Pèlerinage aux saints d’Afrique: les femmes devant

Bonjour de Fribourg ! Voici le lien vers le beau reportage du journaliste qui a couvert le 18e Pèlerinage aux Saints d’Afrique du 2 juin dernier. Il y a de très belles images professionnelles, presque du Caravage ! Ce Pèlerinage est une Initiative des Missionnaires d’Afrique de Suisse. Il a pris sa vitesse de croisière et un comité de pilotage prend le relais petit à petit …

Claude Maillard, M.Afr.

article et photos : Bernard Hallet 03.06.2019

Saint-Maurice le 2 juin 2019. La Togolaise Agnès Rondez lors du pèlerinage aux saints d'Afrique | © B. Hallet

La 18e édition du pèlerinage aux saints d’Afrique a eu pour thème la place de la femme africaine dans l’Eglise et la société. Le Togo était le pays mis à l’honneur de cet événement accueilli par l’Abbaye de Saint-Maurice (VS), le 2 juin 2019.

La luminosité qui baigne la cour située entre le collège de Saint-Maurice et son réfectoire est presque aveuglante. Le pique-nique s’achève et de petits groupes s’agglutinent dans les rares zones d’ombre que laisse le soleil, à son zénith. Les chorales et les pèlerins s’aimantent à la procession qui se forme et qui les conduira à la basilique pour la messe de ce 18e pèlerinage aux Saint d’Afrique.

Les chants s’élèvent, rythmés par les percussions, parmi lesquels dominent les voix des femmes, majoritaires lors de cette journée. Elles sont à l’honneur de ce pèlerinage africain de Saint-Maurice. « Exceptionnellement, cette année nous n’avons pas d’évêque invité, ni de saint à honorer. Le thème est donc celui de la place des femmes dans l’Eglise et la société », explique le Père Claude Maillard, Père blanc, membre du comité du pèlerinage. Il ajoute que le Togo est le pays à l’honneur et que Mgr Jean Scarcella, Père abbé de l’Abbaye, a accepté de présider la messe du pèlerinage.

Le rôle essentiel de la femme

« Le rôle de la femme est essentiel en Afrique, explique le Père Maillard. Elle a toute sa place dans la famille, la communauté qui est le pilier de la vie sociale en Afrique ». Dans une société plutôt dominée par les hommes, il estime que les choses bougent, notamment en politique. Lentement certes, mais sûrement.

Agnès Rondez, une Togolaise arrivée dans le Jura en 2001, a pris la parole sur le thème du jour, en s’inspirant de la campagne d’Action de Carême-Pain pour le prochain. Elle appuie le propos: « En Afrique, la femme porte le monde, infatigable, elle est la locomotive », lance-t-elle. Elle crée, elle coud, elle est « devant » pour nourrir la famille et prendre des initiatives. « Au Togo, au marché c’est la femme que vous trouverez », sourit-elle.

Saint-Maurice le 2 juin 2019. La Togolaise Agnès Rondez lors du pèlerinage aux saints d'Afrique | © B. Hallet

Cela peut, de plus, commencer dès l’enfance, à la paroisse et dans les activités de jeunesse, précise Agnès Rondez. Elle se souvient des années où elle servait la messe et faisait partie des Cœurs vaillants (l’équivalent des scouts). Elle reconnaît néanmoins que la situation diffère grandement d’un pays à l’autre.

Yvonne, originaire de la République démocratique du Congo (RDC), relativise le propos. « La femme est marginalisée dans l’Eglise et dans la société et ne parvient pas à trouver sa place. Pourtant elle donne la vie, elle doit être écoutée », déplorant une situation dans laquelle la femme est inaudible. Elle dénonce le viol et le meurtre d’enfants et de femmes et fustige les multinationales présentes en RDC qui les exploitent. Elle garde malgré tout le sourire et l’espérance pour les femmes africaines.
« L’assemblée a d’ailleurs fortement réagi durant la conférence. Des propos que les mamans ont beaucoup applaudis et commentés », relate le Père blanc. Plus tôt dans la matinée, les pèlerins ont aussi prié pour ces femmes africaines en souffrance.

