Notre expérience d’aspirants

Notre expérience d'aspirants

Nous sommes dix-neuf aspirants de la promotion 2019-20 à SOLA, Sollepuram, en Inde. Nous venons de huit États de l’Inde et de milieux culturels différents ; pourtant, nous vivons comme des frères de la même famille. Nous y apprenons que les Missionnaires d’Afrique vivent dans des communautés internationales et interculturelles. Nous apprenons beaucoup les uns des autres et nous pensons que notre vie à SOLA préfigure une telle vie communautaire. Écouter patiemment nos frères, partager notre temps et nos talents, travailler, jouer et prier ensemble sont quelques-unes des expériences, parmi tant d’autres, que nous avons vécues et acquises.

Notre vie à SOLA est centrée sur la prière et nous passons beaucoup de temps à prier. Nous avons appris de nombreuses prières en anglais et nous avons été initiés à la prière personnelle et communautaire. Nous avons été initiés à la prière par la méditation, la lecture spirituelle et l’examen de conscience. L’atmosphère calme et tranquille crée un environnement qui nous aide à bien prier. A différentes occasions, nous nous joignons à la communauté paroissiale pour des prières, au cours desquelles nous prions ensemble avec l’église locale. Grâce à la prière, nous commençons à mieux comprendre notre Seigneur, ainsi que l’invitation qu’il nous adresse.

Beaucoup de temps est consacré à l’anglais, et nous nous améliorons en parlant, lisant et écrivant l’anglais. Diverses activités, telles que la lecture à voix haute, la rédaction d’essais, les devoirs quotidiens, l’art oratoire et les concours de quiz sont intégrées dans notre programme pour améliorer notre anglais. Des tests réguliers en classe nous aident à réviser les matières que nous avons couvertes et à évaluer nos progrès. Toutes ces activités nous aident à renforcer notre confiance en soi et à acquérir les compétences nécessaires en anglais.

Dieu n’oubliera personne, même si une mère oublie son enfant. À SOLA, nous sommes très bien pris en charge, les pères de notre communauté ne montrant aucune partialité à l’égard de qui que ce soit. Ils nous traitent tous sur un pied d’égalité, comme leurs jeunes frères. Nous sommes façonnés comme des pots façonnés par un potier. Nous sommes heureux et apprécions notre séjour ici à Sollepuram.

Au nom de tous nos frères, nous vous demandons humblement de vous souvenir de nous dans vos prières afin qu’un jour, nous puissions aussi travailler dans la vigne du Seigneur grâce à la vocation spéciale de missionnaires.

Par : Chilka Pawan Kumar & Anand Munda – Cebu

Extrait du bulletin d’information de la SOA – janvier 2020

Réflexion sur trois années de formation

Réflexion sur trois années de formation

Comme le dit le psalmiste, « …voyez comme il est bon et agréable que des frères vivent ensemble en harmonie… » (Psaume 133, 1).

Si on me demande ce que j’ai aimé chez les Missionnaires d’Afrique pendant mes trois années de formation à la maison d’études SOLA, la première réponse sera la vie communautaire et la seconde, les formateurs, qui m’ont aidé à comprendre la profondeur et l’ampleur de ma vocation.
Bien que notre communauté soit principalement axée sur les études de philosophie, nos formateurs ont établi un calendrier qui accorde une importance égale aux aspects essentiels de la formation comme la prière, la pastorale, les études, la vie communautaire et d’autres domaines importants dans la vie d’un candidat, qui l’aident à se développer de manière intégrée dans sa vie personnelle et son parcours de vocation.

Chaque vocation est unique, et chaque congrégation a un charisme unique, mais j’ai toujours senti que l’appel à être Missionnaire d’Afrique est beaucoup plus unique que d’autres et que cette vocation présente de nombreux défis dès le début de notre programme de formation.

Au cours des trois dernières années, j’ai appris que je suis principalement responsable de ma propre formation et que personne ne me force à être comme les autres. Chaque candidat est libre d’affiner sa personnalité unique dans le cadre de la vocation missionnaire qu’il a reçue. Au cours de mes années de formation, j’ai été aidé à améliorer mon niveau de confiance dans divers domaines comme les études, la responsabilité personnelle, la vie communautaire interculturelle/internationale, etc.

