Il était une fois… Un lion à Ushirombo (PE n°1080)

Tiré d’un diaire des Sœurs Blanches.

Le 15 octobre 1925 : Une petite fille a été emportée par un lion à 5:00 de l’après midi très près de la maison sous les yeux de ses parents. Elle était la troisième victime de la bête en l’espace d’un mois.

Le 4 novembre: Le soir après le souper nous avons entendu des cris de détresse. Quinze minutes plus tard, les Pères avec d’autres hommes ont rapporté Magdalena, la femme de Constantin qui avait été sérieusement blessée par le lion. Il l’avait surprise devant la porte de sa maison. Il l’a prise dans sa gueule et l’a trainée sur une vingtaine de mètres. Son mari, son beau-frère et sa fille ont réussi à le chasser en le frappant et en criant. Pauvre Magdalena, elle fut très courageuse pendant qu’on nettoyait ses plaies. Elle remerciait le Bon Dieu et la Vierge Marie d’avoir échappé à la mort. A un moment, elle croyait qu’elle allait mourir.

Le 5 novembre : A quatre heures trente de l’après-midi, il y a eu des cris de détresse et des battements de tambour. A la léproserie de Bwenda, à une distance de trois quart d’heure d’ici, en sortant de la chapelle les lépreux ont aperçu un lion sur le corps de Monica Nakalabo. Ils ont réussi à chasser l’animal, mais la pauvre femme était morte, la bête l’avait mordu à la gorge. Les pères se sont rendus rapidement et ont mis du poison sur le cadavre. Peu après le lion est retourné et est reparti avec le cadavre.

Le 6 novembre: Encore une fois nous entendons un lion très près de la maison à 10 heures du matin. Tous les hommes l’ont pourchassé, mais en vain: il était trop bien caché. On a escorté les enfants de l’école avec des hommes armés.

Le 8 novembre: Finalement, quelques hommes ont trouvé le lion mort, le poison avait fait son travail. On a retrouvé seulement le crâne et quelques ossements de la pauvre Monica pour les funérailles. Les gens disaient que le lion était devenu fou, c’est pour cela qu’il a commencé à attaquer les humains.

Frank Nolan

Laisser un commentaire