Des apôtres du pardon

« Oui, l’Afrique est vivante dans l’Eglise et sera fidèle aux paroles prophétiques que le pape Benoît XVI lui a données lors du deuxième Synode de l’Afrique ». Le Père Godfroy Kouegan, prêtre togolais du diocèse d’Aneho, a estimé dans son homélie qu’est venue « l’heure de l’Afrique », une heure favorable qui invite instamment les messagers du Christ à avancer en eau profonde et à lâcher les filets pour la pêche (Le 5, 4). D’une voix douce, le prêtre, actuellement à l’Abbaye de Saint-Maurice pour un temps sabbatique, a relevé que « Notre joie, la vraie joie de l’Afrique c’est le courage avec lequel elle endosse sa croix et avance avec persévérance et confiance ».

Le Père Godfroy Kouegan a exhorté les pèlerins à devenir des apôtres du pardon et de la réconciliation. | © B. Hallet

« J’ose mettre sur chacune de vos lèvres ces paroles du psalmiste pour bénir cette Abbaye, son Père Abbé et ses chanoines: ‘A vous toujours, la vie et la joie !' », a remercié le Père Kouegan qui s’étonnait du fait que l’Abbaye s’intéressait au continent noir. « Elle [l’abbaye] est en quête de vie […]. La vie et l’espérance qui transcendent tous les assauts de la mort, la culture de la mort que le monde développe inconsciemment ou non aujourd’hui ».

« C’est faire Eglise, famille de Dieu, que de vivre et de faire vivre les événements comme celui-ci dans la catholicité », a-t-il conclu, avant d’exhorter les pèlerins à « partir d’ici et de devenir les apôtres du pardon et de la réconciliation ».

L’heure de la maturité

Au terme d’une journée rythmée et haute en couleur, le Père Claude Maillard se dit serein et se réjouit. Il salue l’engagement des chorales, véritables ‘colonne vertébrales’ de ce pèlerinage. « Les Africains apportent beaucoup à nos communautés et dans nos paroisses, grâce à l’ancrage qu’ils y ont trouvé ».

« Les Africains prennent en main « leur » pèlerinage. On ne dit plus d’ailleurs qu’il est le pèlerinage des Pères blancs« . L’événement a pris sa vitesse de croisière, il faut continuer. « C’est l’heure de la maturité! » 

  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Messe du pèlerinage aux saints d'Afrique à la basilique de l'Abbaye. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. La Togolaise Agnès Rondez lors du pèlerinage aux saints d'Afrique I © B. Hallet
  • Le Père Godfroy Kouegan a exhorté les pèlerins à devenir des apôtres du pardon et de la réconciliation. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Procession en rythme jusqu'à la basilique de l'Abbaye. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Le Père Claude Maillard, membre du comité du pèlerinage aux saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Messe du pèlerinage aux saints d'Afrique à la basilique de l'Abbaye. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. La chorale érythréenne a rythmé le pèlerinage aux saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. La chorale érythréenne a rythmé le pèlerinage aux saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. “Cheese!“ Photo souvenir avec Mgr Jean Scarcella lors du Pèlerinage aux saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Messe du pèlerinage aux saints d'Afrique à la basilique de l'Abbaye. Le Père Godfroy Kouegan. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Chants et rythmes lors de la messe du pèlerinage aux saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Recueillement lors de la messe du pèlerinage aux Saints d'Afrique. | © B. Hallet
  • Saint-Maurice le 2 juin 2019. Sur un rythme chaloupé, les femmes du Togo apportent les offrandes à l'autel. | © B. Hallet

PEP/Fra – Secteur France : Nouvelles de Verlomme

Tiré du Mini-Lien du secteur de France, retour sur le mois de mai de la communauté du secteur, à la rue Verlomme.

Communauté de Verlomme :

L’évènement le plus important du mois concerne sans doute la réunion du Conseil de Secteur.