Une vocation missionnaire est un don de Dieu, et Il forme chacun en conséquence. Grâce à nos formateurs, j’ai été aidé et guidé à approfondir ma compréhension de ce que Dieu veut de moi.
Des rencontres régulières avec mon compagnon spirituel m’ont aidé à m’évaluer sous différents angles. Nos récollections mensuelles et notre retraite annuelle ont été des temps de réflexion et de renouveau. En lien avec la spiritualité ignatienne, les rencontres mensuelles avec le recteur et les aimables corrections des membres du staff, j’ai appris à devenir une meilleure personne.

Assister à la messe africaine le premier dimanche de chaque mois, ce que je chéris, combiné à des concours de quiz et à des interventions sur l’Afrique et notre Société m’ont aidé à mieux connaître l’Afrique et ses habitants. Grâce à tout cela, j’ai acquis une meilleure connaissance de l’Afrique et de ses habitants et j’ai maintenant des amis africains à Bangalore.

Mes différents ministères pastoraux du week-end m’ont aidé à mieux comprendre les réalités de la vie auxquelles sont confrontés les gens autour de nous, ainsi qu’à approfondir ma compréhension de ce que signifie être un serviteur de Dieu. Je me suis senti interpellé par ces expériences et j’ai pu progressivement entrer dans la vie de ceux à qui j’ai été envoyé. Ce fut une grande leçon.

L’apprentissage du français a été l’une des grandes difficultés que j’ai rencontrées. Apprendre une nouvelle langue n’est pas, pour moi, une chose facile, mais avec le soutien constant de l’équipe de formation et de nos confrères qui connaissent le français, cela m’a donné le courage d’aller de l’avant.

La vie d’équipe est également une activité à apprécier qui m’a aidé de plusieurs façons, tant sur le plan individuel que dans mon cheminement vocationnel.

Suivre les traces du Cardinal Lavigerie dans le monde africain est un appel unique et stimulant. Mes expériences de formation à la maison d’études SOLA ont été positives et rassurantes. J’ai le sentiment d’avoir été bien formé pour faire face aux défis qui se présenteront à moi à mesure que j’avancerai. J’ai été très heureux de faire partie d’une communauté liée par l’amour et centrée sur le Christ et je remercie tous mes formateurs et les autres personnes qui m’ont aidé à être là où je suis aujourd’hui.

Lithin Varghese
Candidat de troisième année
SOLA Study House – Bangalore

Extrait du bulletin d’information de la SOA – janvier 2020

La vie en année spirituelle

La vie en année spirituelle (Kasama)

Lorsque j’étais aux Philippines et que je me préparais à partir pour l’Afrique, je n’avais aucun doute que mon Année spirituelle serait une bonne année. En réalité, ce fut un moment inoubliable dans ma vie. Quand je suis arrivé en Zambie en septembre 2018, j’étais si heureux. L’endroit était superbe et les gens tellement sympathiques. J’ai réalisé, après avoir interagi avec eux, que leurs cultures et traditions ne sont pas très différentes des miennes : des gens amicaux, respectueux des anciens, le style de chant et de danse, l’amour des fêtes et, surtout, la foi profonde du peuple pour Dieu. Pour moi, compte tenu de tous ces aspects, ce fut vraiment une année fructueuse.

Dans ma communauté, j’ai eu la chance de vivre avec des gens de dix nationalités différentes. J’ai appris beaucoup de choses d’eux : leurs cultures, leurs traditions, leurs pays et bien d’autres choses encore. Au début, j’ai dû faire beaucoup d’ajustements. Il y a eu des moments où je me suis retrouvé à me quereller, à crier, à lancer des mots grossiers et à être incompris par eux. Là, nous avons réalisé que nous devions nous aimer et nous entraider en tant que frères. Je pourrais dire que grâce à eux, j’ai développé une bonne ossature, une personne prête à être envoyée n’importe où et prête à faire partie de la mission du Christ en Afrique. Les formateurs ont également beaucoup contribué à ma croissance. J’étais reconnaissant de les avoir, en particulier mon Compagnon spirituel. Ils m’ont interpellé doucement sur mes faiblesses et sur les choses que je devais changer dans mon comportement. Je suis heureux d’avoir au moins réussi à leur faire face et je suis très reconnaissant à mes formateurs pour ma croissance.

