BF : La solidarité mais pas la division

Anne-Bénédicte Hoffner 
28 mai 2019

Les théologiens, les pasteurs cherchent un moyen de faire preuve de solidarité sans accentuer les divisions ethniques et religieuses.

Les attaques anti-chrétiennes au Burkina Faso se poursuivent.

Le dimanche 26 mai, des individus lourdement armés sont entrés dans une église catholique pendant la messe à Toulfé, dans le nord du pays.

Ouvrant le feu sur les fidèles, ils tuèrent quatre personnes et en blessèrent plusieurs autres.

Le 28 avril, des terroristes sont entrés dans une église protestante à Silgadj, tuant le pasteur, ses fils et trois fidèles.

Le 13 mai, alors que l’église catholique célébrait les funérailles d’un prêtre et de cinq fidèles qui avaient été tués la veille à Dablo, quatre autres ont été tués lors d’une procession mariale dans la province voisine.

Les messages d’amitié et les appels à la prière qui ont circulé par la suite témoignent de la profondeur de l’émotion ressentie ainsi que de la préoccupation croissante face à la détermination des groupes djihadistes à semer la terreur dans ce petit pays du Sahara occidental, réputé depuis longtemps pour sa tolérance religieuse.

Comme cela s’est produit après chaque attaque anti-chrétienne au Sri Lanka, en Égypte ou aux Philippines, la même question revient sans cesse. Comment faire preuve de solidarité avec les victimes sans accroître la division religieuse et ainsi aider les terroristes dans leur objectif ?

« Il ne faut pas tomber dans leur piège et faire beaucoup de bruit, c’est précisément ce qu’ils cherchent en attaquant les institutions religieuses « , affirme le père Anselme Tarpaga, provincial des Pères Blancs du Maghreb et originaire du Burkina Faso lui-même.

Au lieu de cela, ceux qui souhaitent manifester leur soutien devraient commencer par s’informer de la situation locale. Bien que les auteurs des attentats partagent la même idéologie, le contexte et donc les ressources disponibles diffèrent toujours.

En fait, les liens tribaux et familiaux ont créé un solide réseau interreligieux au Burkina Faso où les mariages interreligieux sont la norme, selon le père Tarpaga, qui a un père musulman et une mère chrétienne.

De même, le père congolais Pascal Kapilimba, directeur de l’Institut de formation islamo-chrétienne de Bamako, au Mali, considère ce phénomène comme un moyen de contrer les djihadistes  » en se concentrant sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui divise ».

« Plutôt que de parler de victimes chrétiennes, il vaut mieux dire qu’elles appartiennent aux tribus Yampa ou Sawadogo, car lorsque nous disons cela, tous les Yampas et Sawadogos se sentent concernés, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou pratiquants de religions traditionnelles, croit-il.

Alors que l’islam wahhabite – une forme de salafisme – se développe, il est principalement basé sur l’exode rural.

« Comme les gens sont loin de leur famille, les jeunes sont plus facilement séduits par le discours et l’argent des prédicateurs formés en Arabie Saoudite « , a dit le Père Kapilimba.

« Ils peuvent se permettre de commettre des actes considérés comme répréhensibles par l’Islam traditionnel « , dit-il. « De plus, ils préfèrent abandonner leurs villages parce qu’ils y seront mal vus.

« Le Père Christian Delorme, responsable des relations interreligieuses dans le diocèse de Lyon, identifie ce qui alimente la contagion salafiste dans « la colère, les jalousies et le sentiment accumulés que l’Occident, et donc les chrétiens, sont responsables de tous les maux du monde ».

C’est pourquoi il est tout aussi indispensable, selon lui, de « manifester notre solidarité avec nos frères et sœurs d’Afrique et notre refus de normaliser de telles actions » et de « refuser la fracture et la fatalité de la guerre ».

Cela peut se faire, affirme-t-il, en refusant de faire la distinction entre « bonnes et mauvaises victimes » et en élevant la voix contre « toutes les formes de violence ».

« Dans une déclaration condamnant l’attaque de Dablo comme étant  » ignoble et injustifiable », la Fédération de l’Association islamique du Burkina Faso a noté que les imams ont également souffert.

« L’objectif des djihadistes est d’accroître l’insécurité parmi tous ceux qui refusent d’adopter leur vision du monde », a déclaré le père Delorme.

« Il arrive que les attaques contre les chrétiens aient plus d’impact que les attaques contre les victimes pratiquant des religions traditionnelles », a-t-il dit.

Très préoccupé par les attentats dans son pays d’origine, le Père Tarpaga a partagé sur les médias sociaux le texte d’un jeune musulman burkinabé pratiquant qui a témoigné publiquement de sa gratitude aux prêtres salésiens avec lesquels il a « joué au football dans sa jeunesse ».

« Les chrétiens étrangers » doivent aider les Eglises du Burkina Faso à poursuivre leurs œuvres sociales et caritatives », a-t-il dit, car s’ils cèdent aussi à « la fermeture, ils finiront par justifier les terroristes ».

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.