Ordinations au temps du Covid-19

Ordination de Paschal Ewuntomah à Damango (Ghana)

La vie continue et pour nos jeunes confrères prêts à l’ordination, c’est en effet le début d’une nouvelle vie. 

Malgré la pandémie du virus covid-19, le diacre Paschal Ewuntomah a été ordonné prêtre par Monseigneur Peter Paul Angkyier dans sa cathédrale du diocèse de Damango au Ghana le 5 septembre 2020. 

L’ambiance était plutôt festive, malgré les fameux masques censés empêcher la propagation du virus. 

Félicitations à toi Paschal. Que Dieu te garde longtemps au service de Sa Mission.

Génération Covid-19

Generation Covid-19

L’année 2020 restera certainement longtemps dans les mémoires comme l’année de la pandémie de Covid-19. Certains de nos jeunes confrères qui doivent être ordonnés cette année feront partie de la génération des prêtres Covid-19. Richard Abobopuo Dery, du Ghana, est l’un d’entre eux. Il a été ordonné le 8 août par Mgr Peter Paul Y. Angkyier, évêque de Damongo. Voici quelques photos de la célébration de l’ordination et de la messe d’action de grâce, offertes par Frère Vitus Abobo, en congé prolongé forcé au Ghana.

Apogée du Jubilé au Ghana-Nigeria

Apogée du Jubilé au Ghana-Nigeria

A la fin de l’année de célébration de notre 150ème anniversaire de fondation, la province du Ghana Nigeria a célébré son point culminant le 26 octobre dans la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation à Tamale (Ghana). Pour l’occasion, ils avaient édité une brochure avec les faits saillants de tout ce qui s’est passé dans la province pendant la célébration de l’année. Vous prendrez plaisir à parcourir cette brochure, que vous pouvez ouvrir en suivant ce lien.

Les fauteuils roulants du Fr. Trévor Robinson

Un frère Missionnaire fabrique
des fauteuils roulants à 3 roues
pour les handicapés au Ghana

Voici un court article publié par ZENIT le 15 juillet, présentant le travail de notre confrère Trevor Robinson au Ghana.

Un peu d’espoir pour ‘les derniers parmi les derniers’

A Tamale, une ville ghanéenne de plus de trois cent mille habitants, on voit dans les rues beaucoup de garçons et d’ adultes handicapés. A cause de leur handicap, ces personnes ne peuvent rester que près de leur domicile. Le reste du monde n’existe pas pour eux et, surtout, ils vivent dans des conditions dégradantes. En observant ces “derniers parmi les derniers”, marginalisés, vulnérables et sans aucune aide, le Frère Trévor Robinson, missionnaire anglais des Pères Blancs (la Société des Missionnaires d’Afrique), a eu le désir évangélique de consacrer temps et énergie à améliorer leurs conditions de vie.

C’est pour cette raison qu’il a décidé de fabriquer lui-même de simples fauteuils roulants à trois roues pour les personnes handicapées, rapporte l’Agence de Nouvelles Fides. En explorant les possibilités de remédier à cette situation, le Frère Trévor a conçu un fauteuil roulant à 3 roues qui permette à la personne de s’asseoir dans un fauteuil roulant et de pédaler avec ses mains, lui permettant ainsi de se déplacer plus facilement. Du projet au premier prototype, la démarche a été courte et, grâce à l’aide de bénévoles et de donateurs, le Frère Robinson a très vite commencé ue travail de récupération de matériaux utiles, tels que des morceaux de vieilles bicyclettes donnés par des amis ou des connaissances.

“Quand j’ai commencé, j’ai pensé à faire de la fabrication de ces tricycles une opportunité pour les enfants des rues. J’ai demandé à certains d’entre eux de m’aider. Au début, nous en produisions une dizaine par semaine. Maintenant, lentement, nous avons atteint la cinquantaine”, dit le missionnaire. Le prix total d’un tricycle pour personnes handicapées est d’environ 250 euros. “Ils ont été donnés à des hommes, des femmes et des enfants plus âgés qui sont trop pauvres pour s’en acheter. Certaines personnes nous offrent un peu d’argent si elles en ont – mais la plupart du temps, ceux qui les reçoivent sont trop pauvres pour payer quoi que ce soit. Ces fauteuils roulants à 3 roues permettent aux gens de retrouver leur dignité.

“Lorsqu’une personne handicapée parvient à obtenir l’un de ces moyens de locomotion, elle redécouvre une toute nouvelle dimension et retrouve une espérance de Vie. Grâce au tricycle, elle peut se déplacer n’importe où. Cela lui permet d’entrer en relation avec de nombreuses personnes et de grandir. Non seulement cela, mais ses muscles deviennent plus forts et cela améliore son état de santé physique. Et dans leur vie, il y a maintenant une lueur de gratitude et de lumière.”

Bruno Ruzuzi, R.I.P.

Mes frères, j’ai le regret de vous annoncer le décès de notre stagiaire Bruno Ruzuzi, en stage à la paroisse de Nyankpala Tamale. Il a été impliqué dans un accident avec notre étudiant en théologie Salvator Mbonihankuye à son retour de Tamale en moto dans la nuit et a heurté un autre véhicule. Bruno est mort sur le coup et Salvator a été blessé et admis à l’hôpital universitaire de Tamale. On est en route vers la morgue où reposera le corps de Bruno. Priez pour Bruno, priez pour sa famille et pour nous tous.

C’est avec ces mots que John Aserbire, Supérieur Provincial du Ghana Nigeria, a annoncé l’accident par le réseau WhatsApp de GhN, ce matin. De la part de nous tous à Rome, toutes nos condoléances à la famille de Bruno, à sa communauté, aux paroissiens de la paroisse de Nyankpala et aux provinces de GhN et PAC. Nous avons prié pour lui pendant notre messe du matin. Nos meilleurs vœux de prompt rétablissement à Salvator Mbonihankuye.