Herman Bastijns, Notice biographique (provisoire)

Herman a été très impliqué dans la formation et dans la spiritualité. En conséquence, beaucoup de gens le connaissaient et furent très choqués lorsqu’ils ont appris son décès. C’est pourquoi j’ai pris sur moi de traduire provisoirement la notice qui a été envoyée de Belgique en néerlandais avant qu’elle ne soit traduite officiellement pour le Petit Echo.


Herman est né le 13 janvier 1936 à Hasselt, dans la province du Limbourg, où son père, un soldat professionnel et major de l’armée belge, était employé temporairement. Après cela, la famille est retournée à Bonheiden. Herman a suivi les humanités classiques au Collège Sint-Rombouts de Malines. En septembre 1954, il rejoint les Pères Blancs à Boechout, suivi de son noviciat à Varsenare et de la théologie à Heverlee. Le 2 juillet 1960, il y fit son serment missionnaire et fut ordonné prêtre le 2 février 1961. Selon ses supérieurs de l’époque, Herman a l’esprit clair et profond ; il est curieux, grand travailleur, mais dispersé. Il est doué musicalement, joue du piano, de l’orgue et de la guitare. Il est sensible, délicat, distingué, toujours en toute simplicité. Il a un caractère agréable, est facile à manier, toujours prêt à servir. Il voit toujours le positif dans l’autre. Son état de santé est plutôt faible. On le voit comme un futur professeur et éducateur. Herman a été envoyé à Rome, où il a obtenu, à la Grégorienne, une maîtrise en philosophie et anthropologie. En 1963, il s’installe à Paris pour étudier Emmanuel Mounier. Sous obligation de service militaire, Herman devient l’aumônier de la caserne de Vilvoorde. « Son dévouement à ceux qui lui sont confiés est sans limite », écrit l’aumônier supérieur, Mgr Cammaert. En 1966, il termine sa thèse de doctorat sur Mounier. En septembre 1966, il est nommé responsable de notre philosophat à Louvain. « Un professeur enthousiaste, cent pour cent dédié aux jeunes et bien vu d’eux », écrit le père provincial Plessers.

En juillet 1968, Herman part pour la Haute-Volta. Il commence à Réo, dans le diocèse de Koudougou. Il se met à travailler la langue et la culture. « J’ai utilisé beaucoup de leurs histoires orales sur Dieu et les origines du monde dans le travail pastoral. Ils avaient leur propre Ancien Testament », écrit-il. Il lance le mouvement des scouts ruraux, dont le concept sera repris au niveau national. En 1972, la Province le rappelle pour le premier cycle de Louvain qui, cette année-là, comptait sept candidats. Il est aussi actif dans la paroisse étudiante et l’animation missionnaire. Après un an, cependant, il demande à être autorisé à retourner en Afrique « pour rester missionnaire à temps plein », ce qu’il est autorisé à faire (seuls deux ou trois candidats étaient attendus cette année-là). Après avoir prêché quelques retraites en Algérie, Herman devient curé de Tenado, une paroisse-fille de Reo, au début de 1973. Au nord de la paroisse se trouvent les Gourounsis, convertis depuis longtemps au christianisme. Herman était particulièrement préoccupé par les Nebwa du sud, qui n’avaient jamais été convertis et dont aucun Père ne parlait la langue. Il lança les communautés de base dans sa paroisse. En 77-78, Herman enseigne la philosophie au Grand Séminaire Saint-Jean à Ouagadougou. Le provincial, Jean Longin, écrit : « C’est un confrère transparent, sincère, vivant, agréable, avec qui on sort toujours enrichi d’une rencontre. Il a le don de l’écoute et sait placer le mot qui convient au moment voulu ». En mai 1978, Herman dû se rendre en Belgique pour des raisons de santé. Pendant la session/retraite en 1979 à Jérusalem, il doit être hospitalisé. Son séjour en Belgique fut donc prolongé et il rejoint la communauté de Varsenare. Pendant cette période, il donne des journées de réflexion pour les jeunes, y compris à Zellaar et Hofstade, auxquelles il reçut des réactions très enthousiastes : « Tu nous as tellement rapprochés de ton Dieu » – « Je peux honnêtement dire que tes paroles sur Jésus m’ont touché. » – « Je pense que notre classe portera du fruit pour longtemps encore ».

