Mises à jour sur la situation au Mozambique

Nous venons de recevoir le message suivant de Boris Yabre, M.Afr. délégué provincial pour le Mozambique :

Chers confrères et amis, bienfaiteurs et personnes de bonne volonté, salutations de Beira, il y a six jours, je vous ai envoyé un message SOS pour partager avec vous ce que nous vivons sur le terrain et pour vous demander votre aide, nous voulons remercier chacun et chacune pour votre prière constante et votre préoccupation croissante.

Certains d’entre vous ont déjà envoyé leurs contributions pour soulager les souffrances de ceux qui nous entourent ; d’autres cherchent encore les voies et moyens de le faire. Nous vous remercions de tout cœur.

Mardi, l’archevêque de Beira a convoqué d’urgence une rencontre des agents pastoraux de l’archidiocèse. Une centaine de personnes environ étaient présentes. Nous avons partagé sur la situation actuelle des gens dans les différents coins du diocèse. Mis à part les vies perdues, les gens ont un besoin extrême de nourriture, d’eau potable et de logement.

Il y a eu des incidents au cours desquels la population est allée piller les magasins afin d’obtenir de la nourriture et ce sans craindre la présence de la police.  Il n’y a aucune garantie et aucune certitude que l’aide humanitaire puisse parvenir partout. La plupart des églises paroissiales, des chapelles et des écoles sont en ruine ou sans toit. De nombreux couvents et presbytères en ont souffert.

L’archevêque a suspendu toutes les activités pastorales prévues jusqu’à nouvel ordre. L’urgence du moment est d’être avec les gens, de partager leurs souffrances et de leur donner de l’espoir, quelle que soit leur appartenance religieuse, politique et ethnique. On nous a rappelé de ne pas perdre de vue ce que le Seigneur peut vouloir nous dire à travers cette calamité.

Ce 4ème dimanche de Carême est consacré à la prière pour les victimes du cyclone Idai dans tout l’archidiocèse de Beira. Chaque paroisse fera aujourd’hui une collecte spéciale pour venir en aide aux personnes les plus touchées, mais la triste réalité est que sur les marchés, les prix des produits essentiels ont augmenté. Les prix de la tôle ondulée et du ciment ont augmenté dès que les gens en ont eu besoin. Les feuilles lusalite (asbestos)  ne peuvent pas être vendues aux clients ordinaires. Elles sont exclusivement réservées aux réparations des structures publiques ! Dans la maison du Secteur et le Centre Nazaré de Formation, ce qui nous occupait l’esprit ces derniers jours, c’était de faire un peu de nettoyage : ramasser les tôles ondulées arrachées ici et là par le vent, défricher le terrain car la plupart des manguiers et des cocotiers sont tombés, pour que nous puissions passer en toute sécurité. Jusqu’à présent, il n’y a pas d’électricité. Seuls quelques “élus” y ont accès. Au moins, l’Hôpital Central dispose de l’électricité et les Centres de Santé utilisent des générateurs. En ce moment, la ville de Beira est à court de générateurs en vente. Pour en avoir un il faut le commander à Chimoio ou Tete.

Sussundenga n’a pas d’électricité non plus. Seuls ceux qui ont perdu leur maison reçoivent une tente de la Croix-Rouge. Les champs sont emportés par les eaux, ce qui mène au désespoir ceux qui entrevoient déjà l’imminence d’une année de famine.

A Dombe, les besoins en nourriture, en abris et en eau potable augmentent. Pour je ne sais quelle raison, c’est l’un des endroits oubliés du pays. Les champs ont été inondés et les récoltes ont disparu. Dans certains villages, nos chapelles communautaires, en partie détruites, servent d’abris pour quelques familles.

En ce qui concerne les estimations de ce dont nous aurions besoin dans l’immédiat, vous pouvez ajouter que “nous essaierons de fournir des chiffres aussi concrets que possible d’ici la fin de cette semaine pour ce dont nos confrères peuvent avoir besoin pour leurs missions et afin de contribuer à aider les nécessiteux….”

Pour le moment, nous ne pouvons donner aucune estimation de ce que pourrait coûter la reconstruction de nos structures : le Centre de formation de Nazaré, la maison du Secteur. C’est trop tôt pour avoir des références claires, compte tenu du chaos général dans lequel nous nous trouvons. Nous nous efforcerons de fournir des chiffres aussi concrets que possible d’ici la fin de cette semaine pour ce dont nos confrères peuvent avoir besoin pour leur mission et pour contribuer à aider les plus démunis. Ils ont aussi des défis à relever, comme tout le monde. Nos confrères et stagiaires se portent bien. Ils continuent d’être proches des gens et d’affronter avec eux l’épreuve du temps.

Boris Yabre, M.Afr.
Provincial Delegate

  • The big chapel of Nazaré
  • Desolation in Nazare
  • Desolation in Nazare
  • Dombe, what remains of maize fields
  • Dombe camp of tents for the homeless
  • Maize fields swept by water in Sussudenga.
  • Some people trying to regain their villages after the flood for a new giving with almost nothing in Matarara- Dombe
  • The remaining of a community chapel serves as a shelter for this family
  • Improvised homes
  • Drinking water has to be supplied...

Laisser un commentaire