Notre confrère Cardinal diacre de Santa Maria in Portico in Campitelli

Cardinal diacre Michael Fitzgerald

Samedi 1er février 2020 à 18 h 30, en l’église de Santa Maria in Portico in Campitelli, a lieu la cérémonie de l’entrée solennelle du cardinal Fitzgerald dans l’Église qui lui a été attribué comme cardinal diacre lors du consistoire du 5 octobre 2019.

Le dimanche 2 février à 10 h, entouré de ses paroissiens, des prêtre de la paroisse, de ses confrères Missionnaires d’Afrique, dont le Supérieur général Stan Lubungo et de séminaristes, le nouveau cardinal célèbre l’eucharistie de la présentation de notre Seigneur au temple.

Pour rappel Michael Louis cardinal Fitzgerald, avait servi l’Église comme président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux et nonce en Égypte avant de prendre sa retraite. Aujourd’hui, il est membre de la communauté de Missionnaires d’Afrique qui servent dans la paroisse Saint Vincent à Liverpool en Grande Bretagne.

Freddy Kyombo, M.Afr.

Ci-dessous, la traduction française de deux textes mis en ligne en italien sur le site de L’Église Santa Maria in Portico. Le premier reprend l’homélie du dimanche de la Présentation du Cardinal Fitzgerald. Le deuxième reprend des éléments de l’homélie faite lors des vêpres solennelles de samedi.

Le Cardinal pendant la messe de la Chandeleur : « Suivre la lumière ». (Fête de la Présentation)

Voici les paroles prononcées par le cardinal Fitzgerald lors de son homélie en l’église de Santa Maria in Portico à Campitelli pour la solennité de la Présentation du Seigneur au Temple. Après la bénédiction des bougies et la procession commémorant l’entrée de Jésus dans le Temple, le cardinal a rappelé comment :

« Luc nous présente Marie et Joseph comme un couple obéissant. Ils se rendent au Temple pour offrir l’enfant Jésus au Seigneur « comme il est écrit dans la Loi du Seigneur ». Ils offrent pour lui un couple de tourterelles ou de jeunes pigeons, précise l’évangéliste, c’est-à-dire qu’ils font l’offrande des pauvres. C’est une façon de souligner la réalisation radicale de l’Incarnation. Le Fils de Dieu incarné est né dans une famille pauvre, une famille soumise à la loi du Seigneur.

L’offrande est faite, selon la loi mosaïque, pour la rédemption du premier-né, mais en fait c’est l’enfant, Jésus, fils de Marie et Fils de Dieu, qui est le vrai Rédempteur, celui qui nous rachètera au prix de son sang qu’il versera sur la Croix.

Dans la deuxième partie de l’histoire, le vieux Simeon entre en scène. Il est le modèle du croyant, ouvert aux inspirations de l’Esprit. Il prend l’enfant Jésus dans ses bras et bénit le Seigneur. Il remercie le Seigneur Dieu de trouver dans cet enfant l’accomplissement de ses désirs les plus profonds. Il agit motivé par la foi, et dans la foi il voit dans ce petit enfant ce qui a été annoncé par les prophètes. Il voit dans l’enfant le salut promis par Dieu depuis le début de l’histoire, il perçoit en lui la Lumière qui illumine le peuple, la Lumière des Nations. Il faut beaucoup de foi pour voir les choses comme ça.

Puis vient aussi la prophétesse Anna, pleine d’enthousiasme, qui dans sa joie ne cesse de parler de l’enfant à tous ceux qui ont voulu l’écouter.

Enfin, Luc nous dit que la Sainte Famille retourne en Galilée et reprend une vie normale, permettant au petit Jésus de grandir plein de sagesse et de grâce divine.

Nous devons maintenant nous demander quelles leçons nous pouvons tirer de notre méditation.

Tout d’abord, soyons tous invités à entrer dans le Temple du Seigneur en suivant Notre Seigneur Jésus-Christ. Suivons l’Agneau, offert pour nous, qui nous conduit aux sources d’eau vive. Suivons la Lumière, comme nous l’avons fait dans la procession, et apportons cette lumière à notre monde qui en a tant besoin.