Mais celui dont nous gardons le meilleur souvenir est notre sortie communautaire annuelle : c’est le samedi 11 mai que nous nous sommes d’abord retrouvés à l’église St Etienne du Mont, située sur le Mont Ste Geneviève. L’Eglise actuelle date de l’époque du Gothique flamboyant et de la Renaissance. Nous y avons en particulier admiré la voûte du chœur de style flamboyant, le jubé en pierre finement ciselée, la chaire en bois sculpté, le buffet d’orgue et les vitraux. En parcourant le sanctuaire, chacun a pu, selon son intérêt, s’arrêter devant la chasse de Sainte Geneviève, les tombes de Pascal et de Racine, et maintes œuvres d’art : fresques, peintures, statuaire.

Nous avons ensuite traversé la place pour entrer dans le Panthéon. Cet édifice érigé au XVIIIème siècle, de style néo-classique, a subi les convulsions de notre histoire. D’abord conçu comme église par Louis XVI, en 1791, il devint temple républicain pour abriter les dépouilles des ‘grands hommes’. Il abrita de nouveau le culte catholique sous Louis XVIII et Napoléon III. C’est sous Louis-Philippe et la IIIème République qu’il a renoué avec la fonction de mausolée des grands hommes de la patrie.

C’est donc avec une dévotion à la fois religieuse et républicaine que nous avons pénétré dans cet édifice impressionnant par sa taille et sa majesté. Après avoir fait le tour des fresques et des sculptures du rez-de-chaussée nous avons pu nous recueillir sur les cendres des 81 personnalités, hommes et femmes qui ont été « honorés par la patrie reconnaissante ». Certains d’entre nous (mais on ne dira pas qui) ont rêvé d’être ‘panthéonisés’.

Ce qui ne nous a pas empêché d’aller d’un bon pas nous restaurer au restaurant de la place de la Contrescarpe.

En chemin nous chantions en chœur les mots de Georges Brassens :

Pauvres rois, pharaons ! Pauvre Napoléon !
Pauvres grands disparus gisants au Panthéon !
Pauvres cendres de conséquence !

Vous envierez un peu l’éternel estivant,
Qui fait du pédalo sur la vague en rêvant,
Qu’il passe sa mort en vacances…

Vous envierez un peu l’éternel Père Blanc,
Qui dit son rosaire en rêvant des jours d’antan,
Passés sous le soleil africain.

François Richard

PEP/Fra – Secteur France : Nouvelles de Marseille

Tiré du Mini-Lien du Secteur France, voici un retour sur le moi de mai vécu par nos confrères à Marseille.

Communauté de Marseille:

Après les fêtes du 50ème anniversaire de l’église Notre-Dame limite et du 150ème anniversaire de nos Instituts Missionnaires « Pères Blancs » et « Sœurs Blanches », le mois de Mai a été particulier. En effet, nous nous sommes retrouvés à 3, et même à 2. Henri Blanchard a rejoint la communauté de Sainte Foy-lès-Lyon, dès le 29 avril et Moses, ayant fini son stage, est parti prendre un temps de vacances en famille en Ouganda le 4 mai. Il continuera sa formation à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Michel a été appelé à la rencontre des jeunes confrères à Tunis et y est parti le 3 mai. Et la veille de son retour à Marseille, il a appris le décès de son oncle paternel, qu’il considère comme son père. C’est cet oncle qui a pris la responsabilité de la famille après la mort de son père. Cet oncle, musulman, a encouragé Michel à suivre sa voie vers le sacerdoce et la mission. Aussi Michel est parti directement de Tunis, le 11 mai, pour Ouagadougou d’où il a rejoint sa famille dans le deuil. Il est revenu le 25 mai.Raphaël a participé au Conseil de Secteur du 7 au 10 mai. Steve, le nouveau confrère, s’acclimate à Marseille. Très manuel, il s’occupe du jardin et de rangements dans l’atelier et le magasin. Il s’efforce de perfectionner son français, surtout pour la lecture. Le dimanche 26 mai, il a présidé la célébration eucharistique et assuré la prédication.

Maison de rencontre du groupe ‘imamsprêtres’ de Marseille où se rend Raphaël. Ici il est en compagnie de Gérard Chabanon, Michel Girard et Jean Chaptal.