Les sessions que nous avons eues, la mission pastorale chaque week-end, l’expérience d’immersion et la routine quotidienne m’ont énormément soutenu. Les sessions m’ont permis d’en savoir plus sur moi-même, notre fondateur, notre Société, l’Église, etc. Mes missions pastorales m’ont permis d’avoir un contact direct avec les gens en dehors de notre enceinte et m’ont rappelé que je suis un Missionnaire d’Afrique. Mon expérience d’immersion a été l’occasion d’actualiser et de concrétiser tout ce que j’ai appris au cours des sessions. J’ai pu travailler avec des personnes de différentes religions avec lesquelles nous avons formé une bonne communauté, avec pour objectif le bien-être du peuple de Dieu. J’ai également aimé notre routine quotidienne, pleine de réflexions sur moi-même et sur ma relation avec Dieu, sur son plan pour moi et sur qui je suis pour lui. Au cours de nos retraites, souvenirs et réflexions, mon cœur a découvert que Dieu m’aime tellement sans aucune condition et qu’il a de grands plans pour moi.

Mon année spirituelle a été pleine de la grâce de Dieu. Je me sens si chanceux et reconnaissant à Dieu de m’avoir donné une telle expérience. J’ai eu une bonne communauté et d’excellents formateurs. J’ai rencontré des gens très amicaux et généreux. J’ai vécu des moments inoubliables : l’entrée officielle dans la Société, la réception de la Gandourah, du Burnous et du Rosaire, la retraite d’élection, la déclaration d’intention et la réception du ministère de lecteur. Tous ces moments merveilleux ont été autant de grâces de Dieu pour moi qui ont exprimé son amour pour moi. Tout ce que j’ai est le résultat de Sa Grâce et je Lui suis éternellement reconnaissant.

À la fin de notre année spirituelle, lorsque j’ai quitté le centre de formation spirituelle de Kasama, je me suis dit que « ce lieu, le silence et mes frères me manquaient ». En effet, c’est une expérience unique dans ma vie. Je me souviens du père Paul Johnston, mon recteur lors de la première phase, qui disait : « 95% de la formation vient de l’intérieur et seulement 5% est assurée par les formateurs ». Je vois maintenant que c’est vrai.

Mon expérience de l’Année Spirituelle à Kasama a été une année très spéciale pour moi. Elle a changé ma vision de la vie, m’a éclairé davantage sur Dieu, m’a donné une bonne orientation sur la vie que j’ai décidé de vivre et m’a éclairé davantage sur notre fondateur et notre Société. De plus, j’ai appris tellement de choses pratiques. Pour moi, je peux exprimer mon expérience de l’Année spirituelle en ces termes : Elle a été très féconde, pleine de croissance sur moi-même et pleine de la grâce de Dieu.

Andy Deala des Philippines

L'année spirituelle de Kasama - Photo d'archives

Extrait du bulletin d’information de la SOA – janvier 2020

Clôture de l’année jubilaire à Cébu

Célébration de clôture du 150e anniversaire à Cebu

Le 8 décembre 2019, nous avons célébré avec joie dans notre maison communautaire la fête de l’Immaculée Conception de Marie et la clôture du 150e anniversaire de la fondation des Missionnaires d’Afrique.

Très tôt le matin, un groupe d’amis des Missionnaires d’Afrique est généreusement venu décorer le lieu où devait avoir lieu la Sainte Messe. Ils nous ont également apporté des cadeaux et un gigantesque gâteau préparé spécialement pour l’occasion.

La chorale était composée de candidats des Missionnaires d’Afrique et d’un groupe des Amis des Missionnaires d’Afrique aux Philippines (FROMAP). Nos talentueux candidats (Richard, Roberto, Mark, Vincent et Christian) ont fait un travail formidable de préparation pour l’occasion.

