Campagne de lutte contre la traite des êtres humains : « A luta continua »

La traite des personnes est une activité criminelle dans laquelle les victimes sont recrutées, hébergées, transportées, achetées ou kidnappées à des fins d’exploitation, telles que l’esclavage sexuel et le travail forcé. En raison des vulnérabilités sociales, économiques et politiques, des hommes, des femmes et des enfants sont victimes de la traite à travers le monde. Malgré les mesures légales et migratoires prises pour enrayer cette catastrophe d’origine humaine, le nombre des victimes ne cesse d’augmenter. Dans le monde entier, les trafiquants ne ciblent pas seulement leurs victimes à des fins d’exploitation sexuelle et de travail forcé, mais aussi de prélèvement d’organes. En Afrique de l’Ouest, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), « trois victimes sur quatre sont des enfants ».

Les Missionnaires d’Afrique, dans leurs différentes provinces, sections et secteurs, sont engagés dans la lutte contre la traite des êtres humains. Récemment, nos confrères travaillant dans les provinces du Ghana-Nigeria, de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’Est ont organisé des campagnes de sensibilisation contre la traite des êtres humains, principalement parmi les jeunes.

Pour célébrer la Semaine de Bakhita, les Missionnaires d’Afrique se sont joints à d’autres congrégations religieuses pour animer, informer et éduquer les jeunes sur les astuces et les incitations utilisées par les trafiquants. Le 8 février 2024, Obai E. Patrick (M. Afr.), avec les Franciscaines Missionnaires de Marie (FMM), les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique (SMNDA), d’autres congrégations religieuses et des enseignants, ont rencontré les enfants de St. Augustine’s Junior High School, Tamale, Ghana.

En République Démocratique du Congo, à Kinshasa, Alex Manda (M. Afr.), travaille en équipe avec 3 religieuses : 2 Sœurs Missionnaires Comboniennes et une Sœur de Notre-Dame du Jardin. À l’occasion de la Journée de sainte Joséphine Bakhita, l’équipe a organisé pour la première fois un événement de sensibilisation à Limete – une banlieue de Kinshasa –, auquel ont participé de nombreux religieux et religieuses de diverses congrégations. À l’avenir, ils envisagent, avec la Conférence des Supérieurs Majeurs (COSUMA), une collaboration durable avec Talitha Kum International, pour l’animation et la formation de religieux et de religieuses, et d’autres personnes de bonne volonté.

La sensibilisation est un processus. C’est une autre façon de vivre et de faire la mission de l’Église. Aujourd’hui, être des missionnaires prophétiques devrait inclure la campagne contre la traite humaine et d’autres formes d’exploitation des êtres humains. Les Missionnaires d’Afrique continuent de collaborer avec des personnes partageant les mêmes idées pour informer le public, afin qu’il ne devienne pas la proie des trafiquants. Il est à noter que, le 30 janvier 2024, Talita Kum Internation a lancé l’application « Walk in Dignity ». Il s’agit d’une application disponible sur Google Play Store. Il vise à accroître la sensibilisation et la connaissance du phénomène de la traite des êtres humains.

Par: Prosper Harelimana, M.Afr.

Limete, Kinshasa, la République Démocratique du Congo

Pendant  la célébration eucharistique

Manda Alex (M. Afr.) avec des religieux et des religieuses après la célébration eucharistique

Obai E. Patrick (M. Afr.), avec des sœurs, des enseignants et des enfants lors de la campagne de lutte contre la traite des êtres humains à St. Augustine’s Junior High School, Tamale, Ghana

 L’application «Walk in Dignity»

Laisser un commentaire