En route vers les 150 ans : le compte à rebours (PE n° 1085)

Le premier noviciat missionnaire d’Afrique a ouvert ses portes en octobre 1868 en Algérie. En 2018, nous célébrerons les 150 ans de notre existence (1868-2018). Nous voulons faire de cette célébration de notre fondation une occasion pour approfondir notre charisme. Le ton a été donné dès 2008, année de la célébration de nos 140 ans. Dans sa lettre du 21 février 2008 sur l’animation missionnaire et vocationnelle intitulée « En route vers le 150ème anniversaire », le Conseil général de l’époque nous avait écrit : « Cette année, la Société fête 140 ans d’existence. Mais c’est surtout le 150ème anniversaire qui nous invite à redoubler d’énergie. 10 ans nous en séparent ». Il poursuivait : « Il nous incombe maintenant de préparer la génération du 150ème anniversaire ». En quelques mots était donné l’esprit dans lequel nous voulions vivre ce jubilé. Il s’agissait jusque là de nous, missionnaires d’Afrique, mais entre temps un chemin a été fait avec nos sœurs, les Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique. Suite à leur pèlerinage de relecture de notre passé commun, les deux conseils généraux ont repris conscience que nous sommes membres d’une même famille et que nous avons une perle précieuse commune qui est le charisme de notre fondateur.

C’est ainsi que six ans après la lettre de notre Conseil général « En route vers les 150 ans   », et précisément le 1er novembre 2014, une lettre commune des deux Supérieurs généraux invitait nos deux Instituts à une célébration et une préparation commune pour faire mémoire et célébrer nos histoires communes avec gratitude envers Dieu. Ils ont voulu que la célébration des 150 ans soit un retour à la source, à la vision de notre fondateur dans une fidélité créatrice qui nous permette d’incarner notre charisme commun dans les réalités du monde d’aujourd’hui.

Le compte à rebours a commencé il y a deux ans avec l’ouverture du temps préparatoire de trois ans qui nous conduira à l’année jubilaire : première année : du 30 avril 2016 au 8 décembre 2016 ; deuxième année : du 9 décembre 2016 au 8 décembre 2017 ; troisième année : du 9 décembre 2017 au 8 décembre 2018 et l’année jubilaire du 9 décembre 2018 au 8 décembre 2019. Ce temps préparatoire est aussi marqué par des étapes significatives qui nous racontent notre histoire dans le monde. En juillet dernier, l’Eglise de Zambie a célébré dans un esprit de gratitude 125 ans de présence de notre Société dans ce pays. En octobre, ce fut le tour de l’Inde de célébrer les 25 ans de notre présence. Bientôt l’Ethiopie célébrera les 50 ans de notre présence dans ce pays à majorité orthodoxe et où, sur demande du Pape Paul VI, nous nous sommes engagés dans la formation des prêtres de l’Eglise catholique éthiopienne de rite guèze.

1868-2018 : 150 ans d’existence ! 150 ans de grâces.

Nous voulons une célébration commune. Fondés en 1868, nous célébrerons notre année jubilaire en 2018. Le noviciat des SMNDA a été ouvert le 8 septembre 1869. Leur année jubilaire est donc en 2019. Dans un esprit de fraternité et de collaboration, ces deux jubilés ont été articulés en une année jubilaire dont l’ouverture aura lieu en décembre 2018 en notre année jubilaire et la clôture en décembre 2019, année jubilaire des SMNDA. Nous avons voulu cette célébration commune pour nous souvenir que nous sommes filles et fils d’un même père, Charles Lavigerie. Dans leur lettre du 14 mars 2016 à l’occasion de l’ouverture de la première année préparatoire, les deux Supérieurs généraux ont écrit : « Nous voyons cette année comme une année de reconnaissance pour notre charisme commun, cette perle précieuse que nous avons reçue du cardinal Lavigerie. Ce sera bon pour nous de relire l’histoire de l’un et de l’autre, afin de découvrir combien il est vrai que nous avons la même vocation et la même mission ». La célébration de cette année jubilaire est une occasion qui nous est offerte pour revisiter nos liens de famille, nous apprécier et bâtir une plus grande unité entre nous, membres d’un même Institut, et entre les deux Instituts. C’est pourquoi, nous avons vécu la première année préparatoire, avec le concours de la Providence qui en a fait l’année de la miséricorde, comme une année de réconciliation avec notre histoire et entre nous.

Nous voulons faire mémoire pour actualiser notre charisme. Il s’agit pour nous, à travers cette célébration des 150 ans de retourner à la source, c’est-à-dire à l’intuition fondatrice de notre fondateur et de faire mémoire. La mémoire est résurrection car elle est une présence immédiate de notre passé en nous. Faire mémoire, c’est assumer dans un même élan notre fidélité à notre charisme et notre disponibilité aux appels de l’histoire. Ainsi, le thème de la deuxième année préparatoire nous a invités à « vivre ensemble notre charisme commun aujourd’hui avec passion ». Ce thème nous a provoqués à vivre notre charisme à la lumière des réalités actuelles dans une fidélité créatrice, cette fidélité qui est toujours elle-même et toujours autre, car toujours disponible aux sollicitations de la vie. Nous voulons vivre notre fidélité à notre fondateur non pas en le répétant, mais en approfondissant sa vision, selon le sage dicton : « la fidélité au maître, ce n’est pas en faire un musée, mais un ferment ».
Les intuitions de notre fondateur sont très actuelles dans notre contexte mondial. Nous avons vu comment sa lutte anti-esclavagiste a mobilisé beaucoup de monde contre le phénomène de l’esclavage moderne. Alors ce jubilé est, pour nous, l’occasion de nous demander comment nous transformons aujourd’hui en un puissant ferment les intuitions de notre fondateur face aux nouvelles réalités de l’Afrique et du monde telles que la rencontre avec l’autre différent dans sa culture et sa foi, le trafic humain, les questions de justice, de paix et d’intégrité de la création. Nous cheminons vers la fin de cette deuxième année et il est légitime de se demander, en tant que missionnaires d’Afrique et en tant que communauté, ce que nous avons réalisé de prophétique et ce que nous avons fait en commun avec nos Sœurs. Un chant liturgique dit : « Je cherche le visage, le visage du Seigneur. Vous êtes le corps du Christ, vous êtes l’amour du Christ, vous êtes la paix du Christ, vous êtes la joie du Christ, alors… qu’avez-vous fait de Lui ? » Eh bien, c’est la question que la génération du 150ème anniversaire nous pose.

La célébration d’un jubilé n’est pas simplement la célébration d’un passé, aussi héroïque fut-il. La mémoire est réappropriation ; elle nous plonge dans la réalité et nous tourne résolument vers l’avenir avec espérance. Bientôt, nous entrerons dans la troisième année préparatoire qui nous ouvrira à son terme les portes de l’année jubilaire et les portes de l’avenir. 150 ans, c’est impossible dans la vie de l’humain, mais pour Dieu ce n’est qu’un commencement. C’est lui – dont la force est toujours jeune et créatrice – qui nous conduit dans cette aventure et nous rappelle que notre fidélité est de ne point rompre avec nos racines et de continuer à porter du fruit.

 

 

Didier Sawadogo,
Assistant général

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.