Le principal célébrant était notre confrère, le père Mike (Michel) Agoh, qui sert actuellement dans la paroisse de Malalag-Diocèse de Digos. Les co-célébrants étaient les Pères Bonaventure Gubazire, Boris Yabre, Luisito Poe, et un prêtre philippin de SDV, le Père Gilberto, qui a longtemps servi au Tchad. Notre stagiaire, Andy Deala, était également présent.

Au cours de son homélie, le Père Mike a appelé les fidèles à prendre la Mère Marie comme modèle en matière de foi. Marie a fait confiance à Dieu et s’est humiliée pour permettre à Dieu de l’utiliser comme un instrument d’amour pour l’humanité. Les personnes présentes ont été chaleureusement touchées de voir un homme noir parlant couramment leur langue locale – le cebuano.

L’assistance a été plus nombreuse que prévu. Parmi eux se trouvaient les parents de notre confrère de Cebu, Clayb Caputolan, qui sert actuellement en Éthiopie.

Notre chapelle étant trop petite, nous avons utilisé notre salle à manger et notre salon pour l’occasion. Les couloirs de la maison étaient également remplis de sympathisants. La présence d’un bon nombre d’amis pourrait-elle suggérer que notre présence et notre charisme missionnaire sont bien appréciés dans cette région ? Beaucoup de gens disent se sentir chez eux dans nos communautés, tant ici à Cebu qu’à Malalag.

Le fait de vivre dans des communautés interculturelles pourrait-il être en soi un apostolat ?

Après la célébration de l’Eucharistie, un groupe de traiteurs avait déjà habilement dressé des tables, bien décorées en blanc et en bleu pour représenter les couleurs mariales. Comme c’est une coutume ici, plusieurs lechons (porcs entiers rôtis) ont été servis. Les amateurs de viande parmi nous se sont réjouis au maximum.

Le délicieux repas a été suivi d’une animation. Les collaborateurs laïcs des Missionnaires d’Afrique et les anciens étudiants des Missionnaires d’Afrique ont présenté de belles œuvres artistiques. À la fin, nous nous sommes tous joints à la danse.

Ce fut, en effet, une journée marquée par une célébration joyeuse et agréable. Nous rendons grâce à Dieu qui a inspiré notre fondateur, le cardinal Charles Lavigerie, à rêver d’une si merveilleuse famille de Missionnaires d’Afrique, une famille choisie pour porter du fruit et devenir un témoin de l’amour et de la compassion de Dieu en Afrique et au-delà.

Que Mère Marie, Notre-Dame d’Afrique, continue d’intercéder pour nous !

Extrait du bulletin d’information de la SOA – janvier 2020

Clôture de l’année jubilaire à Bengalore

MAISON D'ÉTUDES SOLA - BANGALORE : CLÔTURE DE L'ANNÉE JUBILAIRE

Le 7 décembre, en compagnie d’environ 250 personnes de diverses communautés religieuses et de nos amis, les deux communautés en Inde ont célébré la clôture du 150e anniversaire de la fondation de notre société à la maison d’études SOLA à Bangalore.

En préparation de cet événement, les étudiants ont travaillé dur pour préparer des peintures, des œuvres d’art, des bannières et des affiches sur l’Afrique et notre Société et les ont placées autour de notre complexe. Cela a créé une atmosphère festive dans laquelle la célébration a eu lieu.

Le programme a commencé par une messe d’action de grâces, avec le Père Praween D’Souza, OFM, comme célébrant principal, auquel se sont joints les confrères des deux maisons. Au nom de nos deux communautés, le P. Paul Johnston, recteur de la maison d’études SOLA, a accueilli nos invités avant d’inviter le P. Praween à nous conduire dans la prière. Dans son homélie, le P. Praween a souligné le grand zèle missionnaire de notre fondateur, le Cardinal Charles Lavigerie, et comment ses paroles ont encouragé les premiers missionnaires à parler du Christ et à vivre comme le Christ, au milieu de conditions de vie dangereuses.

