Wilfried Langer R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Ludwig Peschen, Délégué Provincial du secteur d’Allemagne,
vous fait part du retour au Seigneur du Frère

Wilfried Langer

le dimanche 5 mai 2024 à Hechingen (Allemagne)
à l’âge de 83 ans dont 57 ans de vie missionnaire
au Burkina Faso,  au Mali et en Allemagne.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

(plus…)

Joseph Eberle R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Ludwig Peschen, Délégué Provincial du secteur d’Allemagne,
vous fait part du retour au Seigneur du Frère

Joseph Eberle

le dimanche 21 avril 2024 à Oberdischingen (Allemagne)
à l’âge de 91 ans dont 63 ans de vie missionnaire
au Malawi, au Mozambique et en Allemagne.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

(plus…)

Roger Bélanger R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Réal Doucet, Provincial des Amériques,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Roger Bélanger

le mercredi 24 avril 2024 à Montréal (Canada)
à l’âge de 87 ans dont 58 ans de vie missionnaire
au Malawi et au Canada.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

(plus…)

Protection des enfants rapport d’audit, secteur irlandais

Le secteur irlandais des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) en février 2024 avait invité le Conseil national pour la protection des enfants de l’Église catholique d’Irlande à procéder à un audit des pratiques de protection dans notre secteur.

Voici le rapport d’audit en anglais

FINAL-Review-Report-Missionaries-of-Africa-20240322

Rencontre des stagiaires du 15 mars au 17 mars 2024

Secteur de Niamey, Niger

AVEC UN CŒUR RECONNAISSANT

……………………………………………………………………………..

Que tes œuvres sont belles, que tes œuvres sont grandes !
Seigneur, Seigneur, Tu nous combles de joie !

1. C’est toi le Dieu qui nous as faits, qui nous as pétris de la terre !
Tout homme est une histoire sacrée, l’homme est à l´image de Dieu !
Ton amour nous a façonnés, tirés du ventre de la terre !
Tout homme est une histoire sacrée, l’homme est à l´image de Dieu !
Tu as mis en nous ton Esprit : nous tenons debout sur la terre !
Tout homme est une histoire sacrée, l’homme est à l´image de Dieu !

………………………………………………………………………………

Voici un chant et une prière sacrée qui ont guidé nos trois jours de rencontre en tant que stagiaires du secteur de Niamey-Niger. Cette rencontre a été animée par le père Pascal Kapilimba, vice-provincial de la PAO.

C’est donc avec un cœur ouvert que nous souhaitons d’abord remercier Dieu Tout-Puissant pour sa présence et ses bénédictions sur nous. Gloire à Dieu aussi pour sa présence parmi nous afin que nous continuions à partager et à témoigner son amour parmi les habitants du Niger. Je crois aussi que c’est la prière de chacun d’entre nous ; quoi que nous disions, quoi que nous pensions, quoi que nous accomplissions et quoi que nous fassions, que ce soit pour la plus grande gloire de Dieu, et cela dans tout ce que nous faisons et disons ; les gens ne nous voient pas, mais voient toujours le Christ Jésus à travers nous et en nous.

De même, nous souhaitons exprimer notre sincère gratitude au père Pascal qui a mis de côté son emploi du temps chargé, juste pour être avec nous lors de cette rencontre particulière. Ce faisant, je voudrais souligner certaines choses importantes que nous avons partagées lors de notre réunion.

“CHARITÉ APOSTOLIQUE”

L’idée de la charité apostolique est très claire et blanche comme la neige. “Nous ne sommes pas des touristes, en tant que tel, notre charisme est celui de la charité apostolique … De la charité apostolique; pas d’autre mais comme les disciples du Christ”. Tout à tous. Cela exige de nous que, tous, nnous ne soyons rien d’autre que tous les peuples. Pour nous les stagiaires, c’est toujours une demande d’apprendre la culture du peuple, de manger leur nourriture, de se sentir et d’être avec eux dans toutes leurs souffrances, etc. Ce n’est pas une nouvelle idée pour un esprit missionnaire. Cependant, nous ne pouvons pas non plus ignorer le fait que c’est un défi de vivre ainsi, surtout quand nous voulons dépendre de notre pouvoir humain. Un missionnaire devrait donc être un homme de prière, qui cherche le Saint-Esprit, l’humilité de Dieu, pour le guider et à faire toutes choses à travers le Christ qui l’appelle chaque jour dans sa vie quotidienne.

