Les Pères Blancs fêtent leurs 150 ans

Les Pères Blancs fêtent leurs 150 ans

Par Nelson Kiva du Journal NEW VISION (9 décembre 2019)

Le quotidien ougandais « NEW VISION » a couvert à la fois la grande fête de Namugongo et le pèlerinage qui a précédé la fête.

Voici un article de Nelson Kiva, du journal NEW VISION, paru dans l’édition du lundi 9 décembre.

Des centaines de missionnaires de différentes parties du monde se sont rassemblés hier au sanctuaire des martyrs d’Ouganda, à Namugongo, pour marquer 150 ans d’évangélisation africaine. C’était en l’honneur des martyrs ougandais.

Les premiers missionnaires catholiques à venir en Ouganda étaient des Pères Blancs. Il s’agissait du P. Siméon Lourdel, populairement connu sous le nom de Mapeera et du Frère Delmas Amans (Amansi), qui a enseigné la religion aux 22 martyrs catholiques ougandais.

La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) et la Congrégation des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique (Sœurs Blanches) jouissent d’une grande estime un peu partout en Afrique, pour leur contribution non seulement dans le secteur de l’évangélisation, mais également pour l’aide qu’elles ont apportée dans le secteur éducatif et sanitaire.

Les mouvements missionnaires des Pères Blancs et des Sœurs Blanches ont vu le jour en 1869 lorsque le cardinal Charles de Lavigerie, archevêque d’Alger en Afrique du Nord, a appelé de jeunes hommes et femmes à former les deux sociétés. Les missionnaires venaient de France et d’Angleterre.

Le supérieur général des Pères Blancs, le Père Stanley Lubungo, a dit que les martyrs ougandais jouent un rôle clé, car ils ont obéi à la parole de Dieu. « Ils n’ont pas abandonné Dieu et cela fait d’eux une bénédiction et un pilier clé de la foi « , a-t-il dit. « Ils ont allumé la bougie et c’est à nous de la porter en faisant avancer l’évangile « , a-t-il ajouté.

Sœur Carmen Sammut, supérieure générale des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique, a dit : « Nous remercions Dieu pour les martyrs ougandais et pour la joie de nombreux hommes, femmes et enfants qui, sur ce continent, ont donné leur vie au Christ et pour les autres.

Le Nonce apostolique en Ouganda, Luigi Bianco, le célébrant en chef de la Messe d’action de grâce à Dieu pour ce 150e anniversaire, a fait remarquer que l’Église en Ouganda avait une raison particulière de manifester une profonde gratitude car les deux institutions missionnaires étaient les premières à annoncer cette bonne nouvelle dans le pays.
« En effet, c’est le moment de remercier Dieu pour les nombreux missionnaires, pères, frères et sœurs qui ont consacré leur vie à l’annonce de l’Évangile en Afrique et sur d’autres continents et au service de la promotion humaine des peuples « , a-t-il dit.

« L’anniversaire offre un bon exemple et une inspiration que personne n’est exclu de la mission de l’Église « , a-t-il ajouté.

« Même le Pape François invite l’Église à redécouvrir sa fécondité dans la joie de la mission et à être témoins de l’amour de Dieu pour tous. »

L’archevêque de Kampala, Mgr Cyprian Kizito Lwanga, a déclaré : « Quand je considère les fruits abondants des missionnaires, je suis amené à me poser un certain nombre de questions. Par exemple, où serions-nous si vous n’aviez pas été fondés ? Que serait l’Afrique sans vos activités et engagements missionnaires ? Que serait l’Ouganda sans le miracle des martyrs ougandais ? » Il a dit que les martyrs ougandais étaient les premiers fruits du travail d’évangélisation en Ouganda.

Le président des laïcs catholiques de l’Ouganda, Gervase Ndyanabo, a déclaré que les laïcs devraient penser aux sacrifices consentis par les missionnaires, y compris celui de mettre leur vie en danger au nom de l’évangélisation.

« Nous nous joignons donc aux autres pour louer Dieu pour eux. Nous serons à jamais reconnaissants à Dieu pour la vraie joie qui nous a été donnée à travers eux, » dit-il.

Le président Yoweri Museveni, qui était représenté par le ministre des finances Matia Kasaija, a déclaré aux chefs religieux que la solution aux maux de la corruption et des assassinats insensés consistait à faire des efforts conjoints afin de s’attaquer au phénomène croissant de la délinquance dans ce pays.

Le Kabaka du Buganda, Ronald Muwenda Mutebi, dans son message, a rendu hommage aux missionnaires, disant que l’Ouganda et l’Afrique étaient fiéres d’avoir produit le premier évêque africain dans l’histoire des temps modernes.

Mgr Joseph Nakabale Kiwanuka, a été consacré en 1939. Le Kabaka, qui était représenté par le Prince David Golooba, a déclaré que cela ancrait l’Eglise catholique en Ouganda.

ENTRE LES LIGNES

Le Président Yoweri Museveni a rappelé à l’Eglise que son rôle dans la lutte contre l’immoralité était immense : « Des maux tels que la corruption et les meurtres insensés sont une indication de mauvaise perception, de manque d’honnêteté et d’immoralité dans notre peuple. »

Lisez en ligne la couverture du même journal NEW VISION sur le « pèlerinage sur les traces de nos prédécesseurs ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.