Communiqué officiel 02/04/2023

Communiqué officiel

Le Père Stanley LUBUNGO, Supérieur général,
après consultation des confrères concernés et dialogue avec les intéressés,
a nommé, avec le consentement de son Conseil,

le Père Ferdinand VAN CAMPEN Assistant provincial de la Province d’Europe,

le Père Oswald MALLYA Supérieur provincial de la Province de l’Afrique de l’Est,

le Père Dennis PAM Supérieur provincial de la Province du Ghana-Nigeria et

le Père Arsène KAPYA Supérieur provincial de la Province de l’Afrique centrale,

pour un premier mandat allant du 1 juillet 2023 au 30 juin 2026.

Rome, 31 mars 2023.
André-Léon SIMONART,
Secrétaire général.

Chemin de croix 2023

Chemin de croix des pèlerins Via Aurelia

un moment de prière et de communion

Pour respecter leurs observances du Carême, les religieux pèlerins de Via Aurelia à Rome, de près et de loin, ainsi que les voisins, les amis et les visiteurs, se sont unis sur le chemin de croix.  Parmi eux se trouvaient les Oblats de Marie Immaculée (organisateurs), les Sœurs de l’École de Notre-Dame, les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, les Sœurs de la Mère des Douleurs, les Sœurs Maristes, les Missionnaires d’Afrique, etc.  En tant que pèlerins, nous étions unis à l’Église universelle sur un chemin de prière et de communion.

Sept stations ont guidé notre prière et notre méditation. Nos réflexions ont été dérivées de passages bibliques bien choisis et de Laudato Si’ §2, §66, §99, §100 et §205. Une attention particulière a été portée sur la création, l’incarnation, la clameur de la Terre, le Golgotha et le retour au Père. Nous avons également demandé à notre Mère Marie d’intercéder pour nous alors que nous récitions une décennie de chapelet. Ce n’était pas seulement la prière et la communion ; c’était aussi un temps de contempler la beauté de la nature – arbres, fleurs, oiseaux, soleil – qui nous a rappelé de notre responsabilité de prendre soin de la Terre.

En outre, la communauté d’accueil a offert des collations et des boissons aux pèlerins. Ce fut l’occasion de cheminer ensemble, d’être en communion, de nourrir notre foi, de favoriser la conversion écologique et de vivre le chemin synodal vers Pâques.

Prosper HARELIMANA, M. Afr.

Pour les victimes d’abus : Le Pape François

Face aux abus, et surtout à ceux qui sont commis par des membres de l’Église, il ne suffit pas de demander pardon. Demander pardon est nécessaire, mais cela n’est pas suffisant. Demander pardon est important pour les victimes, mais il faut qu’elles soient vraiment « au centre » de tout. La douleur et les blessures psychologiques des victimes ne peuvent commencer à guérir que si elles trouvent des réponses et des actions concrètes en mesure de réparer les horreurs subies et empêcher leur répétition. L’Église ne doit pas cacher la tragédie des abus, quels qu’ils soient. Ni lorsque les abus se produisent au sein des familles, ni même dans des associations ou dans tout autre genre d’institutions. L’Église doit être un exemple. Elle doit aider à résoudre ces abus, elle doit les faire apparaître au grand jour aussi bien dans la société qu’au sein des familles. L’Église doit également offrir des espaces sûrs pour écouter les victimes, les accompagner psychologiquement et les protéger. Prions pour tous ceux qui souffrent à cause du mal reçu par les membres de la communauté ecclésiale : qu’ils puissent trouver dans l’Église elle-même une réponse concrète à leur douleur et à leur souffrance.

Décès du frère de notre supérieur général

Communiqué

Nous vous faisons part de la très triste nouvelle du décès inopiné ce midi du frère de notre supérieur général. Mr Maxwell était âgé de 60 ans. Nous présentons nos condoléances à Stan, à sa sœur et aux autres membres de sa famille. Nous prions pour le repos éternel du cher défunt et demandons à Notre Dame de Lourdes d’obtenir le réconfort de la grâce divine pour Stan et pour tous ceux et celles que ce décès laisse dans le deuil.  

