Nous sommes tout puissants

Du département de JPIC-RD du Maghreb, nous avons reçu ce document écrit par le frère Patrick Leboulenger sur une réflexion au carrefour de la Saison de la Création, de la Pandémie de Covid-19 et du Mystère de Pâques. 

Nous sommes tout puissants...

L’Arabie construit une tour de 1000m de haut. Le navire « Symphony of the seas » transporte 8880 personnes. L’Antonov An-225, surnommé Mriya est un avion chargé qui peut peser 600 tonnes et transporter 50 voitures. Alors à côté la tour de Babel !!! 

Mais depuis quelques temps des voix s’élèvent. Elles nous rappellent que nous habitons une petite planète, que les ressources sont limitées, que nous gaspillons trop, que le climat se réchauffe, que nous hypothéquons les conditions de vie de la prochaine génération. Mais, nous sommes tellement sûrs de notre puissance de notre maîtrise de la nature. Si l’eau potable diminue ce n’est pas grave, nous installons des purificateurs. Enfin quoi qu’il advienne, nous saurons trouver des solutions. Nos scientifiques sont là pour cela. 

Pourtant, il y a quelques années est survenue une première épidémie « le SIDA ». On ne savait pas la soigner, le taux de mortalité était proche des 100%. Si elle a obligé les humains à modifier certains comportements, l’humanité a vite appris à vivre avec. Et nous avons progressivement repris notre course à la puissance. Nous avons vite retrouvé nos habitudes qui consistent à nous massacrer et à nous exploiter mutuellement avec un peu d’humanitaire pour ne pas trop ressembler à des animaux. Des scientifiques et des médecins nous avaient déjà avertis. Nous ne sommes pas prêts à supporter une épidémie. Nous devrions arrêter notre course et changer notre conception de la nature et de la planète. Nous devrions repenser nos modèles économiques. Mais ils criaient dans le désert parce que personne ne voulait les entendre. 

Il ne faut rien changer pour protéger l’économie mondiale. C’est-à-dire pour que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. Et puisque ce sont les riches qui décident, le système est donc très bien en l’état. Nous avons continué à organiser des séminaires et des retraites pour quelques jours regroupant des gens du monde entier. Le plus amusant, ce sont ces grands rassemblements pour réfléchir à des moyens de lutter contre le réchauffement climatique alors qu’ils sont eux-mêmes des sources de ce réchauffement par les déplacements qu’ils engendrent. Tous ces rassemblements sont absolument nécessaires, ils ne peuvent être remis en cause. Les téléréunions ne conviennent pas. Les matières premières venant d’Afrique, sont transportées en Chine pour la production d’appareils qui seront achetés en Europe, puis revendus en l’Afrique. C’est la mondialisation, le grand mot des dernières décennies. La contestation de cette mondialisation vous classe parmi les marginaux ou les utopistes.

Et nous voici au pied du mur, avec un petit virus (ce n’est même pas un être vivant) qui vient perturber notre « puissance ». Les médecins sont dépassés. Nous n’avons pas vraiment de médicament et pas de vaccin. Les plus vulnérables finissent par en mourir. Le voici qui franchit les frontières et tout le monde peut être contaminé du clochard de la rue jusqu’au chef d’état, un chinois, un iranien, un italien…. Nous voici revenu comme pour la peste au moyen-âge, les mots de « quarantaine », « isolement » reviennent, les villes et les états ferment leurs portes. La police et l’armée contrôlent les routes. On se met à prier pour la guérison. Comme il y a 1000 ans nous recherchons la cause de cette maladie, on recherche les propagateurs du mal. Nous nous demandons sur l’origine du fléau : naturelle, humaine, malédiction du ciel ? On sort les masques pour se protéger. Au moyen âge, on utilisait des masques avec un long nez qui devait empêcher les miasmes d’atteindre les médecins. Il ne s’agit pas de trouver cela inutile ou ridicule. Au contraire, ce sont nos seuls outils qui nous permettent de limiter la progression de la maladie. Nous remarquons que nous n’avons pas changé depuis le moyen-âge. Cela nous remet devant notre fragilité. La différence serait peut-être que les hommes du moyen-âge se savaient vulnérables devant la nature. Nous, nous avons cru en être les maîtres.

En quelques mois, nous avons été obligés d’arrêter la course. Ce que les hommes n’ont jamais voulu faire, un virus l’a fait : terminés tous ces déplacements, toutes ces réunions importantes et fondamentales pour la vie de l’Eglise et de l’humanité. Les salons absolument nécessaires à l’économie sont supprimés. Le travail à distance, les vidéoconférences sont devenus possibles. Les états repensent la mondialisation en réfléchissant à plus de proximité entre les producteurs et les consommateurs. Le commerce de proximité devient possible. La diminution des déplacements pour le travail à distance devient économiquement rentable. Nous pensions que les relations humaines se font par l’intermédiaire d’internet. Le confinement nous montre que nous avons encore besoin de contact entre humains faits de chair et d’os. Les italiens nous en montrent un très bon exemple en se regroupant à la fenêtre de leur appartement le soir. Nous devons nous attendre à de lourdes conséquences pour l’économie mondiale. Que ce soit les nations et les personnes économiquement plus vulnérables, leur situation va s’en trouver fortement détériorée et pour longtemps. Il était impossible de repenser le transport aérien source importante de pollution. Les faillites de plusieurs compagnies nous obligeront à le faire.

Il y a bien longtemps quelqu’un nous désignait comme des gens à la tête dure (Ex 32,9 Dt 9,6 9,13). Peut-être que nous allons enfin entendre ces petites voix qui nous appellent à changer. Et si nous rêvions un peu, imaginons que l’humanité se mette à vivre plus de partage, de solidarité, d’entraide. Imaginons que les nations se mettent à collaborer pour lutter contre le virus et d’autres saletés du même genre comme le paludisme. Imaginons que nous renoncions à tout ce gaspillage pour préserver la nature pour notre propre santé et les prochaines générations. Imaginons que nous décidions de vivre en relations avec nos voisins réels et non avec des amis virtuels sur Websat. En un mot, imaginons que nous nous mettions à vivre évangile. Alors nous pourrons nous dire que ce mal qui nous touche, ne nous aura pas fait souffrir et que nos morts ne sont pas partis pour rien.

Souvent pour le carême, nous nous imposons des efforts plus ou moins à notre portée, quelques changements dans notre vie quotidienne. Cette année, notre carême est un peu plus radical. Les événements nous imposent des contraintes. L’attente de la Résurrection et de la vie surgie à Pâques a pris un aspect très réel pour bien des humains. On nous dit qu’un chrétien ne peut pas vivre seul, le voilà maintenant enfermé seul, parfois angoissé par la présence de ce virus, et fragile devant son Dieu. Il ne peut échapper à ce tête-à-tête avec lui-même et avec Dieu. Certains se réjouissent d’avoir une famille, ou une communauté. Mais la promiscuité dans un appartement, les petites manies d’un confrère ou d’une consœur, les cris des enfants font leur travail d’usure avec le temps qui passe. C’est malgré et avec tout cela que nous sommes invités à regarder vers Pâques, le passage à la liberté qui ne se déroulera peut-être pas forcément le 11 avril cette année pour bien des chrétiens. La libération apportée par la résurrection et la conversion qui nous sont imposées, sont cette année bien concrètes. La foi de chacun est mise à nue. Ce n’est plus « croyez-vous en Jésus ressuscité ? » Mais « crois-tu en Jésus ressuscité ? » Si oui, alors tires en les conséquences.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.