Rénovation d’une école maternelle de la paroisse St-Étienne de Khartoum

En 2015, 23 projets portés par des Missionnaires d’Afrique ont été retenus par la Fédération des Associations des Amis des Pères Blancs dont la rénovation de cette école au Soudan.

La paroisse St-Étienne est l’une des treize paroisses de la ville de Khartoum et la seule, actuellement, dont les Missionnaires d’Afrique ont la charge. Elle est située dans la périphérie Est de la ville. Contrairement à ce qu’on peut imaginer d’une église située dans un état islamique, la paroisse Saint Étienne est très dynamique avec des liturgies bien animées et un nombre important de mouvements d’action catholique. Chaque dimanche nous célébrons trois messes à l’église principale, trois autres dans les succursales et un grand nombre de fidèles y participent. De nos jours, nous estimons le nombre des fidèles résidant sur le territoire de la paroisse à plus de 10 000 personnes.

La communauté actuelle est composée de trois confrères: le Père Paul Hannon, le Père James Wani et le Père Joël Ouédraogo.

Le mouvement des paroissiens après l’indépendance du Soudan du Sud

Avant l’indépendance, en juillet 2011, la paroisse comptait plus ou moins le même nombre de fidèles que de nos jours. Parmi eux, plus de 95 % étaient sud-soudanais.

L’indépendance du Soudan du Sud qui a suscité beaucoup d’espoir de liberté et de meilleures conditions de vie pour ses citoyens a occasionné un retour massif de nos fidèles. De juillet 2011 à décembre 2013, le nombre des paroissiens était réduit de moitié et la grande majorité du reste était regroupée dans des camps en vue d’un éventuel rapatriement. Notre communauté se préparait à un apostolat de présence à l’instar du Maghreb.

Coup d’État de décembre 2013 et fuite des sud-soudanais à Khartoum

L’enthousiasme et l’espoir que l’indépendance du Soudan du Sud suscitait pour ses citoyens ne durèrent pas longtemps. Le coup d’État manqué du 15 décembre 2013, suivi d’une guerre ethnique très meurtrière a replongé une fois de plus sa population dans un cauchemar. Pour sauver leur vie, un grand nombre de sud-soudanais ont fui au Soudan du Nord à la recherche d’une protection. Des anciens fidèles ainsi que de nouveaux visages trouvèrent refuge dans notre paroisse. Du coup nos églises qui s’étaient vidées d’une partie de leurs paroissiens retrouvent leur dynamisme d’antan.

La situation des écoles de la paroisse après l’indépendance du Soudan du Sud

L’éducation scolaire a toujours eu une place privilégiée dans la pastorale de la paroisse. Elle est le seul moyen d’espoir d’un avenir meilleur pour les enfants qui viennent pour la plupart de familles pauvres. Avant l’indépendance du Soudan du Sud, la paroisse comptait une école secondaire, quatre écoles primaires et une maternelle. Mais avec le retour massif des sud-soudanais dans leur pays après l’indépendance, en 2011, et la difficulté des procédures administratives au niveau du ministère de l’éducation à l’endroit des écoles catholiques, la paroisse a été obligée de fermer ses écoles. Cependant, vu la nécessité d’un cadre chrétien pour l’éducation des enfants, la paroisse décida de la réouverture des écoles en commençant par la maternelle en 2012, seulement une année après sa fermeture.

Une structure détériorée

Pour rapprocher la structure des habitations de la majorité des chrétiens toujours présents, les locaux d’une ancienne école primaire furent choisis pour abriter la maternelle. Cette école avait été fermée quelques années plutôt. Sa situation géographique est idéale, mais elle était complètement délabrée. Comme il n’y avait pas d’autre choix, la maternelle fut rouverte sur ce site. Chaque fois que nous la visitions, nous étions touchés par les conditions dans lesquelles les enfants et leurs enseignants se trouvaient. Les toilettes se sont effondrées l’année précédente à cause des pluies. Les enfants et leurs enseignants font usage des toilettes dans une école voisine. Le manque de ventilateurs dans les salles de classe les fait aussi souffrir. Le Soudan est connu pour ses hautes températures qui montent au-dessus de 45° pendant la période des chaleurs. À cela, il faut ajouter à l’état même des classes: la terrasse, le mur et même les ouvertures (portes et fenêtres) étaient en très mauvais état. Pendant la saison des pluies, l’eau stagne dans l’enceinte de la cour rendant presque impossible toute activité. Plus d’une fois, les enseignants ont dû suspendre les cours pour cette raison. Enfin, l’état de la clôture était préoccupant. Si rien n’avait été fait, elle aurait pu s’écrouler.

Réalisation du projet

Le don reçu de la Fédération des Amis des Pères Blancs nous a permis de faire de la maternelle un cadre agréable pour l’éducation des enfants.

La construction de nouvelles toilettes et l’installation du château d’eau au sein de la structure l’a rendue autonome vis-à-vis de l’école voisine et cela pour le bonheur des enfants et de leurs enseignants.

La deuxième chose importante est la réfection des deux classes et le bureau des enseignants. ils ont désormais l’aspect de bâtiments nouvellement construits avec de nouvelles portes et fenêtres, une peinture renouvelée, des lampes et ventilateurs et même des dessins sur la façade.

Quant à la clôture qui avait subi l’effet de l’érosion des pluies, elle a été consolidée, crépie et peinte de l’intérieur. Pour la rendre encore plus belle, des dessins ont été faits tout le long du mur intérieur et extérieur de l’école.

Pour finir, il nous a fallu une trentaine de camions-bennes de terre pour niveler la cour de l’école et permettre à l’eau des pluies de s’écouler vers l’extérieur.

Notre maternelle est maintenant parmi les plus attrayantes de notre zone.

Conclusion

Depuis la fin de la rénovation, vivre dans la maternelle est maintenant un réel plaisir. Chaque fois que nous allons les visiter, la joie est lisible sur le visage des enfants. ils ont maintenant des classes confortables et peuvent désormais jouer dans la cour de l’école sans risque de se blesser. Les enseignants et même les parents sont tout heureux de ce changement. La preuve en est que cette année le nombre d’enfants désirant s’inscrire a dépassé notre capacité d’accueil.

J’aimerais donc dire un grand merci à la Fédération des Amis des Pères Blancs et aux donateurs pour leur générosité qui a contribué à améliorer le cadre d’études des enfants de la paroisse. Sans aucun doute cela apportera un plus dans leur performance. Que le Seigneur vous bénisse !

Père Joël Ouédraogo, M. Afr
(Site Internet de France)

Laisser un commentaire