Mot du rédacteur (PE n° 1090 – 2018/04)

Les confrères du Conseil général qui visitent les communautés de nos confrères âgés sont souvent impressionnés par leur intérêt pour la mission et notre Société missionnaire. Cela traduit le dynamisme missionnaire qui continue à soutenir leur vie dans leurs maisons de repos.

L’une des préoccupations du dernier Chapitre était, justement, « d’encourager le dynamisme missionnaire de nos confrères malades ou âgés tout en leur procurant l’aide médicale, psychologique, spirituelle dont ils ont besoin » (AC 5.3.) ; certains responsables des communautés de nos aînés ont accepté de partager brièvement l’esprit qui se vit dans leurs maisons de repos.

Le vieillissement et la perte d’une certaine motricité, ne sont pas une raison de déserter son idéal ni de démissionner. Il est alors sage d’adopter « la politique de ses moyens » et de réaliser ce que l’on peut, avec ce que l’on a. On reste missionnaire à part entière, même si parfois les activités peuvent se limiter à prier pour ceux qui sont plongés dans la pastorale directe, ceux qui s’y préparent et ceux qui servent l’ensemble. Nous avons besoin de nos aînés pour nous rappeler qui nous sommes.

Freddy Kyombo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.