Le mois de juin sera pour Raphaël le mois des « au-revoir » dans la paroisse, dans les associations et les services du diocèse dans lesquels il était engagé. Au début de juillet, il rejoindra Fribourg, en Suisse, pour un ministère au service des confrères. Mais il saura aussi s’engager à nouveau au service du dialogue islamo-chrétien.

Guy Vuillemin

PEP/Fra – Secteur France : Nouvelles de Toulouse

Communauté de Toulouse :

Printemps actif aux Minimes

A l’image du printemps, la communauté de Toulouse se réveille avec plein d’activités pour redonner une vie fleurie. Peut-être inspirés par la Résurrection du Seigneur que nous venons de célébrer en grand pompe, le souvenir de la fondation de notre société nous a rappelé notre spiritualité qui nous a permis d’adhérer à la Mission d’être le Tout à Tous. Ainsi le 3 mai, nous avons célébré en communauté la fin du stage d’Emile Kimembe. Il est bien arrivé en famille au Congo RDC le 6 mai.

Lors de l’apéro pour la fin de stage d’Emile

Le lendemain dans la soirée, nous avons partagé un repas avec quelques anciens étudiants Pères Blancs de la rue Vélane de Toulouse en présence du Délégué provincial, Patrick Bataille qui a formé deux d’entre eux. Ils étaient seulement trois. Ensemble avec leurs conjoints et enfants nous étions une vingtaine de personnes.

Dans leurs témoignages ils ont exprimé le désir d’union plus forte entre eux et d’une collaboration étroite avec la Société des Missionnaires d’Afrique. L’un d’eux, Jacques Kampetenga, est diacre et a expliqué son cheminement. Ils sont prêts à lancer un groupe d’anciens. En tout cas, leurs nombreux enfants sont nos amis et collaborateurs potentiels à entretenir. Ce fut un très bon moment.

Le dimanche 5 mai, l’Eglise des Minimes s’est remplie pour la cérémonie d’installation de Norbert Mwishabongo comme nouveau curé de l’Ensemble Paroissial des Minimes. La Messe était présidée par Hervé Gaignard, le Vicaire général car Mgr Le Gall était empêché. Patrick Bataille, notre Délégué provincial, tous les prêtres collaborateurs de l’ensemble paroissial, le Vicaire épiscopal du doyenné, et l’aumônier national de la coordination africaine et malgache ont concélébré.

Après la messe il y a eu un apéritif qui a permis aux gens de se rencontrer, puis un repas simple très convivial. Le maire de l’arrondissement était présent pour l’installation et il est resté tout le temps du repas lors duquel il a renouvelé son engagement en tant que maire du quartier pour la responsabilité de l’Eglise. Il a aussi exprimé son désir de collaborer avec le nouveau curé et son équipe.

Pour clôturer notre série d’images dans le cadre de l’organisation des activités pour notre 150ème anniversaire, Mgr Michael Fitzgerald a donné une conférence sur le « Dialogue Islamo-Chrétien : l’apport des Missionnaires d’Afrique et des Sœurs de Notre-Dame d’Afrique » le 22 mai dans l’Eglise des Minimes.

Mgr Fitzgerald avec les deux animateurs lors de la conférence dans l’église.

Présenté par l’animateur comme un homme d’une grande ouverture, Mgr Fitzgerald en a fait la preuve dans l’accueil de l’autre. Par sa grande expérience dans le domaine du dialogue islamo-chrétien, il a démontré que le dialogue est possible même dans notre contexte actuel à Toulouse. Nous le remercions d’avoir accepté de venir depuis Liverpool pour réaffirmer notre engagement dans “Rencontre et Dialogue”. Bon retour Monseigneur.

Simon Gornah, M.Afr. (texte et photos)

PEP/Fra – Secteur France : Nouvelles de Billère

Tiré du Mini-lien du secteur de France, un retour sur le moi de mai à Pau-Billère.

Communauté de Billère Lavigerie :

En Mai « fait ce qu ’il te plait » à Billère…

Plusieurs sorties de confrères ce mois : la première semaine, un voyage de 1800kms dans le Var avec une équipe des hospitaliers de Lourdes — notre photographe nous a fait un petit montage souvenir.