Rome, 11 février 2023

André-L. Simonart, M.Afr.
Au nom du Conseil général.

Jean Florent Toro R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Christian Mulenga, Provincial de la Province d’Afrique australe,
vous fait part du retour au Seigneur du stagiaire

Jean Florent Toro

le Lundi 6 février 2023  à Chezi, Malawi
à l’âge de 25 ans. En stage pastoral à Chezi au Malawi.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Téléchargez ici le faire-part de décès du stagiaire Jean Florent Toro

(plus…)

Benoît XVI : Souvenirs

Benoît XVI : Souvenirs

+ Michael Cardinal Fitzgerald, M.Afr.

J’ai eu plus à faire avec le Cardinal Joseph Ratzinger en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) qu’avec lui en tant que Pape Benoît XVI.

Selon les règles établies dans Pastor Bonus, la réforme de la Curie romaine sous le pape Jean-Paul II, tous les dicastères devaient avoir l’approbation de la CDF avant de publier tout document touchant à la théologie. Ce fut le cas pour Dialogue et Annonce, publié en 1991 par le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux (PCID). Devenu aujourd’hui le Dicastère pour le dialogue interreligieux) en collaboration avec la Congrégation pour l’évangélisation des peuples (CEP). Cela impliquait des réunions tripartites entre les hauts responsables de la CDF, de la CEP et du PCID. Le cardinal Ratzinger était toujours bien préparé, avec des notes écrites. Il n’a jamais bluffé avec de nombreux mots en réponse à une question. Il était toujours précis et poli dans la présentation de son opinion.

Le cardinal Ratzinger, à la demande d’un de ses anciens étudiants qui avait été choisi comme évêque orthodoxe de Chambésy, en Suisse, est devenu un membre fondateur de la Fondation pour le dialogue interculturel et interreligieux basée à Genève. Avant d’être élu pape, il m’a demandé de le remplacer au conseil d’administration de la Fondation. Je le mentionne car cela montre qu’il avait confiance en moi. Lorsque, en 2006, donc pendant son pontificat, j’ai été envoyé en Égypte en tant que nonce, ce n’était pas parce que le pape Benoît était en désaccord avec mon attitude envers l’islam et les relations avec les musulmans, comme l’ont affirmé les médias sociaux de l’époque.

Ces mêmes médias ont affirmé que si j’avais été encore président du PCID, le pape Benoît m’aurait montré le projet de sa conférence à Ratisbonne en septembre 2006 et le conflit qui a suivi avec les musulmans aurait été évité. Je pense, bien que je n’aie aucun moyen de vérifier cette affirmation, que le pape Benoît n’aurait demandé l’avis de personne pour préparer une conférence à donner dans l’université où il enseignait.

Si j’avais été consulté, j’aurais dit que parler de Mahomet, c’est comme marcher sur une terre sainte, et qu’il faut donc avoir la délicatesse de se déchausser et de marcher légèrement. On peut comprendre la réaction des musulmans à la citation négative que le pape Benoît a utilisée dans son discours de Ratisbonne. Comme me l’a dit un dirigeant musulman à l’époque : “Si le pape Benoît avait dit “Je ne suis pas d’accord avec cela”, il y aurait eu peu de réactions, mais malheureusement, ce n’est que plus tard qu’il a été précisé qu’il n’était pas d’accord avec la citation.” (Sur toute cette question de la conférence de Ratisbonne, voir le dossier spécial dans Islamochristiana 32(20060) pp.273-297).

Pendant son pontificat, le pape Benoît ne recevait pas les Nonces en audience, ce qui est étrange puisque les Nonces sont les représentants personnels du Souverain Pontife. Cela signifie qu’entre 2006 et 2012, je n’ai eu aucune relation avec lui. Après ma retraite, j’ai obtenu une audience privée et j’ai constaté que le pape Benoît était bien informé sur l’Égypte et qu’il avait de nombreuses questions sur la situation dans ce pays. Il avait, après tout, présidé le Synode spécial des évêques pour le Moyen-Orient et publié l’Exhortation apostolique Ecclesia in Medio Oriente.

