Bref compte-rendu des circonstances de la mort du Père Edwin

Condoléances à nous tous. Edwin nous quitte sans nous attendre !

Voici un bref compte rendu de ce qui s’est passé au cours des trois derniers jours.

Lundi après-midi (7/6/2021), Edwin a eu mal au ventre. Il est allé acheter 4 comprimés pour soulager la douleur. Le soir, à 9 heures, il a ressenti le besoin de se rendre à l’hôpital régional de Gitega. En revenant de Bujumbura, je l’ai rencontré au portail. Il m’a dit qu’il n’avait pas vraiment besoin d’être accompagné… Quarante-cinq minutes plus tard, je l’ai appelé. Il m’a dit qu’il serait bientôt de retour. Finalement, il est revenu à 2 heures du matin. J’étais épuisé par le soleil à cause du long voyage. À 4 heures, il m’a reveillé pour que je l’emmène à l’hôpital.

Nous sommes allés à l’hôpital Béthanie, à Songa, comme il le souhaitait. A quatre heures et demie, il a été admis aux urgences. Edwin se plaignait d’une douleur brûlante dans l’estomac. Elle était liée au pancréas, selon les tests effectués au Kenya quelques mois plus tôt. Le personnel infirmier était dévoué, professionnellement compétent, comme nous les connaissons. Après quelques tests, les médecins ont décidé de l’hospitaliser. Le diagnostic était similaire à celui posé à Nairobi : infection sanguine aiguë liée à des douleurs pancréatiques. Les efforts ont donné quelques résultats : la douleur allait et venait. Hier à dix heures cinquante (mardi soir), avant de quitter l’hôpital et après avoir amené un remplaçant en tant que garde malade, j’ai parlé avec le Dr Lamberta,  » la doctoresse en chef de l’hôpital Bethany « , qui m’a dit : « nous avons vraiment déployé tout ce que nous pensions nécessaire pour contenir la situation. Si demain il n’y a pas d’amélioration visible, nous le transférerons à Bujumbura. Ce matin (mercredi), à quatre heures, je suis arrivé à l’hôpital Béthanie. À huit heures et demie, nous sommes partis pour Bujumbura. Nous sommes passés par notre communauté de Gitega, où Edwin est sorti lui-même pour aller chercher son passeport dans sa chambre. Il a rencontré le Père Bernard et l’a salué. A deux cents mètres de Murayi, Edwin a commencé à dire des choses « incompréhensibles ». Ses yeux ont commencé à tourner, sa bouche à se décaler sur le côté. Soutenu par deux personnes, une de chaque côté, il a été immédiatement emmené à la clinique médicale de Murayi. Un médecin nous a reçus, il a fait tout ce qu’il pouvait, mais le corps d’Erwin était de plus en plus froid. Le médecin a dit que ce n’était pas du tout un bon signe. Il lui a injecté de l’adrénaline qui n’a eu aucun effet, car Edwin est décédé paisiblement.

Après avoir obtenu le certificat de décès, nous avons emmené son corps à la morgue de Gitega et pris toutes les dispositions nécessaires. Je suis retourné à la communauté à cinq heures vingt du soir.
Que notre frère reste dans la paix éternelle du Père.

Jean-Bosco Ntihebuwayo
(Délégué provincial du Burundi)
Mercredi soir, 9 juin 2021.

Ce texte a été envoyé par le réseau WhatsApp de PAC, traduit et édité par mafrome.org.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.