Il est temps d’enterrer une Église centrée sur le clergé

Une traduction rapide est proposée en-dessous de l’article.

Quelle est la plus grande menace pour l’Église catholique romaine aujourd’hui – un schisme ? Ou la montée en puissance du fondamentalisme clérical ?

José Maria Castillo, lui-même prêtre, pense que c’est la seconde.

Cet Espagnol de 90 ans a été l’un des théologiens les plus influents en Amérique latine et ailleurs au cours des deux premières décennies qui ont suivi le Concile Vatican II (1962-65). Ses livres, publiés par douzaines, ont été des lectures obligatoires dans de nombreux séminaires et universités hispanophones immédiatement après le Concile.

Ensuite, ils ne l’étaient plus.

Peu de temps après son élection en 1978, Jean-Paul II a mis un frein à la poursuite de la réforme ecclésiale (comme le préconisaient des théologiens comme Castillo) et a commencé son projet de restauration consistant à restreindre soigneusement l’interprétation et l’application des documents de Vatican II.

Le pape polonais y est parvenu notamment en nommant des évêques dociles et doctrinalement conservateurs (et sans imagination). Ceux-ci, à leur tour, avec le soutien du bureau doctrinal du Vatican, ont commencé à réduire au silence et à marginaliser des théologiens comme Castillo.

Un retour des premiers théologiens de l’après-Vatican II

Ces théologiens ont trouvé un nouveau souffle à leur vie ecclésiale depuis que Jorge Mario Bergoglio SJ a été élu évêque de Rome en 2013.

L’homme que nous appelons maintenant le pape François, même sans aucun acte formel de réhabilitation, leur a permis de recommencer à contribuer aux discussions, débats et processus de discernement que son pontificat a réintroduit dans l’Église.

Il est tout simplement étonnant de constater à quel point l’atmosphère au sein de l’Église a changé en sept ans seulement.

L’archevêque Piero Marini, le fonctionnaire du Vatican de longue date le plus identifié aux réformes liturgiques post conciliaires, a déclaré juste après l’élection de François que nous avions “respiré l’air d’un marécage”.

Malheureusement, le pape argentin, qui est célèbre même au-delà des cercles ecclésiastiques pour être l’un des plus ardents défenseurs de l’environnement au monde, n’a pas été capable de nettoyer complètement l’ancienne atmosphère étouffante du catholicisme centralisé.

Il y a des prêtres, des évêques et des cardinaux dans des lieux d’influence et de pouvoir – à Rome et à l’étranger – qui font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher le pape de 83 ans d’apporter des changements qui pourraient menacer leurs privilèges de cléricalistes.

Les cléricalistes ripostent

Et l’une des méthodes sinistres qu’ils utilisent pour tenter de l’arrêter dans sa course est de brandir sans cesse le spectre d’un schisme de l’Église.

Certains commentateurs pensent que cela a au moins contribué à la décision du pape de ne pas mentionner, dans sa récente exhortation sur l’Amazonie, la question des prêtres mariés et des femmes diacres.

“Au Vatican, les idées et les intérêts des cardinaux, des évêques et des monseigneurs qui représentent le clergé conservateur dépassent de loin les besoins des centaines de milliers de catholiques qui vivent dans la région amazonienne”, a observé José Maria Castillo.

Dans un article publié le 17 février sur le site “Religion Digital”, il a déclaré que la menace posée par l’influence continue et déséquilibrée de ces ecclésiastiques cléricalistes est beaucoup plus grave que tout schisme possible.
Et la raison en est simple. Les cléricalistes, qui ne représentent qu’une infime partie des 1,2 milliard de membres de l’Église, violent gravement les droits des fidèles catholiques.

Castillo a cité le paragraphe 37 de Lumen gentium, la Constitution dogmatique sur l’Église.

“Les laïcs ont le droit, comme tous les chrétiens, de recevoir en abondance de leurs bergers spirituels les biens spirituels de l’Église, en particulier l’assistance de la parole de Dieu et des sacrements”, dit ce texte de Vatican II.

L’obligation de nourrir le peuple de Dieu

Tout droit comporte une obligation. Et c’est ici l’obligation et la responsabilité des pasteurs spirituels de l’Église (avant tout ses évêques) de fournir les sacrements au peuple catholique.

Mais les évêques ne font pas cela en Amazonie. Ils ne le font pas non plus dans de nombreux autres endroits du monde où il n’y a pas assez de prêtres ordonnés pour diriger les célébrations eucharistiques, c’est-à-dire pour consacrer valablement les hosties.

“C’est une obligation urgente de l’autorité de l’Église de répondre de manière adéquate à ce droit des fidèles”, a écrit Castillo.

“C’est un devoir auquel le pape doit répondre en dépit des arguments et des intérêts du clergé fondamentaliste et conservateur”, a-t-il poursuivi.

“Dans l’Église des premiers siècles, chaque communauté avait le droit reconnu d’élire ses ministres. Et même le droit de les révoquer lorsque le comportement des ministres n’était pas conforme à leur mission”, a-t-il noté.

Il a cité les actes d’un synode tenu en Espagne au IIIe siècle pour montrer que même Rome défendait ce droit. Et, ainsi, l’Église est plus constituée de la communauté que du clergé.

Les priorités à l’envers

Mais aujourd’hui, a-t-il dit, la situation est totalement inversée.

“Ce qui est imposé est dans l’intérêt et la convenance du clergé, même lorsque cela conduit à l’abandon religieux et évangélique de centaines de milliers de catholiques”, a-t-il écrit.

“Il est extrêmement important de souligner très clairement que cette situation ne sera résolue que lorsque deux décisions de plus en plus urgentes seront prises : 1.) autoriser l’ordination presbytérale des hommes mariés ; 2.) établir l’égalité des droits entre les hommes et les femmes dans l’Église”, a-t-il déclaré.

Les évêques ne devraient pas attendre que le pape le fasse. Ils ne devraient pas non plus attendre qu’il le fasse, du moins pas de sa propre initiative.

Ils peuvent agir maintenant pour remplir leur responsabilité de fournir à leur peuple les sacrements, en particulier l’Eucharistie. La première étape consiste à demander officiellement au pape d’autoriser l’ordination des hommes mariés.

La voie légale à suivre

Les évêques de l’assemblée du Synode sur l’Amazonie l’ont “proposé”, mais – techniquement – ils ont utilisé le langage canonique sur lequel des gens comme le cardinal Baldisseri aiment à couper les cheveux en quatre.

En fait, il existe un processus canonique qu’un évêque ou une conférence d’évêques (ou peut-être une assemblée synodale) peut suivre pour demander l’ordination d’hommes mariés.

Le Code de droit canonique prévoit en fait cette possibilité.

S’il stipule que “l’homme qui a une femme” est simplement empêché de recevoir les saints ordres (Can. 1042, n° 1), il dit aussi – de façon tout à fait spécifique – que le Saint-Siège peut dispenser de cet empêchement (cf. Can. 1047 § 2, n° 3).

On dit souvent qu’il est plus facile d’obtenir ce que l’on veut si l’on demande gentiment.

Dans l’Église catholique – oui, également dans le pontificat du pape François – c’est encore mieux si vous demandez “canoniquement”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.