Le 1er septembre 1981, Herman devient recteur du Grand Séminaire Notre-Dame d’Afrique (notre premier cycle) de la Ruzizi  (Bukavu). « Je peux faire des Pères Blancs noirs » disait-il à un ami en Belgique avec sourire et fierté. Ce qui était important pour lui, c’était l’apostolat que les candidats exerçaient tous les samedis dans les quartiers les plus pauvres de la ville et en prison. En 87-88, il fut autorisé à prendre une année sabbatique. Il suivit une formation spirituelle de trois mois – y compris une retraite de trente jours – au Royaume-Uni, il relut toute la Bible, suivit une session jésuite sur l’accompagnement à Clamart et resta un mois chez les Focolaris à Luppiano. Sa mère décéda en avril 1989. Herman fut alors nommé à Kahangala (Tanzanie) et une année scolaire plus tard au premier cycle de Kossogen (Burkina Faso), où il fit partie du staff. Cependant, sa santé était mauvaise. Le climat était sans doute trop rude pour lui.

Début juillet 1993, il fut nommé à Jérusalem. Dans sa réponse à Rome, Herman écrit :  » Votre proposition de Jérusalem correspond entièrement et à mon désir de renouvellement et à mon intérêt pour l’accompagnement spirituel « . Dans l’équipe, il est responsable de l’animation spirituelle, y compris la retraite de trente jours. Un confrère témoigne : « Herman était l’un des rares confrères avec qui je pouvais vraiment avoir une conversation personnelle profonde. Il rayonnait tellement d’amitié et d’empathie !  Fin 1997, il dut se rendre en Belgique pour des soins (y compris une grave maladie oculaire), et y resta jusqu’à la fin de 1999 ; durant cette dernière année, il pouvait encore accompagner les participants pendant la grande retraite, alors que Marcel Boivin le remplaçait déjà comme responsable de la session.

En septembre 1999, Herman fut nommé à Rome secrétaire adjoint à la Formation Permanente. Avec une Sœur Blanche, il mit en place des sessions pour les personnes de plus de soixante et soixante-dix ans, ainsi que pour la « Transition vers le troisième âge ». Le Tai Chi et l’ennéagramme sont toujours au programme ; concernant ce dernier, il a traduit, de l’anglais, « The Enneagram » de Beesing-Nogosek-O’Leary. Les prières et les célébrations, les introductions et les présentations, les excursions et les visites furent méticuleusement préparées. Conscient et attentif, Herman tente d’entraîner chaque participant dans la recherche de ses aspirations les plus profondes. « Les évaluations faites à la fin des sessions ont toujours montré comment chaque session a été bénéfique pour les participants », écrit le Père Richard Baawobr, qui était encore assistant général à l’époque.

En octobre 2010, Herman arrive en Belgique et s’installe à Bonheiden avec sa sœur Godelieve. Ce qui était prévu comme un séjour temporaire durera plusieurs années, en raison de la maladie de sa sœur, à laquelle s’ajouteront les soins de sa deuxième sœur Marie-Louise. Pendant un certain nombre d’années, il tentera d’assumer la responsabilité de la communauté d’Antwerpen-Keizerstraat, avec un succès variable et plutôt modéré ; les frères parlent de « courtes apparitions ». A Bonheiden, il sert dans la Sainte Chapelle du Saint-Esprit. « Quand il s’asseyait derrière l’autel avec ses yeux brillants et son sourire, il apportait la paix et la tranquillité », écrit un témoin. Il continua à animer des retraites et écrivit ses lettres bien connues à l’occasion de l’Avent et du Carême, qu’il avait déjà commencé à Rome. Sa sœur Godelieve décèda en 2011, mais Marie-Louise etait déjà tombée malade. Herman s’occupe aussi d’elle. Jusqu’à ce qu’il ne puisse plus rien faire. Le 27 juin 2018, il a accepté de se reposer heureusement. Il reste très faible. Il meurt, de façon très inattendue, le 9 août.

La liturgie de résurrection a eu lieu à Varsenare le jeudi 16 août.

Jef Vleugels, M.Afr.

Traduit du néerlandais par : Webmaster avec l’aide de DeepL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.