J’ai vu le corps de Benoît XVI

La parole du Seigneur demeure pour toujours

Reginald Cruz

“Toute chair est comme l’herbe et toute sa gloire comme la fleur. L’herbe se fane et la fleur tombe, mais la parole du Seigneur demeure pour toujours.” 1P. 1:24-25

Ces paroles des Écritures ont résonné en moi lorsque j’ai vu le corps de Benoît XVI. Le décès d’un Pape, quel qu’il soit, offre aux croyants un moment de rétrospection, même si le grisaillement de sa dépouille embaumée donnait à l’air une touche un peu plus sombre.

Un flux continu de personnes a défilé devant le défunt Pape émérite. Beaucoup semblaient être des touristes ayant la chance d’être à Rome; se contentant de commémorer cet événement avec leur téléphone portable. Pourtant, il y avait des personnes en deuil visiblement affectées par la perte de ce théologien douloureusement introverti mais un grand érudit, autrefois craint comme le rottweiler de Dieu.

Joseph Ratzinger n’était pas – comme beaucoup l’ont prétendu à tort – excessivement désireux d’occuper le siège de Pierre. Conscient des limites de ses compétences administratives, il apprenait constamment à devenir un Pape. Cette conscience de soi est la base de son plus grand héritage à l’Église : la profonde humilité de reconnaître et d’accepter ce que ni l’esprit ni le corps ne peuvent plus comprendre, et la volonté de transmettre le Siège Papal. Ainsi s’éteint Benoît XVI, dans la vie un serviteur du Christ et un héraut de la Parole du Père qui perdure à jamais.

Il va nous manquer pendant longtemps

La mort d’un confrère est souvent source de tristesse, mais celle de Richard, Cardinal Richard est ressentie comme une tragédie car il nous est difficile de la séparer de la succession des événements depuis le mois de mai. Il a été nommé cardinal, président du SCEAM, il est venu à Rome pour le consistoire et pour cela nous nous sommes mobilisés pour rendre grâce et fêter ici même à la maison généralice, recevant des délégations et des amis venus d’un peu partout ! Tout s’est arrêté d’un coup!

Depuis son décès, nous avons essayé de donner un sens à tout cela. Un seul sentiment prévaut : Dieu seul le sait. Ce n’est que dans la foi, dans la parole de Dieu, que nous pouvons trouver la consolation… car la foi et la parole nous ramènent en effet à ce que nous sommes profondément, frères et sœurs du Christ, fils et filles adoptifs destinés à la plénitude de la vie en Dieu. Enseveli avec le Christ par le baptême dans la mort, comme nous l’avons entendu dans la première lecture, Richard est entré et vit encore dans la vie nouvelle. Nous croyons que, comme dans sa vie il a mangé le “pain vivant descendu du ciel”, il “vivra pour toujours” et nous espérons nous vivrons aussi avec lui quand le moment sera venu.

Permettez-moi de partager une parole sur le Cardinal Richard. Ce qui ont vécu avec lui ont su apprécier son engagement total pour le bien de la Société et des confrères. Richard était un grand travailleur mais il était aussi un charmant compagnon. Nous le savons, sa santé n’était pas bonne et que plusieurs fois il a dû s’arrêter et a fait des séjours à l’hôpital. Mais à sa sortie, il repartait de plus belle: voyages, visites, réunions et conférences. Richard était devenu un véritable représentant de notre Société et une icône pour ses confrères. Ses dernières nominations montrent combien son intelligence, sa clairvoyance et son engagement étaient reconnus au niveau de l’Église en Afrique et de l’Église Universelle.

Au cours de la Messe d’action de grâce pour son cardinalat que j’ai présidé ici je disais notre joie d’accueillir les délégations dans la maison où il a vécu pour 16 ans ! C’est plus longtemps qu’il a vécu ailleurs dans un même lieu ! Il est beau en quelque sorte que c’est dans cette maison qu’il a passé ses derniers jours sur terre.

Il nous manquera pendant longtemps. Prions qu’il repose en paix et qu’il retrouve dans la joie Celui qu’il a si bien servi.

Father Stanley Lubungo,
Superior General
Messe d’adieu – 19/12/2022