Rencontre des stagiaires de la province d’Europe (PE n° 1091 – 2018/05)

« Ayez un esprit du corps », nous a appris Lavigerie. L’un des défis que nous lance la vie quotidienne c’est ce soutien mutuel de nos joies et peines. Ah ! Si l’on était non seulement unis mais un ; n’est ce pas le souhait de tout être humain dans sa vie sociale, religieuse voire politique ? A notre niveau de formation chez les missionnaires d’Afrique, ce soutien mutuel s’est concrétisé par une rencontre des stagiaires de la province d’Europe et leurs accompagnateurs. Six membres y ont pris part : Georges JACQUES (Assistant provincial et responsable des stagiaires au sein de la province), Bernard DELAY (Coordinateur des sta- giaires dans le secteur de la France), Jésus ZUBIRIA (Délégué provincial et Coordinateur des stagiaires dans le secteur d’Espagne), Jonas YAMBA (2ème année de stage en Espagne/Roquetas de Mar), Moses ARIHO (1ère année de stage en France/Marseille) et Emile KIMEMBE (1ère année de stage France/Toulouse). Réunis à Madrid, du 4 au 6 Avril 2018, cette rencontre s’est déroulée en trois temps. D’abord le temps de prière, ensuite le temps de partage d’expériences apostolique et enfin le temps de détente. Quel est l’impact des cultures de nos milieux de stage sur notre vie spirituelle, sociale et apostolique ? Qu’avons- nous appris ? Comment étions-nous accueillis dans nos secteurs et communautés ? Quelles perspectives pour le futur ? Telle fut, en gros, la problématique majeure de notre rencontre. Cet article donne juste une vue générale. D’abord nous parlerons brièvement de l’accueil au sein de la communauté. Ensuite nous parlerons de nos entretiens. Et enfin nous parlerons de notre temps de détente.

L’accueil au sein de la communauté

Il est un élément très fort et remarquable quand on arrive dans la communauté de Nuestra Senora De Africa : un sens de l’accueil presque inné. Cette attitude chaleureuse, cet esprit de partage de leurs expériences missionnaires, ce bon sens de l’humour, cette joie communautaire qui de- vient contagieuse, cet esprit du corps pendant les services communautaires, etc. ont rendu notre séjour non seulement paisible mais aussi un encouragement dans notre cheminement vocationnel. On se croirait devant les auteurs de cette parole : « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13, 35). Oui, nous avons vu et cru. Il nous serait donc ingrat de ne pas dire merci à toute la communauté.

Notre rencontre a débuté dans la matinée du 4 avril par une récollection sur le thème : « gérer ma liberté ». Animé par Georges JACQUES, ce temps de réflexion nous a rappelé la liberté de Jésus qui s’inscrit dans l’obéissance de la volonté de son Père. Depuis l’aube de l’humanité, disait-il, l’homme a de la peine à gérer sa liberté. Loin d’être un cadeau empoisonné de Dieu aux hommes, elle est un grand signe de confiance et de son amour. Etre libre, ce n’est pas faire ce que je veux, mais vouloir ce que je fais, dit-on ! Etre libre, c’est me reconnaître comme un être limité et ainsi faire le choix de la complémentarité dans le respect des différences. A titre personnel, il nous a été rappelé que c’est au cœur de nos limites que s’inscrit notre liberté. Alors, les reconnaître et les aimer semble un atout dans notre vie.

Rencontre des stagiaires de la PEP avec leurs encadreurs à Madrid

Les entretiens

Pas de temps à perdre ! L’après-midi de la même journée était donc dédié à une présentation globale d’abord des secteurs d’Espagne et de France, ensuite de la province d’Europe et enfin au partage de nos expériences apostoliques, lequel partage prendra fin dans l’après-midi du 5 Avril. Temps d’écoute mutuelle, de soutien et d’enrichissement. C’était pour nous un temps fort ! Est-il de merveille plus belle qu’un échange libre, sincère et riche ? Est-il de temps d’encouragement plus touchant que le partage des différentes difficultés dues au changement social, climatique, linguistique pour certains ? Oui, nous nous sentions bien réconfortés par le partage de l’un et de l’autre. Par ailleurs, nous avons aussi parlé de quelques points pratiques en ce qui concerne notre formation. A titre illustratif : le rapport de stage, la déclaration d’intention, la retraite annuelle et les vacances locales.

Notre temps de détente

Le temps de détente n’a pas été mis aux oubliettes. Nous avons eu l’opportunité de visiter la cathédrale de Madrid, le palais royal, le stade Santiago Bernabéu du Real Madrid, et d’une manière particulière le projet des missionnaires d’Afrique, Africa Fundación Sur. En vue de nous féliciter pour ce beau temps vécu ensemble, une soirée dinatoire était au rendez-vous au musée du Jambon.

Visite du stade du Real Madrid

Une joie vécue et partagée avec ses pairs s’intensifie, mais une difficulté vécue et partagée avec ses contemporains s’adoucit, dit-on. Cette  rencontre des stagiaires organisée au sein de la province en notre faveur nous a apporté une grande joie et pleine satisfaction. Nous nous souviendrons de ces expériences de chacun d’entre nous parce que porteurs d’une grande richesse. Nous nous souviendrons de cette confiance qui nous a caractérisés. Nous nous souviendrons des conseils de nos accompagnateurs. Nous nous souviendrons de ce bel accueil dans la communauté. Tout n’a pas été dit, mais au moins tout reste gravé dans nos cœurs. Saint Jean ne dit-il pas : « Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; si on les rapportait en détail, je ne pense pas que le monde entier pût contenir les livres qu’il faudrait écrire » (Jn 21, 25).

Jonas Yamba, Moses Ariho et Emile Kimembe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.