Lors de l’offertoire, plusieurs objets symboliques ont été présentés, dont un tableau unique du cardinal Lavigerie peint par Lithin Varghese, l’un de nos étudiants de troisième année, qui n’a utilisé que de la poudre de café. Ce tableau a été très apprécié de tous. La musique de la messe a été assurée par nos propres étudiants de la Maison d’études SOLA et par la communauté africaine de Bangalore à leur arrivée.

Après la messe, le repas festif a eu lieu, au cours duquel tout le monde a été ravi et satisfait du buffet indien épicé. Lorsque tout le monde a été satisfait, notre soirée culturelle a commencé par la présentation de la communauté africaine de Bangalore suivie d’un volet indien, comprenant des présentations de nos deux communautés. Bien que certains ajustements aient dû être apportés, même la légère bruine n’a pas réussi à gâcher l’esprit de la soirée.

La célébration fut un moment fort où, en présence de nos amis, nous avons rendu grâce à Dieu pour ses abondantes bénédictions et sa protection constante de notre Société au cours des 150 dernières années.

C’était vraiment de façon remarquable et merveilleuse que nous avons clos notre 150e anniversaire.

Albin Joseph – Third Year Student – Bangalore

(Extrait du bulletin d’information de la SOA – janvier 2020)

La vie dans la communauté de formation de CEBU

LA VIE DANS LA COMMUNAUTÉ DE FORMATION DE CEBU

La maison de formation de Cebu est située au 4, rue Kalaw, village de Santo Nino, Banilad, Cebu City. La Communauté pour l’année académique 2019-2020 est composée de trois prêtres ( les Pères John Gould, Bonaventure Gubazire et Boris Yabre) et de cinq candidats philippins (Richard, Roberto, Mark, Vincent et Christian). Nos candidats viennent de différentes îles des Philippines, ils sont venus ici pour suivre l’appel de Dieu et ils aspirent à faire partie de la communauté des Missionnaires d’Afrique.

Notre année académique a commencé en août 2019 par une expérience d’immersion de trois semaines à la « Fazenda de Esperança », un centre de réhabilitation pour les personnes souffrant d’addictions, qui est situé sur l’île de Masbate, à environ 300 km de Cebu City. À notre retour dans la communauté, avec les formateurs, nous nous sommes réunis pour décider de la manière dont nous aimerions vivre ensemble en tant que communauté. Nous avons élaboré un document intitulé « Plan d’orientation de la communauté » dans lequel nous avons exposé nos attentes, les moyens de les réaliser et les obstacles que nous pourrions rencontrer dans notre parcours de discernement. Lors de notre récollection mensuelle, nous nous sommes engagés à réaliser notre Plan d’orientation communautaire sur ce thème : « Appelés par Jésus, nous nous engageons à grandir dans l’amour par l’ouverture les uns aux autres en discernant notre appel ».

D’un point de vue spirituel, notre vie quotidienne est centrée sur la prière du matin et du soir, associée à la méditation et à la célébration de la Sainte Eucharistie. Tous les trois week-ends du mois, nous allons faire une récollection au centre de retraite Betania – Lahug. La récollection est animée soit par l’un des formateurs, soit par une personne extérieure à la communauté. Ces moments de recueillement nous aident à être en contact avec nous-mêmes ainsi qu’à réfléchir sur nos combats et nos espoirs et sur la façon dont nous sommes appelés à approfondir notre appel à devenir des disciples de Jésus dans la Société des Missionnaires d’Afrique. En même temps, ils nous offrent un moment de pause de notre vie académique.

D’un point de vue académique, nous suivons le programme de philosophie (B.A.) de l’Université de San Carlos, campus de Talamban, situé à environ 3 km de notre Maison de Formation. Là, nous sommes mis au défi de réfléchir intensément. Outre les études académiques, nous avons le privilège de suivre dans notre communauté des sessions et des programmes, comme la formation humaine, les cours d’anglais et l’initiation au charisme des Missionnaires d’Afrique. Toutes ces choses mises ensemble nous permettent d’avoir une formation complète.

Nous avons des réunions de candidats et d’autres plateformes où nous sommes libres de partager nos expériences de vie ainsi que nos défis. Une fois par semaine, lors de notre messe quotidienne, nous sommes invités à partager nos réflexions pendant la messe. Pendant ces moments, nous apprenons à écouter comment Dieu nous parle à travers les Saintes Écritures et les événements de notre vie. Les anniversaires sont célébrés le dernier vendredi de chaque mois.