Le 19, à l’abbaye de Tournay, avec la pastorale des migrants, et en particulier avec une centaine d’Irakiens et leurs enfants (qui parlent entre eux en araméen), on a célébré ensemble les 150 ans des P.B.

Le 8, nous avons bien sûr célébré les martyrs d’Algérie par une eucharistie dans notre petit coin chapelle ; l’an prochain on aura notre grand local au 3ème étage pour faire la fête…

La fin des travaux approche et le directeur de la Fed’Es, M. Didier Debrand, est venu le 12, nous annoncer qu’il allait prendre lui-même la direction de la maison jusqu’à l’installation de toutes les personnes des deux EHPAD.

PEP/Fra – Secteur France : Nouvelles de Bry

Tiré du Mini-Lien du secteur France, un retour sur le moi de mai à la communauté de Bry-sur-Marne

Communauté de Bry :

Jean FISSET nous a quittés fin avril très apaisé, alors que quelques membres de sa famille se trouvaient à son chevet. Lui qui était très « famille » a pu ainsi partir en paix. Les funérailles ont d’ailleurs été une fête plus familiale que communautaire car la famille de Jean, dont son frère et sa sœur, emplissait la chapelle. La liturgie de la messe avait été préparée par Jean lui-même avant sa mort, et ses neveux ont tenu à respecter ses dernières volontés. Bernard Lefebvre, qui le connaissait bien, était venu présider l’eucharistie, et Gérard Demeerseman a su retracer dans son homélie l’attachement de Jean pour le monde musulman auquel il avait consacré toute sa vie missionnaire. Au retour du cimetière toute la famille s’est retrouvée une dernière fois chez nous pour le verre de l’amitié, ce qui a permis de constater à quel point Jean était apprécié par tous les siens. Il a désormais rejoint la grande famille des confrères qui attendent la résurrection ; qu’il repose en paix.

Quelques jours plus tard, la maison toute entière était en fête pour célébrer les cent ans d’une résidente, Mme Berthe LE CAM. Le jour-même c’est la « Pierre Angulaire » qui a organisé la fête avec un bouquet de 101 boutons de roses rouges. Et le champagne a coulé à flot pour arroser un énorme gâteau. Mme LE CAM a avoué alors le secret de sa longévité : un verre de vin rouge tous les jours à midi et un apéritif le dimanche, régime qu’elle a l’intention de suivre de nombreuses années encore, elle qui n’est pas encore complètement dépendante. Le samedi suivant, c’est sa famille qui a tenu à la fêter encore. Quant à nous, nous pouvons désormais attendre tranquillement la fête de notre prochain centenaire au début de l’année prochaine, notre confrère Georges BERGANTZ, qui lui aussi y parviendra car il est encore plus en forme que Mme Le CAM, et surtout partage avec elle le même secret de longévité. Ce qui est sûr, c’est que fêter des centenaires donne beaucoup d’espérance et de bonheur à tous. Longue vie à Mme Le CAM.

Mgr SANTIER, évêque de Créteil et donc notre évêque, a tenu à nous rendre visite une deuxième fois cette année, ce qui nous a beaucoup touchés. Mais surtout cette fois-ci il a tenu à échanger avec nous, et pendant une bonne heure il nous a présenté avec passion son diocèse. Tout le monde a été étonné de constater à quel point ce diocèse était cosmopolite : énormément d’étrangers et un grand nombre de religions parmi lesquelles le judaïsme et l’islam ne sont pas en reste, et même le bouddhisme. Le dialogue inter-religieux est devenu ainsi une obsession pour le pasteur de notre diocèse, ce qui ne nous dépayse pas. Tout cela favorise énormément le dynamisme de la communauté chrétienne diocésaine qui vit un véritable renouveau. Finalement, on se sent un peu plus chez nous dans ce diocèse, car nous avons passé toute notre vie dans un milieu tout aussi complexe. A nous de rester ainsi plus Pères Blancs que jamais.

