prenons pas assez de temps pour lire et assimiler nos instruments de travail : les Constitutions et Lois ; le vademecum du gouvernement pour les provinciaux ; les statuts des provinces; etc. et travailler à la réalisation des décisions du dernier Chapitre général.

L’importance de travailler en équipe entre nous et la fluidité de l’information. La réunion à ce niveau de leadership dans la Société est une occasion importante de se serrer les coudes entre nous.

La rencontre a été pour moi un véritable signe d’unité et de communion des confrères engagés à servir notre Société des Missionnaires d’Afrique dans le leadership et les services administratifs. La rencontre a été marquée par un air de profonde fraternité. Chaque supérieur provincial ou de Section était libre d’exprimer les défis et les réussites vécus au sein de sa province/section de mission. La volonté du Conseil général d’écouter et de sympathiser avec ces expériences m’a fortement impressionné par son ouverture au dialogue et à la collaboration. Un aspect frappant a été le sens de l’écoute qui régnait dans la salle de conférence. Malgré les différences de contexte culturel, politique et économique de nos provinces/sections respectives, les supérieurs provinciaux ou de section ont trouvé un terrain d’entente dans leur mission commune dans laquelle chacun est profondément engagé. Ce qui m’a vraiment touché lors de cette rencontre, c’est le désir d’unité. Malgré les défis et les différences, un réseau mondial est resté dédié au service de la mission. L’expression « si cela signifie couler ensemble, coulons ensemble » n’était pas seulement une expression vulgaire, mais d’un grand impact et d’une invitation à la transformation de l’attitude envers notre Société comme un navire sur lequel nous sommes tous à bord. Cette réunion a été un rassemblement profond et inspirant. Le dévouement partagé et les efforts combinés avec l’esprit d’unité incassable m’ont laissé un sens renouvelé du but alors que nous poursuivons notre voyage missionnaire dans différents pays du monde.

Personnellement, j’ai apprécié l’initiative que le Conseil général a prise d’organiser cette rencontre d’initiation. J’ai apprécié le climat fraternel et détendu qui régnait durant les réunions. Le contenu des thèmes traités était riche et intéressant. Cette rencontre m’a rendu plus conscient du poids qui pèse sur le provincial quant à la gouvernance d’une province et aux décisions à prendre, ce qui requiert une bonne dose de discernement et un esprit de prière avant de prendre des décisions importantes. Nous souhaitons beaucoup de force interne à nos confrères qui sont au service des provinces et de sections. N’oublions pas de prier pour eux !

Recueilli par Pawel Hulecki (M.Afr) Assistant Général

Visite du Cardinal Cristobal Lopez Romero

Visite du cardinal Cristobal Lopez Romero à la Maison Généralice des Missionnaires d'Afrique à Rome

Le mardi 24 octobre, vers midi, nous avons reçu la visite du cardinal Cristobal LopezRomero, archevêque de Rabat au Maroc.

Le cardinal Cristobal est actuellement à Rome et participe à la troisième phase du synode, où les évêques et les autres participants invités discernent et construisent ensemble la prochaine étape du voyage synodal de l’Église. La visite avait un caractère amical et fraternel.

Premièrement, le cardinal a partagé avec le Conseil Général sur la présence des Missionnaires d’Afrique au Maroc. Rappelons qu’en septembre 2022, nous avons ouvert une nouvelle communauté à Rabat avec la présence de deux confrères : Albert Kondemodre (Bfa) et Oscar Garcia Padilla (Mex). A présent, un troisième confrère, Modeste CubakaTebuka (RDC) a rejoint l’équipe. Le cardinal a exprimé sa gratitude pour la nouvelle communauté et pour l’engagement des confrères dans la vie du diocèse : Albert aide à la paroisse cathédrale et est coordinateur de la pastorale pénitentiaire, Oscar est directeur de Caritas au Maroc et Modeste est en train d’apprendre l’arabe littéraire sur place. 

Deuxièmement, le cardinal a partagé avec nous sur les réalités de l’Eglise au Maroc et quelques réflexions concernant le déroulement du synode à Rome. 

Nous sommes très reconnaissants envers le cardinal Cristobal pour sa visite dans notre Maison Généralice et pour son assistance paternelle envers nos confrères présents au Maroc. 

Nous souhaitons au cardinal beaucoup de force intérieure dans la mission sur la terre marocaine.

Que notre Dame du Maroc, qui est Notre Dame du chemin, marche avec nous pour que nous arrivions tous ensemble à la maison du Père.

Pawel Hulecki (M.Afr) Assistant Général