La paroisse au cœur de nos activités missionnaires (PE n° 1084)

Un jour, des amis viennent me visiter. Je leur avais donné les indications pour se rendre chez moi, mais ils n’ont pas tenu compte de cette information, disant connaître le chemin pour s’y rendre. Une fois arrivés dans notre quartier de la ville, ils demandent la direction de la paroisse locale. A leur grande surprise, ils ne m’ont pas trouvé au presbytère. Le curé leur explique que je demeure dans un centre de formation et non pas à la paroisse. Celui-ci demande à un jeune homme de les conduire à notre maison. Cet événement banal montre comment beaucoup de personnes associent le missionnaire (prêtre, frère ou sœur) à un milieu paroissial. Beaucoup d’entre nous ont eu à répondre à la question : dans quelle paroisse travaillez-vous ? Si nous ne travaillons pas en paroisse, nous avons de la difficulté à expliquer quel est notre ministère. Il est vrai que notre ministère missionnaire ne se limite pas au contexte paroissial, mais la paroisse est un point de référence fondamental de nos activités. Le vécu chrétien est toujours en lien avec une communauté paroissiale.

Les orientations missionnaires des récents Chapitres peuvent donner l’impression que les paroisses ne jouent plus un rôle central dans les activités pastorales des missionnaires d’Afrique. Le dernier Chapitre nous rappelle que la paroisse n’est pas seulement un moyen de collaboration avec l’Église locale, mais c’est l’endroit où nous pouvons vivre notre charisme et le rendre visible et attractif. Dans le but de renforcer notre insertion dans le ministère paroissial, le Chapitre a présenté des lignes directrices concrètes. Lorsqu’une communauté de missionnaires d’Afrique dirige une paroisse, on retrouve les éléments suivants : première évangélisation, formation des laïcs, attention spéciale aux périphéries existentielles, recherche de la justice, de la paix et de la réconciliation, engagement à l’intégrité de la création (notre maison commune), dialogue avec les musulmans et les croyants d’autres religions.

La paroisse n’est pas seulement une entité géographique et canonique. Elle est tout d’abord une réalité humaine, sociale et ecclésiale : une communauté humaine et une communauté de disciples du Christ, une part du peuple de Dieu. La paroisse est un outil pastoral pour l’animation spirituelle et pastorale du peuple de Dieu. Chaque paroisse a ses propres éléments spécifiques dont on doit tenir compte pour avoir un ministère pastoral significatif. Ces éléments sont influencés par la situation géographique (milieu urbain ou rural), la présence de croyants d’autres religions parmi la population locale, le niveau d’évangélisation ainsi que les orientations pastorales du diocèse. Une approche pastorale saine visera sûrement à améliorer la foi de la communauté chrétienne, mais aussi les relations humaines entre les différents groupes sociaux et religieux qui composent la population locale. Il s’agit d’intégrer les valeurs évangéliques dans la vie de la communauté humaine.

Les différents groupes qui font partie de la paroisse (âge, genre, milieu socio-professionnel, langues parlées, etc.) ont un rôle à jouer dans la vie de la paroisse. Inspirés par l’attitude inclusive du Bon Pasteur, les responsables accueillent tout le monde dans le but de construire une communauté humaine fraternelle : celle de tous les enfants de Dieu.

Par conséquent, il devient urgent d’accorder une attention particulière aux personnes et aux secteurs de la paroisse qui ont des défis spécifiques. Dans cette perspective, le passage sur les disciples d’Emmaüs résume l’attitude pastorale requise : Jésus rejoint les deux disciples sur le chemin et dissipe leurs frustrations ; il leur explique les Écritures, ce qui éveille en eux le feu de la foi … leur cœur brûle en eux … ils deviennent à leur tour messagers de la Bonne Nouvelle de la résurrection … le feu de la foi se répand alors comme un feu de brousse. Le fait d’avoir une approche pastorale basée sur l’expérience des disciples d’Emmaüs permet d’accompagner les gens à partir de leurs expériences quotidiennes à travers les Écritures jusqu’à la joie et l’espoir de la résurrection, la rencontre avec le Christ ressuscité.

La vie d’une paroisse est organisée sur quatre piliers : les Écritures, la vie de prière, la célébration des sacrements et l’amour fraternel qui se manifeste aussi bien chez ses membres que dans la population en général. Les communautés ecclésiales de base (CEB), également connues sous le nom de petites communautés chrétiennes (PCC) ont développé leurs expériences chrétiennes basées sur ces piliers. Elles ont rendu la foi chrétienne vivante et attrayante à l’intérieur des structures de base de la paroisse. Le Pasteur accompagne donc les chrétiens dans leur recherche du Christ dans leur vie et les événements quotidiens.

Une communauté témoin des agents de pastorale est une bénédiction pour la croissance d’une paroisse. La collaboration dans le travail d’équipe est une des caractéristiques de notre approche missionnaire et a conduit la plupart de nos communautés à élaborer des projets apostoliques. Le projet apostolique décrit les objectifs et les moyens pour construire des communautés paroissiales dynamiques. Pour son succès, il est essentiel d’avoir une bonne communication entre les membres de la communauté. Un projet apostolique a l’avantage d’être un point de référence pour l’évaluation de la santé de la paroisse. Si une équipe pastorale paroissiale n’a pas été en mesure d’élaborer un projet apostolique pour le déroulement de la pastorale, il leur sera très difficile de savoir ce qui a bien fonctionné ou non, et plus encore ce qu’il faut corriger ou prioriser dans les années à venir. Le projet apostolique donne une vision commune au travail pastoral dans la paroisse. Cette approche est très importante aujourd’hui en raison de la grande mobilité des confrères. Un projet apostolique clair facilite la transmission de la paroisse à une nouvelle équipe pastorale. L’expérience a montré qu’un travail pastoral bien planifié et coordonné (que ce soit à la paroisse, au doyenné ou au diocèse) porte beaucoup de fruits. C’est la source d’un nouveau dynamisme missionnaire.

Le travail pastoral est élaboré en fonction des personnes ; il doit être flexible et tenir compte des situations socio-politiques, économiques et humaines du contexte particulier. Les pasteurs doivent pouvoir faire la lecture des signes des temps. Le conseil pastoral paroissial est un instrument important pour identifier les signes des temps. C’est un organe consultatif représentatif qui aide les pasteurs à prendre les décisions appropriées pour l’animation de la communauté. Il est d’une importance primordiale qu’un tel conseil soit composé de personnes de différents secteurs et groupes de la paroisse. Le but du conseil pastoral est de discerner les moyens appropriés en vue de vivre la foi chrétienne dans un contexte spécifique, tout en fournissant des solutions évangéliques aux aspirations légitimes du peuple. Un tel conseil est une grâce dans la vie d’une paroisse.

En résumé, une paroisse doit être une communauté d’amour et de prière qui rayonne les valeurs de l’Évangile par sa simple présence. L’Évangile doit avoir un impact sur la vie des gens. Les pasteurs s’efforcent d’amener le pouvoir transformateur de l’Évangile dans la vie des personnes. Dans un monde qui évolue très rapidement, il existe de nouveaux défis pastoraux qui nécessitent un esprit prophétique créatif dans notre ministère.

Ignatius Anipu,
Assistant Général

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.