Samedi dernier c’est un orchestre qui est venu agrémenter notre après-midi, l’orchestre « HARMONIE TUTTI », fruit de l’école de musique de Bry. Ce n’était pas évidemment la Scala de Milan, mais il faut reconnaître que leur chef d’orchestre est un virtuose, autant pour diriger que pour jouer en soliste. Ils connaissent maintenant le code pour entrer dans la maison.

Enfin, à la fin du mois, le Jeudi de l’Ascension, Jo le NIGEN renouvellera pour trois ans encore son contrat avec les Pères Blancs dans notre communauté. Nous en parlerons d’avantage dans le prochain Mini-Lien. Le parc s’en réjouit déjà, mais moins que nous certainement. Félicitations, Jo !

Clément Forestier (photos J-Y Chevalier)

PEP/Fra : Secteur France : Nouvelles de Mours

Tiré du Mini-lien du secteur France, un retour sur le mois de mai à la communauté de Mours.

Communauté de Mours :

Mours : un mois de mai festif !

On parle souvent du mois de mai, comme le mois des jours de congé et des ponts, cette année il aura été pour nous ici, un mois festif !

Le Jubilé des 150 ans, organisé par les AAPB (Association des Amis des Pères Blancs) de Paris et les Missionnaires d’Afrique de MOURS a été célébré le dimanche 19 mai. Yves a participé à plusieurs rencontres de préparation à Paris et à Mours. Jean-Louis a préparé les allées du parc pour permettre aux visiteurs de pouvoir bien s’aérer et il a prévu que les pelouses soient en état de recevoir les 150 personnes invitées pour cette journée. Jean depuis des semaines a préparé une exposition pour présenter les Missionnaires d’Afrique et SMNDA et a rénové l’espace de la verrière pour y installer les panneaux amenés par Bernard Lefebvre. Chacun de son côté a mis un peu la main à la pâte pour que tout puisse bien se passer. Tout était prévu pour que nous vivions cette journée en pleine nature : messe, conférences, apéritif et repas sur la pelouse et sous les tilleuls… Mais la météo a bouleversé nos plans en dernière minute et la veille nous avons décidé de revoir le programme d’installation des festivités !

Les tables, bancs, sonorisation et barnum gracieusement amenés par la municipalité et le comité des fêtes de Mours ont vu leur installation modifiée : le barnum a été installé pour nous permettre de prendre l’apéritif à l’extérieur, mais on a dû serrer les rangs pour entrer quasiment tous dans la chapelle pour 1’eucharistie et s’attabler dans la verrière.

Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise a présidé l’eucharistie et assuré l’homélie… Un des participants, peu habitué à écouter une homélie d’évêque, a eu cette réflexion : «  une parole adaptée à tous les participants ».

Le P. Yves Masquelier dans son mot d’accueil a fait remarquer que cette célébration du 150è anniversaire des Missionnaires d’Afrique rassemblait ici : d’une part des Pères Blancs et Sœurs SMNDA venus de la région parisienne, mais aussi Mgr Claude Rault, évêque émérite du Sahara et le P. André Ferré de Tunisie, d’autre part les Amis des Pères Blancs de la région parisienne, mais aussi la famille diocésaine de Pontoise, prêtres, religieuses et laïcs, des représentants de la mairie et du comité des fêtes de Monts ainsi qu’une délégation des chrétiens burkinabé de la région.

Après l’apéritif pris à l’extérieur, nous avons pris place dans la verrière pour déguster un excellant repas.

Nous avons réalisé notre projet d’accueillir à Monts pour le 150è anniversaire 150 personnes ! Même si les conversations étaient parfois rendues difficiles à cause du nombre, la joie était bien présente et les remerciements se sont multipliés à la fin du repas quand les gâteaux du 150è ont été présentés par le personnel de la cuisine, alors qu’à l’extérieur la pluie tombait.

C’est à nouveau dans la chapelle qu’ont eu lieu deux conférences : l’une concernant l’histoire et le rôle qu’occupent les AAPB dans notre secteur et leur participation à l’aide pour l’Afrique, présentée par M. Bruno Dupuy, président des AAPB de Paris ; et la seconde par François Richard sur l’histoire de Mours avant l’arrivée des PB et surtout ce qui s’est vécu à Mours de 1950 à nos jours.

