Pèlerinage 150è – 1er Jour – Kisubi

Jubilé 150è - Pèlerinage

Premier jour - Kisubi

Lorsque Mapeera et Amans quittèrent Kaweta (Bugonga) à pied en direction de la capitale Lubaga, leur première nuit se passa à Kisubi (19 février 1879).

La tradition orale raconte que le lendemain matin, quand ils ont enlevé leur tente pour continuer leur voyage à Lubaga, ils ont oublié un des piquets qui plus tard se développa en un grand arbre, maintenant appelé Mapeera Tree. Cet arbre est maintenant dans l’enceinte de l’école secondaire Mapeera Senior Secondary School.

Toute la colline de Kisubi a été donnée aux missionnaires par Kabaka Muteesa I en 1880. Ce don a ensuite été confirmé par le successeur de Muteesa, Kabaka Mwanga.

Paroisse de Kisubi (Notre-Dame Reine des Vierges)

Elle a été fondée en 1895. Les travaux de construction de l’église paroissiale actuelle ont commencé en 1911 et se sont achevés en 1913. Cette église, en plus d’être construite comme église paroissiale, a également été construite comme ‘prototype’ de la future cathédrale de Lubaga.

NB : Les Sœurs Blanches ont ouvert leur première communauté à Kisubi en 1905 (voir ci-dessous).

Pèlerinage au "Mapeera Tree"

Ce pèlerinage a commencé dans les années 1980 et depuis trois ans, il y a un pèlerinage annuel le 19 février, date à laquelle le Père Simeon Lourdel Mapeera et le Frère Amans ont passé une nuit à cet endroit en route pour Kampala.

Séminaire Mapeera (1981-1985)

Les Missionnaires d’Afrique ont commencé leur premier séminaire (phase) en Ouganda ici à la paroisse. Il s’appelait ‘Séminaire Mapeera’. Avant cela, leurs candidats étudiaient au Grand Séminaire Katigondo à Masaka.

L’équipe paroissiale faisait également partie du personnel du Séminaire de Mapeera. Alors que le premier groupe disposait de suffisamment de chambres dans le presbytère, ceux qui suivaient étaient logés dans des conteneurs transformés en chambres. Les séminaristes participaient aux activités pastorales de la paroisse. Cette expérience a duré jusqu’en 1985 quand le séminaire a été transféré à Kalangala (Tanzanie) en 1985.

Cimetière

Un certain nombre de M.Afr. et Msola sont enterrés dans le cimetière paroissial. Parmi eux, il y a deux M.Afr. : Les Pères Demers Jean-Paul (+60 ans) et Perreault Gerard (+55 ans), qui ont été tués par balle à l’aéroport lors du coup d’Etat d’Idi Amin le 25 janvier 1971.

Kisubi Hill: Symbole de la mission d'évangélisation intégrale de l'Église

Depuis la fondation de la paroisse de Kisubi, de nombreuses autres institutions ecclésiales ont été établies sur cette colline. Ces institutions comprennent des maisons religieuses, des écoles et des centres de soins de santé. Cette variété d’institutions souligne la nature intégrale de la mission évangélisatrice de l’Église. Cette mission ne se limite pas seulement à l’âme, mais aussi au corps et à l’esprit.

Quelques-unes des institutions passées et présentes sur Kisubi Hill

    • Hôpital de Kisubi fondé par les SMNDA en 1905. Auparavant, les Pères Blancs avaient transformé une partie des bâtiments du séminaire qui avait été transféré à Buddu, en un LAZARET (de Saint Antoine), un centre d’accueil pour les personnes atteintes de la « maladie du sommeil « . Cela dura jusqu’en 1908.
    • L’école technique St. Joseph, fondée en 1911 par les M.Afr. C’est la première école technique en Ouganda.
    • L’imprimerie, fondée par les M.Afr., a été cédée aux Sœurs de Saint Pierre Claver en 1957. Les sœurs l’ont nommée « Marianum Press ».
    • Le collège Ste Marie a commencé à Lubaga en 1906, a été transféré à Kisubi en 1924. Les M.Afr. l’ont remis aux Frères de l’Instruction Chrétienne en 1927.
    • L’école primaire pour filles Ste Thérèse, fondée en 1926 par les SMNDA.
    • La Maison Mère des Sœurs du Cœur Immaculé de Marie Réparatrice (Soeurs Gogonya), depuis 1948; et leur Généralat dans l’ancienne maison régionale des SMNDA près de l’église de la paroisse. Leur noviciat est près de leur Maison Mère. Ces sœurs ont été fondées par Mgr Henri Streicher et Mgr Joseph Cabana.
    • Le Petit Séminaire de Kisubi a commencé en 1952 où un certain nombre de M.Afr. ont enseigné. Le petit séminaire qui avait été commencé à Lubaga en 1895, fut ensuite transféré à Kisubi où il resta jusqu’en décembre 1903 quand il fut transféré à Bukalasa (Masaka). La construction du nouveau séminaire a commencé en 1949, pendant l’épiscopat de Mgr Joseph Cabana (M.Afr).
    • La Maison Provinciale et le Noviciat des Frères de l’Instruction Chrétienne.
      Note : Ces Frères ont été invités en Ouganda par les M.Afr. pour diriger les collèges fondés par ces derniers, par exemple, St Mary’s Kisubi et St Henry’s Kitovu (Masaka). Mgr. John Forbes, le premier père blanc canadien, alors co-adjuteur de Mgr Henri Streicher, a joué un rôle clé pour obtenir ces Frères.
    • La Maison Mère des Frères de Saint-Amans, située à côté de l’Ecole Technique Saint-Joseph. Ces Frères, fondés en 1984 par feu le Cardinal Emmanuel Nsubuga, se sont inspirés des Frères Missionnaires d’Afrique dont le pionnier dans ce pays était Fr. Amans Delmas.
    • Le Généralat des Sœurs du Bon Samaritain situé à côté de l’imprimerie Marianum.

