Séance de travail sur les religions traditionnelles africaines : la voie à suivre

Fifth day of the Working Session on African Traditional Religions at Kungoni Centre, Malawi

De gauche à droite: Mathew W. Banseh (Centre for Social Concern (CfSC)), Bernhard Udelhoven (Lumimba parish) Zambia, Ignatius Anipu (Institut de Formation Islamo-Chrétienne (IFIC)) Mali, Philip Meraba (Faith and Encounter Centre, Zambia (FENZA)) Zambia, Anselme K.A. Tarpaga (Assistant général) Rome, Prosper Harelimana, Rome, Brendan O’Shea (Kungoni Centre of Culture and Art, Malawi), Malawi, Bruno Ssennyondo (Centre de Recherche pour la Sauvegarde et la promotion de la Culture Senoufo (CRSPCS)) Mali

Les Missionnaires d’Afrique ont conclu leur session de travail sur les religions traditionnelles africaines (RTA) à Kungoni, au Malawi ce vendredi 22 mars 2024. Ce fut une semaine de partage d’expériences, d’idées, connaissances et de perspectives pour l’avenir. Une question se pose. Quelle est la prochaine étape ? Une réflexion intense sur les RTA a conduit à cinq axes d’intervention : (1) l’animation des confrères, (2) la formation initiale, (3) la création d’une synergie entre les centres et les paroisses, (4) la recherche et les publications, et (5) la visibilité et la communication.

Le premier domaine d’intérêt ciblera les points suivants : sessions et ateliers, constitution d’un répertoire de questions préoccupantes grâce à la technologie moderne, et création de groupes centraux (commissions) pour enrichir les activités pastorales conformément aux RTA. Le deuxième domaine encouragera les candidats en formation à faire des recherches et à étudier intentionnellement les questions contemporaines relatives aux RTA. Il nourrira également les talents des candidats, encouragera l’enseignement de la philosophie et de la théologie africaines. Il a l’intention d’introduire des sessions sur les RTA dans notre système de formation, de revoir le Vade-mecum de Stage sur les RTA pour aider les stagiaires à approfondir des sujets spécifiques. Le troisième domaine permettra de s’assurer que la technologie moderne est bien utilisée pour stocker et partager des matériaux sur les RTA. Il s’abonnera à Jstor, Ebscom et à d’autres sites académiques pour une recherche de qualité. Il doit s’appuyer sur l’expertise nécessaire à la mise en valeur de nos centres. En outre, il visera à améliorer la collaboration entre les centres tels que Kungoni, FENZA, IFIC, etc., et les paroisses. Il renforcera le professionnalisme dans nos centres, éclairera les jeunes générations dans le domaine des RTA et autonomisera le personnel grâce à des programmes de renforcement des capacités. Les quatrième et cinquième domaines promouvront les publications académiques sur les questions relatives aux RTA, créant une plate-forme où les publications des Missionnaires d’Afrique sur les RTA peuvent être facilement accessibles. Il veillera à ce que les sites Web de nos différents centres soient reliés au site Web principal de la Société. Il encouragera le partage des événements sur les RTA qui se déroulent dans nos différentes zones de mission.

Les activités mentionnées ci-dessus impliquent de la créativité, du dévouement et du travail d’équipe. Ils appellent également à un suivi et à une évaluation rigoureux. Regarder en arrière pour évaluer nos performances et nos activités reste un exercice fondamental à réaliser en permanence. Il sera réalisé par nous-mêmes et, si nécessaire, avec l’intervention d’experts. Tout est fait pour accomplir, respecter et promouvoir ce que notre fondateur, le cardinal Charles Lavigerie, nous a exhortés à faire. Il nous a fortement conseillé de chérir la langue, la culture et la tradition des gens. 

Par: Prosper Harelimana, M.Afr.

Laisser un commentaire