Si le thème de la 3è année de préparation de ce jubilé était de « regarder l’avenir avec espérance », nous pouvons dire aujourd’hui que « la mission, c’est notre vocation », comme l’indique le titre de la lettre pastorale de notre évêque, Mgr Stanislas Lalanne, et que nous nous y engageons tous avec les forces que nous avons.

C’est à nouveau notre parc et notre verrière qui ont été choisis par les organisateurs de la Fête des Voisins ce 24 mai. Mais ce soir là, l’ambiance était tout autre, car les participants étaient majoritairement d’un autre âge !

Deux structures gonflables, un toboggan et un billard ont été installés et ont fait la joie des nombreux enfants durant toute la soirée. Et même certains d’entre nous se sont exercés à jouer au billard avec les pieds pour faire rentrer les balles dans l’une des 6 cases du billard. Un bon moment de partage « avec des voisins » que nous ne connaissions pas ou peu ! Et par chance cela a pu se passer à l’extérieur.

Au cours de ce mois de mai, plusieurs groupes de catéchèse sont venus avec leurs animateurs pour se préparer aux sacrements du baptême, de l’eucharistie ou de la confirmation. Et malgré la présence de plusieurs faisans et le passage d’un vieux sanglier, les scouts viennent toujours occuper le terrain pendant les Weekend.

Nous attendons le retour prochain de notre confrère Jean Chauvineau, parti « dans les îles » pour un mois d’apostolat et nous espérons que Michel Dubois, actuellement près de Chartres en maison de rééducation après son opération, pourra nous rejoindre dans les prochaines semaines.

Jean Chaptal (Photos J-Y Chevalier et Joseph Foucaud)

PEP/Fra : Secteur France – Nouvelles de la Rue Friant

Repris du Mini-lien du secteur France, un mini-diaire de la communauté de la rue Friant. 

Communauté de Friant :

Au début du mois sont passés par Paris Stan Lubungo et Martin Grenier, venus participer à une rencontre des Sociétés de Vie Apostolique. C’était à Morlaix, dans l’Ouest de la France chez les pères de St Jacques.

Le 1er, c’est l’abbé Alexandre BAZIE, prochain évêque auxiliaire de Koudougou (en vue de la fondation d’un nouveau diocèse) qui passe chez nous pour Rome où il va suivre le « petit cours » pour les nouveaux évêques.

Etienne Sion, confrère de Tanzanie passe le mois de mai chez nous où il a pu faire quelques révisions pour la santé.

Emile Bombiri, prêtre du diocèse de Nouna est venu faire des contrôles pour son cœur et pour son diabète…

Matthias Gyato, ex confrère, aujourd’hui prêtre de son diocèse au Ghana, a été heureux de retrouver la rue Friant et l’un ou l’autre confrère qu’il connaissait ; il passait aussi pour des soins.

Jean-Marie Vasseur a passé quelques jours chez nous pour des rencontres familiales et pastorales… Très vaillant, mais avec une canne quand même.

C’est l’abbé Alexandre Dembélé, qui travaille dans les médias à Bamako, qui vient faire son ravitaillement de matériel par Amazon…

Le samedi 21 mai, 32 enfants et leurs accompagnateurs (venus de la paroisse de St Jacques de Montrouge) viennent faire leur retraite de préparation à la première communion dans notre grande salle et dans notre jardin. Beaucoup de joie et beaucoup de sérieux… Et tous les jeux d’enfants. Jacques s’est prêté avec eux à un jeu de questions-réponses sur l’Afrique, les pères blancs, la vocation…

Ce jour-là, nous avons reçu Mgr AKE (de Côte d’Ivoire) venu pour un dernier contrôle à la suite de ses opérations… et Mgr Thomas KABORE, ancien évêque de Kaya… C’est lui qui avait ordonné il y a 5 ans le prêtre de Dablo qui venait juste d’être assassiné par des terroristes.

Le lundi 13 mai, nous recevons un groupe Cor Unum de 12 personnes qui font leur rencontre dans notre grande salle ; ils déjeunent aussi avec nous.