SŒURS MISSIONNAIRES DE NOTRE-DAME D'AFRIQUE À KISUBI

Kisubi a été la troisième fondation ougandaise des Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique. Dès 1903, les Pères blancs avaient mis en place une unité de soins de santé à Kisubi touchée par la maladie du sommeil.

Bientôt, le nombre de patients « Mmongoota » (maladie du sommeil) augmenta rapidement et un dispensaire s’avéra nécessaire. Mgr Henry Streicher, alors vicaire apostolique du Vicariat d’Ouganda, décida d’envoyer une équipe de sœurs à Kisubi pour combattre ce fléau.

En décembre 1905, les cinq premières sœurs : Mère Saint Honorat, Paula, Anna, Rodolphe d’Aquaviva et Jean Nepomucene arrivèrent de Lubaga. En janvier 1906, après une journée de recueillement, on entreprit immédiatement, avec l’aide de la population locale, la création d’une unité de soins de santé ; quelques cabanes furent construites où l’on soignait les patients souffrant de maladie du sommeil. Sœur Paula et Sœur Anna se chargeaient des  » dormeurs « , Sœur Jean Népomucène reprit les enfants et la sacristie, tandis que Sœur Rodolphe d’Aquaviva s’occupait de la maison.

Bien que les sœurs aient voulu que cette fondation se consacre principalement à la prise en charge des « dormeurs », elles ont aussi entrepris des œuvres de charité, comme partout ailleurs : le travail de dispensaire et l’éducation des enfants des environs.

Les sœurs ont reconnu la valeur de l’éducation et de la religion. En 1908, elles pénètrent dans la communauté locale et encouragent les jeunes filles à venir s’initier à certaines compétences et valeurs religieuses. En 1915, elles ouvrent une école de filles à Kisubi. Quelques parents permirent à leurs filles d’aller chez les sœurs pour recevoir une instruction. L’accent était mis sur l’enseignement du catéchisme, ce qui eut une grande influence sur l’éducation des enfants à l’égard du Christianisme.

Le plus important, dans l’histoire de l’école, c’est en 1922 quand les parents ont estimé que leurs fils étaient exclus du système éducatif et ont demandé qu’au moins les petits garçons apprennent les rituels de l’église. En 1931, les garçons furent officiellement inscrits à l’école de la maternelle de St. Jean et c’est à ce moment que les garçons furent admis dans une école pour filles.

En janvier 1970, la direction de l’école primaire fut confiée aux Sœurs du Cœur Immaculé de Marie Réparatrice (Sœurs Gogonya) et en février 1988, la gestion de l’hôpital de Kisubi passa effectivement aux Sœurs du même Institut.

Maison Généralice des Sœurs de Ggogonya (Ancienne Maison régionale des Sœurs Blanches)

PRIÈRE À KISUBI

« Allez, enseignez-les… »

Sur les traces du Christ Maître

Texte biblique : Mt 28 , 16-20

« Je vous supplie de m’envoyer des experts dans les divers domaines d’éducation et de compétences pour former mon peuple dans les filières dont vous disposez dans votre pays ». Veuillez m’envoyer des personnes dignes de confiance qui ne trahiront pas mon pays et qui ne conduiront pas mon peuple à un mauvais comportement. Mais seulement ceux qui donneront de bons exemples et une bonne éducation qui nous conduiront à une bonne administration de mon pays. Envoyez-moi des professeurs de religion pour que je puisse comprendre Dieu. « (Kabaka Muteesa I, 1875)

Le roi Muteesa demandait des « professeurs de métiers et de religion ». Kisubi Hills est l’un de ces endroits où visiblement ceux qui ont répondu à cette invitation, parmi eux les fils et filles de Lavigerie, ont réalisé ce souhait et leurs successeurs continuent à faire de même. Aujourd’hui, Kisubi est l’un des grands centres d’éducation et d’apprentissage des compétences techniques, des études religieuses et spirituelles et des études profanes. La présence des « Frères de l’Instruction chrétienne » (Frères de Kisubi) et du Collège Sainte-Marie sur cette colline, nous rappelle à nouveau combien les Missionnaires d’Afrique tenaient à l’éducation formelle. En raison de leur expertise dans ce domaine, les Pères Blancs ont invité ces Frères à venir en Ouganda pour les aider dans ce noble travail. Le Collège St. Marie fut le premier collège fondé par les Pères Blancs.

Nous louons et remercions Dieu pour l’immense contribution de l’Église au système éducatif de notre pays.

Nos remerciements s’adressent également à tous les hommes et les femmes d’hier et d’aujourd’hui qui se sont engagés dans cette noble œuvre d’éducation des enfants de nos pays respectifs. Que Dieu leur accorde l’esprit du Christ Maître, afin de faire de ces enfants de vrais « disciples du Christ ».

« Nous jurons que la Bienheureuse Vierge Marie sera notre guide et notre maîtresse pour que nous puissions comprendre à travers elle et avec elle afin d’accomplir l’œuvre de son Fils Jésus Christ…. » (Premiers missionnaires, 1879)

Nous aussi, comme ces premiers missionnaires, nous confions cette noble œuvre et tous ceux qui y sont impliqués à Mère Marie pour qu’elle soit leur guide et leur maîtresse….

Notre Père, une dizaine d’Ave Maria, Gloire au Père !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.