Herman Konings 1937 – 2018 (PE n° 1093 – 2018/07)

Herman est né le 7 mars 1937 à Essen dans la province d’Anvers, près de la frontière des Pays-Bas. Ses parents étaient cultivateurs et au fil des ans ils auront dix enfants. Après les Humanités classiques au Petit Séminaire de Hoogstraten, il entra en septembre 1956 chez les Pères Blancs à Boechout. C’était l’année où son frère René partit au Burundi… Après le noviciat à Varsenare, Herman fit la théologie à Heverlee, où il prononça son serment le 28 juin 1962 et fut ordonné prêtre le 29 juin 1963. On décrit Herman comme un homme modeste, serviable, cordial et très social. Il n’est pas très bavard, mais s’intéresse aux autres. C’est un homme calme, d’humeur toujours égale. Il rayonne bienveillance et bonhomie. Il ne s’énerve pas, mais il ne faut pas le brusquer. Il est assez flegmatique, un peu sceptique. Il a du bon sens pratique. Il a des dons artistiques indéniables.

Nommé au Burundi, il part le 22 décembre 1963. Il étudie le Kirundi à Muhanga. Le père Braekers, régional, écrit : « C’est un homme joyeux qui amuse beaucoup les autres. Il fait de l’esprit avec des jeux de mots. Il est assez fort en kirundi. » Il devient responsable de la catéchèse et de la jeunesse à Muyaga. On constate assez rapidement que sa santé n’est pas brillante et qu’elle nécessite beaucoup de repos. En septembre 1965 Herman est envoyé à Giheta, ensuite à Bukirasazi. Après son premier congé en 1968, il devient vicaire et économe à Kibumbu. Le père Quintard, assistant-régional, note: « Comme économe de poste, il n’a jamais assez d’argent. Il en dispute avec l’économe général du diocèse… »

Fin 1972 la rébellion des Hutu est étouffée dans ce qu’on a appelé le génocide des Hutu burundais. En janvier 1973 Herman revient en Belgique, fort marqué par ces événements. Il devient professeur de religion dans un lycée à Borgerhout et demeure dans notre communauté de Berchem. Il accompagne en Grèce des groupes de jeunes. Il prend une année sabbatique, suit des cours de bible et de catéchèse, toujours en vue de l’enseignement. Après la session-retraite à Jérusalem  en 1980, il est prêt à repartir en Afrique.

Fin 1980 Herman arrive en Ituri et devient professeur de religion au collège de Bunia. Il a un horaire complet et il est apprécié. A la fin de l’année scolaire 1983 il décide pourtant de quitter. Il écrit au père Jan Lenssen, provincial de Belgique : « J’enseigne encore toujours avec le même enthousiasme, mais la mentalité ici est par trop différente de la mienne ». Pour une raison qu’on ignore – il n’avait jamais été expulsé – son permis d’entrée au Burundi est refusé. Le Rwanda peut-être ? Après une délibération sérieuse au conseil régional du Rwanda – parce que Herman avait le renom d’être trop ‘moderne’ – il regagne Kigali le 17 janvier 1984. Après un passage au Centre de Langue, le voilà vicaire à Kaduha dans le diocèse de Butare. Herman rêvait d’authentiques communautés de base. Aussi lui permet-on de rejoindre la paroisse de Rusumo, dans le diocèse de Kibungo, où le père Stany de Jamblinne travaille dans le sens d’Église-Monde. Herman se sent à l’aise dans cette pastorale. Il peint des tableaux et orne des églises. Il soutient des artistes locaux, qui font des panneaux décoratifs en relief, caractéristiques de la région.

En avril 1994 le génocide éclate également à Rusumo. Avec d’autres confrères Herman est évacué le 13 avril sur Bruxelles.

En septembre 1994 il suit pendant plusieurs mois une formation à Lyon, au CREC-AVEX (Center for Research and Communication). On pensait à lui pour le Centre audiovisuel au Burundi. Cette nomination n’aboutira pas. En septembre-décembre 1995 il suit à Jérusalem la session « Disciple du Christ et missionnaires aujourd’hui ». En mars 1996 il retourne à Jérusalem pour le Service archéologique et le musée, où entre autres il met en valeur la fameuse collection des lampes d’huile. Sa seule plainte : « Pendant quatre ans j’ai dû me débrouiller sans budget ».

En octobre 2000 il est nommé à Rome au service de la formation permanente et l’organisation du Mid-Life Renewal Programme. Il se charge de plusieurs tâches administratives à accomplir en ville ou à la Cité du Vatican et collabore avec le frère Karl Stärk à la photothèque. Il est opéré au cœur mais se remet fort bien.

En juillet 2006 il rentre définitivement en Belgique, où il rejoint Photos-Service à Namur. Il aide Gust Beeckmans dans la restauration de vieilles photos historiques. Il y restera dix ans, toujours aussi maigre, toujours égal à lui-même et blagueur. Il reste un peu spécial, observateur critique qui n’élève jamais la voix. Mais il commence à avoir de sérieux troubles respiratoires, qui nécessitent des séances kinésithérapiques appropriées.

En octobre 2016 il demande de pouvoir rejoindre Anvers. Le transfert de Photo-Service se prépare et il veut se rapprocher de son frère René sérieusement malade. Début 2018 ses problèmes respiratoires s’intensifient. Le 9 mars il regagne  Avondrust à Varsenare.

Il se montre fort reconnaissant des soins qui lui sont prodigués et jouit de l’air pur. Il se replonge avec joie dans ses albums d’œuvres d’art, tout en se préparant à l’inéluctable. Il se replonge dans le commentaire de Carlos Mesters sur le Serviteur Souffrant. Il note dans un calepin : « Oui, la souffrance inévitable de l’homme, projetée en une personne, le Christ, en moi ». Il connaît de terribles crises de suffocation. Vers la mi-avril il sent que la fin approche. Il note : « La résurrection ne suit pas la mort, elle a lieu au moment même de la mort. C’est le début d’un ‘vivre autrement’ que je puis anticiper ». Herman meurt le 20 avril à l’hôpital Saint-Jean à Bruges. Mark De Wulf, le responsable de Varsenare, est auprès de lui.

Le 26 avril il fut enterré à Varsenare, entouré de sa famille et de nombreux confrères. Qu’il repose en paix !

Jef Vleugels, M.Afr.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.