Le 14 mai, André Ferré débarque d’Algérie pour un congé avec nous. Ce jour là aussi, le soir, rencontre mensuelle du « Relais Lumière Espérance » ; le 15, c’est l’abbé Joseph Nikiema qui vient pour des obsèques à Paris.

Le mercredi 15 après-midi et le jeudi 16, c’est la réunion du Comité Directeur du Mouvement Chrétien des Retraités qui tient ses assises chez nous. Ils sont 35… Ils sont si contents de notre accueil qu’ils promettent de revenir chez nous…

Le dimanche 19 mai, c’est Mgr Augustin TRAORE, évêque de Ségou au Mali qui passe chez nous.

Samedi 25 mai, c’est la paroisse de Vanves avec 40 gamins et gamines préparant la première communion qui s’installe dans le jardin et la grande salle. L’équipe d’animation (huit adultes) a tout parfaitement préparé et Jacques intervient avec les enfants comme il l’avait fait 15 jours avant avec ceux de Montrouge.

Et Norbert Mwishabongo, nouveau curé de Toulouse-Minimes, vient clôturer ce mois de visites.

Jacques Lacour

PEP/Fra 150° Basilique St Martin à Tours

Sur les traces du Cardinal Lavigerie, à l’occasion du 150° anniversaire. Extrait du Mini-Lien du Secteur France.

BASILIQUE ST MARTIN, A TOURS, LE DIMANCHE 7 JUILLET 2019 à 11 h 00

Pourquoi à Tours ?

Stan Lubungo écrivait dans le Petit Echo n° 1099 : « Il y a des raisons de penser que notre fondateur avait reçu un don propre de l’Esprit pour être apôtre et missionnaire en Afrique. On peut songer à ce rêve, auquel il s’est souvent référé et dans lequel il s’est vu transporté dans un pays inconnu et étranger où des personnes de peau basanée, parlant une langue étrangère se sont présentées à lui et comment très peu de temps après il s’est trouvé nommé Archevêque d’Alger. » Or ce songe décisif, très paulinien, eut lieu sur la tombe de saint Martin à Tours

Quand on regarde l’œuvre que le Cardinal a accomplie, il est incontestable qu’il n’a pas réalisé cela sans y avoir été appelé et sans avoir été soutenu par la grâce divine. C’est pourquoi il nous apparaît heureux de célébrer le 150ème là où l’histoire du cardinal rejoint les grands courants de l’Eglise.

 

Méditations de Carême 2019 – Semaine 7

La branche allemande d’AEFJN – Netzwerk Afrika Deutschland – a préparé une série de méditations en préparation au « Mois Extraordinaire sur la Mission » que le Pape François a annoncé pour le mois d’octobre prochain. Voici le texte d’introduction. Chaque lundi du carême, la méditation suivante sera postée.

« Les méditations de Carême vous invitent à une réflexion personnelle et communautaire sur les dimensions multiples de la mission de l’Eglise:

  1. Mission est rencontre personnelle avec Jésus-Christ dans Eucharistie, Parole de Dieu, prière personnelle et communautaire. Seulement si le Christ est présent dans notre vie, nous pouvons le communiquer avec les autres.
  2. Mission est témoignage : Laissons-nous nous inspirer par les saints, les martyrs de la mission et les confesseurs de la foi d’hier et d’aujourd’hui.
  3. Mission demande une formation à vie: Evêques et prêtres, hommes, femmes et jeunes doivent chercher comment communiquer l’évangile dans notre culture en transformation.
  4. Mission est être au service des tous : C’est le témoignage d’amour et de solidarité avec les pauvres qui seul peut démontrer l’amour de Dieu pour tous. »

Semaine 1 : Le Mois Extraordinaire de Mission 2019 – Un survol

Semaine 2 : Le Mois Extraordinaire de Mission 2019 – Documents de l’Eglise

Semaine 3 : Le Mois Extraordinaire de Mission 2019 – Ressources

Semaine 4 : Mission – rencontre Jésus-Christ

Semaine 5 : Mission – Etre témoin par sa vie

Semaine 6 : Mission est être au service des gens

Semaine 7 : Mission demande une formation à vie