Tous les deux dimanches du mois, nous avons une messe ouverte pour les Amis des Missionnaires d’Afrique (FROMAP). Grâce à ces rencontres, nous apprenons à entrer en relation avec des personnes d’âges et de sexes différents. Nous faisons également la promotion vocationnelle en partageant nos expériences avec les jeunes qui participent à la messe.

Nous sommes reconnaissants aux Missionnaires d’Afrique de nous donner l’occasion d’apprendre à devenir des disciples de Jésus, de découvrir et de développer notre potentiel académique et d’en savoir plus sur qui nous sommes en tant que personnes.

Nous félicitons notre frère Kiran Joseph, de l’Inde, qui a reçu sa ghandourah et son chapelet lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Centre de formation spirituelle de Kasama. Nous gardons Kiran et tous nos jeunes frères dans nos prières.

(de la circulaire de SOA de janvier 2020)

Immersion de 17 jours à la Ferme de l’Espoir

EXPÉRIENCE PASTORALE À LA FAZENDA DA ESPERANÇA À MASBATE

Masbate, une île de la région de Bicol, est au carrefour de deux îles majeures des Philippines – Luzon et Visayas. Sa capitale est Masbate, mais ce n’est pas dans la ville où nous avons vécu notre expérience d’immersion de 17 jours.

C’est dans le lieu appelé Fazenda da Esperança, un nom en espagnol qui signifie « ferme de l’espoir », situé dans la ville de Milagros, que nous avons fait notre expérience d’immersion.

La communication avec ceux avec qui nous vivions était difficile car il y avait des gens de différentes régions des Philippines, mais le tagalog était la langue commune utilisée et est devenue le moyen de communication.

La Fazenda da Esperanca (Ferme de l’espoir) est un centre de réhabilitation pour les personnes souffrant de diverses dépendances comme la drogue, le jeu, l’alcool et même les jeux vidéo. La réhabilitation repose sur trois piliers :

    • La COMMUNAUTÉ où l’amour et l’unité sont vécus comme une famille ;
    • Le TRAVAIL  où chaque membre de la communauté travaille pour la nourriture qu’il consomme quotidiennement afin de rendre le projet autonome ;
    • La SPIRITUALITÉ qui donne un sens et une direction à leur vie et les aide à découvrir que Dieu est celui qui chemine avec eux, qui les aime et qui leur donne la force pour avancer sur le chemin de la guérison.

Ces trois piliers constituent le fondement dont nous avons fait l’expérience lors de notre expérience d’immersion dans la Fazenda da Esperanca. Nous avons vécu, travaillé et prié comme eux. Regarder tout cela et découvrir la vie dans leur communauté nous a aidés à grandir davantage dans notre formation et nous a rapprochés de la réalité de la vie.

Par un représentant de la communauté des étudiants – Cebu Philippines 

(de la circulaire de SOA de janvier 2020)

Nouvelles de la Section d’Asie

Nouvelles de la Section d'Asie

Voici la lettre de nouvelles de la section d’Asie, c’est-à-dire l’Inde et les Philippines. Cette lettre est uniquement publiée en anglais, mais dans les prochains jours, je publierai un choix d’articles en français. Mais pour ceux qui manient avec aisance la langue de Shakespeare, ne m’attendez pas ! Bonne lecture. 

Ordination sacerdotale de Bipin Kerketta

Voici quelques photos de l’ordination et première messe de Bipin Kerketta dans le nord de l’Inde. Les photos sont des confrères qui y étaient présents. Quelques photos viennent du compte Facebook de Georges Jacques, qui y avait attaché le mot suivant :

« Voici un échantillon de cette belle fête de l’ordination de Bipin Kerketta en Inde. Nous étions 4 confrères à l’accompagner en plus de Félix, un abbé de Ste Marie d’Aguetto (Abidjan). Mais aussi la grande foule au village! De belles traditions culturelles. Des moments inoubliables pour Bipin et pour chacun de nous. »