Bienvenue

Bienvenue sur le tout nouveau site international des Missionnaires d’Afrique. Cela aura pris du temps. Veuillez m’en excusez. Et pourtant, vous vous en rendrez compte très vite, il est loin d’être complet. Ce n’est évidemment pas la vocation d’un site web d’être complet, car il est au mieux de sa mission lorsqu’il est dynamique. Mais il y a des informations statiques qui prennent beaucoup de temps à créer ou même à transférer de l’ancien site. Ne vous en faites pas, l’ancien site sera encore consultable pendant deux ou trois mois, mais sera de moins en moins mis à jour. 

Ce nouveau site continuera de se développer, avec votre participation active si possible. Non seulement avec des articles, mais aussi avec des photos ou même des vidéos. Si vous possédez des photos que vous pensez pouvoir trouver leur juste place sur une des pages du site, n’hésitez pas à l’envoyer au webmaster. Attention cependant aux droits d’auteur. N’envoyez que des photos vous appartenant ou dont vous avez la certitude qu’elles ne sont pas protégées. Veuillez aussi en donner une brève description.

Il n’y a plus, comme tel, d’intranet sur le nouveau site. Mais il y a bien du contenu réservé à des acteurs spécifiques. Pour l’instant, ces acteurs sont « Missionnaires d’Afrique », « Etudiants MAfr », « SMNDA », « Amis des MAfr ». Plus tard, il pourra y avoir d’autres acteurs, par exemple « Provinciaux », « Formateurs », etc. Vous devez donc vous inscrire avec les informations de connexion que vous avez reçues.  Vous pouvez alors changer votre mot de passe. N’en choisissez pas un trop simple, mettez au moins huit signes, dont une lettre majuscule et un chiffre.

Une autre nouveauté importante est que le site est maintenant consultable sur téléphone intelligent ou tablette. Cela veut dire, entre autre, que les confrères qui n’ont pas de connexion internet fiable à la paroisse peuvent lire le Petit Echo en ligne, par exemple, lorsqu’ils se trouvent dans un endroit plus favorable.

N’hésitez pas à me signaler toute erreur ou  manquement et à me suggérer toute amélioration.

Philippe Docq 

Laisser un commentaire