Transmettre des compétences pour mieux comprendre les Religions Traditionnelles Africaines

Qua­trième journée de la session de travail sur les religions traditionnelles africaines au Centre Kungoni, Malawi

Comprendre les religions traditionnelles africaines (RTA) implique la volonté d’être avec les gens. Il exige également un travail académique rigoureux, avec des méthodes scientifiques reconnues.  Les méthodes de recherche et la technologie moderne sont des outils nécessaires pour explorer et mieux comprendre les RTA. Quels types de compétences ?

Notre discussion d’aujourd’hui a porté sur la manière d’utiliser les compétences pratiques, les méthodes de recherche et la technologie moderne. Nous avons besoin de ces compétences pour découvrir, comprendre et faire connaître le patrimoine culturel ancré dans les RTA. Les compétences pratiques se concentrent sur les actions (humaines) des personnes, c’est-à-dire leur comportement et les actions qui affectent ou sont affectées par de grands moments de la vie, telles que les pratiques au moment de la naissance et de la mort, l’observation des expressions religieuses et culturelles dans les moments heureux ou tristes, etc. Les méthodes de recherche étudient les modèles de pensée et de compréhension du bien et du mal en Afrique, la cosmologie, l’herméneutique, la théodicée, ce que signifie être une « personne humaine » (concept « Ubuntu »), etc. Des méthodes rigoureuses mettent en évidence des lacunes en matière de recherche, c’est-à-dire ce qui n’a pas été découvert, résolu ou exploré, dans le domaine des RTA. La technologie moderne aide à créer un répertoire du patrimoine culturel africain. Il y a tellement de matériaux sur les RTA qui doivent être bien conservés selon les normes modernes. La technologie est un outil pour préserver ce que nous avons déjà. Il est également utilisé pour découvrir ce que nous ne savons pas encore.

Les premiers missionnaires avaient des compétences impressionnantes. Ils nous ont laissé un héritage. Nous avons beaucoup appris d’eux. Il est temps de transmettre progressivement aux jeunes générations ce que nous avons reçu et ce que nous savons sur les RTA. « Le bonheur n’est pas parfait tant qu’il n’est pas partagé. » Partageons ce que nous avons, ce que nous savons et ce que nous chérissons du patrimoine africain. Ceux qui sont nés à notre époque ont soif d’identité et d’authenticité. Sommes-nous prêts à les aider à découvrir qui ils sont vraiment ?

Par: Prosper Harelimana, M.Afr.

Laisser un commentaire