Nous sommes appelés à être des hommes de prière (PE n° 1077)

Depuis la fondation de notre Société, la spiritualité a toujours été la priorité principale dans tous les Chapitres, et le dernier Chapitre de 2016 n’a pas fait exception. C’est certainement en raison de sa valeur et de son importance comme guide de notre identité missionnaire et chrétienne. Nous sommes appelés à être des hommes de prière. La prière personnelle et communautaire en est une expression concrète et nous permet d’aller à la rencontre de Jésus et de vivre une vie inspirée par l’Évangile.

Mon expérience a montré qu’il est indispensable de vivre une vie de prière personnelle et communautaire pour vivre pleinement sa vie missionnaire. Nous avons peut-être été introduits à la vie de prière comme enfant, comme cela a été pour moi, mais mon expérience sur le terrain spécialement depuis mon ordination (2008) m’a permis de prendre conscience que la vie de prière est un processus de croissance quotidienne. Durant ces quelques années la prière est devenue pour moi plus importante et s’est exprimée de différentes façons. La prière m’a soutenu pour vivre des situations diverses dans les moments de joie et de peine, dans les moments de consolation et de difficultés, et dans tout ce que j’ai vécu.

Ainsi la prière personnelle et communautaire est devenue le « centre de gravité » et le point central de ma vie missionnaire. Je ressens fortement que la prière différencie mes activités quotidiennes de toute autre personne qui fait un travail similaire, mais sans relation avec la prière et la rencontre avec Jésus. Plusieurs organisations travaillent dans le domaine de Justice et Paix, dans des travaux de charité, dans l’écologie et dans plusieurs activités similaires. Pour ma part mon engagement missionnaire dans de telles activités prend son sens et est alimenté par la prière et ma rencontre avec Jésus; sans la prière je suis seulement un travailleur social avec la possibilité d’une crise d’identité missionnaire.

Je vois aussi qu’il est essentiel de nourrir ma vie spirituelle et de faire en sorte que ma prière personnelle et communautaire soit une partie intégrante de ma vie quotidienne. En respectant le temps accordé à la prière personnelle, en préparant et célébrant l’Eucharistie et en priant avec les autres membres de la communauté, j’ai réussi a avoir un point de repère fiable dans ma prière quotidienne. La confiance dans le Seigneur est le fondement de la spiritualité: « Ceux qui espèrent dans le Seigneur renouvellent leur force » (Isaïe 40,31). En d’autres mots j’essaie que ma prière soit une réalité concrète et qu’elle ne rester pas au niveau des idées. Je nourris aussi ma vie spirituelle par la lecture de textes bibliques, par la lecture spirituelle de différents auteurs, par les encycliques (Joie de l’Évangile) en essayant de les intégrer dans ma vie. En plus, le partage de mes réflexions personnelles et convictions ont été une source de joie pour moi. J’ai fait ce partage par les média sociaux et les groupes avec qui je suis en lien, comme le mouvement Focolari et le groupe de réhabilitation de Fazenda. Ces partages ont été pour moi une sorte de travail pastoral dans lequel nous nous enrichissons spirituellement les uns les autres tout en approfondissant notre amitié. En résumé, cela a été pour moi une source de grande joie.

Par conséquent, je crois que la vie de prière personnelle et communautaire est une valeur sûre à long terme pour une vie missionnaire épanouie. Je vois difficilement qu’une spiritualité solide soit basée sur une vie de prière personnelle et communautaire optionnelle. Le monde offre une grande variété de spiritualité, mais c’est la spiritualité qui nous identifie comme « hommes de prière » qui doit être notre idéal. Nos activités quotidiennes n’auront pas la même valeur si la prière n’est pas au centre de tout. J’ai bien conscience qu’il n’est pas toujours facile de prier, mais je demeure convaincu que la prière est au centre d’une vie missionnaire épanouie. En résumé, la persistance et la persévérance (Lc 18,1-8: parabole du juge injuste) porteront des fruits spécialement dans les moments de fatigue.

John Itaru, M.Afr.

Laisser un commentaire