Nous tous, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, sommes invités comme Siméon à accueillir notre Sauveur. L’enfant a été présenté comme un signe. En fait, c’est un signe de contradiction, car chacun reste libre de l’accueillir ou non. Le Seigneur respecte toujours notre liberté. Le signe du salut, le salut même qui nous est offert en Jésus-Christ, peut être rejeté. Nous devons décider personnellement en faveur de cet enfant ou contre lui. Nous sommes invités à confirmer librement notre décision de suivre le Seigneur Jésus en tant que disciples fidèles, confiants qu’il nous conduira à la vraie paix.

Nous sommes tous invités à imiter Anna, en proclamant Jésus par notre vie, en montrant la joie de l’Evangile.

Nous devons tous, en fin de compte, reprendre notre vie quotidienne, en essayant de grandir dans la sagesse et dans la grâce de Dieu.

Nous pouvons nous confier à l’intercession de Marie, si vénérée dans cette belle église, et aux prières de Joseph, Siméon et Anne. Nous implorons avant tout l’aide du Saint-Esprit qui nous guidera sur le chemin de la paix. Amen.

Venu parmi vous avec un esprit de service (Vêpres du samedi)

C’est la petite icône de Santa Maria in Portico qui domine la scène, d’en haut, où se sont tournés pendant des siècles les yeux des hommes et des femmes en quête de paix dans leur corps et leur esprit. Pour la première fois, le cardinal Fitzgerald, que le pape François a envoyé à la Diaconie qui porte le titre de l’ancien portique de Santa Galla, est entré dans la Diaconie pour en prendre possession. Après avoir été accueilli sur le seuil de l’église par le curé de la paroisse, le père Davide Carbonaro, qui lui a remis le crucifix pour le baiser rituel, il a invoqué la Mère de Dieu que les « anges ont admirablement exaltée en ce lieu ». Paroles de la dévotion chrétienne de Rome, qui célèbre Marie comme sa protectrice particulière. Ainsi, l’image de l’ancien Portique, rappelée dans le discours de salutation du Père Vincenzo Molinaro Recteur Général de l’Ordre de la Mère de Dieu : « elle a le goût de la maison et de l’accueil. Ici, Saint John Leonardi a trouvé un foyer avec ses enfants. »

Lors des premières vêpres de la Présentation au Temple, se sont réunis les Clercs réguliers de la Mère de Dieu, à qui est confiée la paroisse de Santa Maria in Portico in Campitelli, les Missionnaires d’Afrique accompagnés de leur Père Général le Père Stanley Lubungo, l’Evêque auxiliaire du Secteur Central de Rome Daniele Libanori, et de nombreux amis du Cardinal. L’animation de la Chapelle musicale de Santa Maria in Campitelli dirigée par M° Vincenzo di Betta et le service liturgique du Collège anglais dirigé par le Recteur Mgr Philip Whitmore. Après la brève lecture de la solennité, le Cardinal a adressé ses salutations cordiales aux personnes présentes, en rappelant que « il vient prendre possession de l’Église, non pas comme propriétaire foncier, comme dirigeant, mais dans un esprit de service, bien conscient de la nature diaconale du titre ». Nous avons besoin de l’amour du service du Christ. Comme pour Santa Galla qui « a ouvert sa maison aux pauvres ». De tels besoins de charité : « non seulement la ville de Rome, mais le monde entier ». En vertu de cette orientation évangélique, le cardinal poursuit : « La pauvreté ne connaît pas de frontières entre les pays, pas même entre la religion et le religieux. Par conséquent, nous avons besoin de la coopération de tous pour faire face à la crise de notre monde. C’est pourquoi, dans un document commun, le pape François et le grand imam d’al’Azhar, le Dr Ahmad al-Tayyeb, ont déclaré comment le dialogue, la compréhension, la diffusion de la culture de la tolérance, l’acceptation de l’autre et la coexistence entre les êtres humains contribueraient grandement à réduire de nombreux problèmes économiques, sociaux, politiques et environnementaux qui assiègent une grande partie de la race humaine ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.