Nous aimerions aussi reconnaître la présence du père Leo qui nous a rejoint le dernier jour de notre réunion. C’était encourageant d’apprendre que le père Leo et le père Pascal partagent la même idée de la vie du ‘tout à tous’ : « Nous avons besoin de plus que d’être un prêtre, nous avons besoin de missionnaires », disait le père Leo. Cela signifie que nous ne sommes pas là simplement pour célébrer la messe ou être parmi la multitude des chrétiens, comme cela pourrait être dans d’autres pays comme, la Zambie ou l’Ouganda, juste pour nommer quelques-uns. Dans un pays comme le Niger, nous devons être habitués à quelques chrétiens, par exemple comme la paroisse de Saint-Joseph à Saga ou Saint-Vincent de Paul à Birni N’Konni. Mais plus que cela, un missionnaire est là non seulement pour quelques chrétiens qui sont dans cette paroisse particulière, mais plutôt pour l’ensemble de la population. C’est ce que signifie être missionnaire. Vivre celà contribue à former une communauté joyeuse.

UNE COMMUNAUTÉ JOYEUSE

Pour moi, je décris une communauté joyeuse dans notre contexte des M. Afr comme un groupe d’hommes pleinement humains, responsables, reconnaissants, des hommes au cœur ouvert, des hommes qui savent comment et quand communiquer avec les uns et les autres. Être responsable peut aussi signifier avoir un sentiment d’appartenance à la communauté. Chaque individu doit ressentir cela et cela doit nous aider à vivre notre interculturalité en recherchant l’unité malgré nos différences de nationalité. Comme le cardinal Lavigerie nous le rappelle : « chacun de nous doit aimer chaque membre de la Société de la même manière ». En tant que stagiaire, le père Pascal nous l’a également rappelé : « nous sommes envoyés par le Supérieur général qui, en même temps, envoie tous les confrères dans leurs communautés respectives. Il ne faut donc pas oublier que, bien que membres de la communauté, nous sommes également des étudiants en formation. Ensuite, puisque nous sommes membres de la communauté, nous ne devons pas attendre d’être accueillis pour proposer de nouvelles idées (nous ne nous séparons pas de la communauté), mais plutôt faire tout ce que nous pouvons pour le bien de la communauté à laquelle nous appartenons ».

C’est dire aussi que chaque membre de la communauté est invité à faire un effort. Un effort qui vise à construire une communauté joyeuse. Néanmoins, sans les efforts de chacun pour lutter pour ces éléments importants, nous ne pouvons pas réaliser une communauté joyeuse.

De mon côté, je peux dire que cette réunion fut pour moi un moment spécial qui m’a aidé à faire une pause, réfléchir sur ma vie et évaluer la transmission de cela comme candidat Missionnaire d’Afrique sur la scène du peuple du Niger. Non seulement le peu de chrétiens dans les paroisses que je visitais ici au Niger, mais plutôt toute la population, en particulier celle que je rencontre dans ma vie quotidienne. En dehors de cela, ce fut aussi un moment pour moi d’écouter, un moment qui m’a permis d’être inspiré par d’autres expériences, celles de mes confrères. Très important, c’était aussi un temps de reconnaître la présence de Dieu dans l’histoire de ma vie et dans celle des autres.

Je suis reconnaissant pour tout ce que Dieu continue d’accomplir à travers moi en tant que stagiaire de la paroisse Saint-Vincent de Paul, paroisse de Birni N’Konni, ici au Niger.

Par: Kelly Mukosha, Stagiaire

 

Denis Laliberté R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Réal Doucet, Provincial des Amériques,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Denis Laliberté

le mercredi 10 avril 2024 à Sherbrooke (Canada)
à l’âge de 88 ans dont 63 ans de vie missionnaire
en Zambie et au Canada.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

(plus…)

Dieudonné Kitumbule R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Arsène Kapya, Provincial d’Afrique Centrale,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Dieudonné Kitumbule

le samedi 17 février 2024 à Nairobi (Kenya)
à l’âge de 47 ans dont 16 ans de vie missionnaire
au Burkina Faso, au Mali et en RD Congo.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Téléchargez ici le faire-part de décès du Père Dieudonné Kitumbule

(plus…)

William Moroney R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Réal Doucet, Provincial des Amériques,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

William Moroney

le samedi 17 février 2024 à Nairobi (Kenya)
à l’âge de 89 ans dont 63 ans de vie missionnaire
en Tanzanie, aux États-Unis, en France et au Kenya.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

(plus…)

Protection des enfants Annonce d’audit, secteur irlandais

Le secteur irlandais des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) a invité le Conseil national pour la protection des enfants de l’Église catholique d’Irlande à procéder à un audit des pratiques de protection dans notre secteur.

Si vous avez un avis, un commentaire ou une précision à apporter sur la sauvegarde et de la protection dans le secteur irlandais des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), nous vous invitons à nous contacter au +353 1 405 5263 ou au Conseil national au +353 1 505 3124.

Si vous souhaitez signaler un problème de protection de l’enfant, veuillez contacter Julie McCullough, personne de liaison désignée pour la sauvegarde, au +353 86 328 8503 ou par e-mail à pep.irl.cim@mafr.org.

