Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche

Comme il est écrit dans la prophétie d’Isaïe : « Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche ; semblable à un agneau qu’on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n’a point ouvert la bouche » (Is 53, 7). À la lumière de cette prophétie, nous pouvons constater que la violence et l’insécurité font la Une. C’est dû au fait des différents conflits et guerres qui se passent dans plusieurs pays. La violence et l’insécurité font de plus en plus partie de notre quotidien et nous craignons qu’elles ne deviennent une seconde nature, c’est-à-dire vues comme normales.

Mais qu’entendons-nous par violence et insécurité ? La violence peut être comprise comme étant une utilisation intentionnelle de la force physique ou encore sous forme de menaces à l’encontre des autres, de groupes ou d’une communauté. En d’autres termes, elle consiste à contraindre, à dominer et peut provoquer des dégâts humains et matériels. La violence et l’insécurité peuvent affecter non seulement la santé physique, mais elles peuvent aussi entraîner des conséquences psychologiques, ouvrant la voie à une possible autodestruction, à l’isolement et à la dépression chez les victimes. Elles supplantent l’amour et l’affection que les humains devraient avoir entre eux, sans oublier qu’elles sapent l’effort de paix et de cohésion sociale dans les communautés. Cela montre que la violence peut prendre différentes formes.

Quelles sont donc les formes de violence et leurs remèdes ?

La violence peut être psychologique, verbale, économique et physique. En outre, elle peut être notée au niveau de la famille, dans les espaces publics et institutionnels comme le milieu scolaire. En dépit de tout cela, nous restons animés d’une espérance inébranlable à un retour éventuel de l’amour et de la paix dans des communautés si des sensibilisations adéquates sur les conséquences de la violence et de l’insécurité sont faites. Nous pensons particulièrement à l’établissement de programmes de sensibilisation des jeunes, afin d’éradiquer tout comportement et norme sociale qui incite et facilite ce phénomène. Bien plus, l’établissement de structures appropriées peut aider les victimes en cas de violence. En d’autres termes, il faudrait un suivi et un accompagnement des victimes des violences dans les communautés, tout en procurant une sécurité appropriée dans ces zones. Il est aussi important de rechercher des moyens pouvant aider les jeunes qui vivent dans des conditions défavorisées sur le plan économique ou social. Nous avons remarqué, par expérience, qu’ici dans notre milieu nigérian, nombreux sont les jeunes qui manquent des nécessités vitales ; c’est une porte ouverte au terrorisme, car l’argent peut servir d’appât pour recruter ces jeunes pour le terrorisme.

Mon expérience personnelle

Comme certains d’entre vous le savent, j’ai eu la malchance, avec un autre confrère, de vivre la terrible expérience du kidnapping pendant trois bonnes semaines. Mais bien avant cela, nous nous étions engagés comme communauté à promouvoir la cohésion sociale à travers le bon voisinage et la mise en place des projets d’auto-prise en charge des jeunes. Aussi, nous avons formé les jeunes pour lutter contre l’incivisme, la violence et l’insécurité dans notre milieu. Si nous avons osé entreprendre tout cela, c’est parce que nous avions remarqué que la population était laissée à son propre sort. Ainsi, chacun devait lutter pour sa survie. Cette situation a occasionné beaucoup de violence et d’insécurité dans le milieu. Bien qu’on ne sache justifier aucune violence ou insécurité, nous reconnaissons que certaines situations peuvent causer beaucoup de dommages.

La violence et l’insécurité sont des maux à éradiquer, car elles portent atteinte à l’intégrité de l’autre. Malgré ce qui nous est arrivé, nous gardons espoir d’un lendemain meilleur où l’homme comprendra qu’il est là parce que l’autre est là ; nous avons tous besoin l’un de l’autre. Et notre foi nous dit que rien n’est perdu pour Dieu. Rien n’est jamais trop tard pour Dieu et rien ne Lui est impossible.

Par: Paul Sanogo (M.Afr.)

 

Laisser un commentaire