Vous pouvez également contacter la Garda Child Sexual Abuse, téléphone gratuit : 1800 555 222 ou Tusla : http://www.tusla.ie/get-in-touch/

Célébration de la fête de la vie consacrée le 3 février 2024 à Lilongwe, Malawi

L'épuisement professionnel dans la mission

En 1997, le pape Jean-Paul II a institué une journée de prière pour les femmes et les hommes engagés dans la vie consacrée. Cette fête est célébrée dans l’Église catholique chaque 2 février. Dans l’archidiocèse de Lilongwe, cette célébration est souvent organisée un jour opportun après le 2 février pour que tous les consacrés, hommes et femmes, puissent se retrouver et vivre une journée de recueillement et de rassemblement. Cette année, nous avons célébré cette fête le 3 février 2024.

Intervention de l’animateur

Le thème qui a guidé la récollection était “L’épuisement professionnel dans la mission”. Le Révérend père John Mangwere, membre de la société apostolique des Pallottins, a animé la récollection. Il a ardemment appelé toutes les personnes consacrées à se prémunir contre l’épuisement physique, émotionnel et spirituel. Cet épuisement est source de fatigue, de stress et de dépression et peut conduire à la perte de la vocation. “En tant que personnes consacrées, nous sommes données à la mission et nous dépensons beaucoup d’énergie au service des autres, en oubliant notre propre personne”.

Cette réflexion sur l’épuisement dans la mission est un appel unique aux personnes consacrées en service pour qu’elles se renouvellent souvent dans le ministère pastoral. L’évangélisation est un service fatigant qui exige un discernement constant, surtout dans ce monde en mutation rapide. Sans une mise à jour régulière des signes du temps, on perd la direction et le moral dans le ministère.

La détérioration incessante de la vie communautaire dans de nombreuses maisons religieuses a été pointée du doigt comme l’une des principales causes de l’épuisement dans le ministère. Le “cancer” de l’individualisme dans nos sociétés n’épargne pas les communautés religieuses. Il a été identifié comme un mal et un facteur primordial qui remet en question la vie religieuse et le ministère dans l’Église.

Après avoir entendu cette réflexion émouvante du père John, les dizaines d’hommes et de femmes consacrés ont été invités à un moment de méditation. Il s’agissait de se préparer à demander pardon à Dieu pour les nombreuses fois où nous avions échoué. Le sacrement de la réconciliation, mis en place quelques minutes avant la sainte messe, a réparé les ponts brisés entre l’humanité et Dieu, brisés à cause du péché.

Homélie de l’archevêque

L’archevêque de Lilongwe, Mgr George Desmond Tambala (O.C.D.), et son auxiliaire, Mgr Vincent Frederick Mwakhwawa, étaient présents. Leur présence et celle d’autres doyens des doyennés du diocèse de Lilongwe a montré l’unité entre les hommes et les femmes consacrés de l’archidiocèse.

Dans son homélie plutôt stimulante, l’archevêque a invité tous les consacrés présents à méditer sur le rôle qu’ils jouent dans l’Église : “L’Église catholique telle qu’elle est perçue aujourd’hui est à la fois une Église en croissance et une Église mourante. Dans les pays du Sud et en Asie, l’Église continue de connaître de nombreux baptêmes, tandis que l’Église catholique du monde occidental est au bord de l’extinction”. Cela devrait réveiller l’appel moral et l’enthousiasme des hommes et des femmes consacrés. “L’Église et le monde ont un besoin urgent de religieux. Leur rôle dans la société est vital”, a-t-il ajouté. Il a insisté sur l’éducation et la formation des formateurs responsables de la formation des consacrés dans l’Église : “Aujourd’hui, contrairement au passé, nous avons besoin de formateurs qui connaissent bien la spiritualité, la psychologie et les sciences humaines. D’où la nécessité d’une formation holistique des formateurs.

Il a terminé son homélie en appelant toutes les femmes et tous les hommes consacrés à travailler ensemble dans le ministère auprès des jeunes. Les jeunes sont le fondement de l’Église de demain. Ils sont la joie de l’Église que nous devons voir demain. La responsabilité de leur évangélisation repose entièrement sur les femmes et les hommes consacrés d’aujourd’hui.

Remerciement du père Turnbull

En quelques mots, le Vicaire des Religieux, le père Bill Turnbull (M. Afr.) a remercié tous les consacrés qui ont apporté leur contribution à la célébration. Il a apprécié l’unité entre les consacrés et les a invités à continuer dans le même esprit lors du prochain jubilé des religieux, prévu en 2025. “En tant que religieux, missionnaire et chrétien, quel est mon/votre rôle dans ce monde où les normes culturelles, la vie religieuse et les faits de foi sont en mutation ? Le Christ a été consacré et donné à ce même monde il y a plus de 2.000 ans. Vous et moi sommes des personnes consacrées et offertes à ce monde d’aujourd’hui. Voici que cet enfant est destiné à la chute et au relèvement de beaucoup en Israël (Lc 2,34), et c’est ainsi que chacun de nous est également destiné à la chute et au relèvement de beaucoup dans nos postes de mission aujourd’hui”.

Par: Justus Wednesday (Stagiaire)