Esclavage aujourd’hui

A l’occasion de la fête de la Sainte Joséphine Bakhita le 8 février 2019, la communauté Lavigerie de Karlsruhe, en Allemagne, a organisé une soirée de sensibilisation contre la traite des êtres humains. Cette soirée a eu lieu en collaboration avec l’ONG locale « justice project ».

Déjà quelques semaines auparavant, nous avions fait la publicité pour cette rencontre en distribuant des posters dans les paroisses, les universités et les lieux publics d’autres ONG , dans des revues et sur Internet. Nous avons décoré la salle avec des « roll-up » de nos Sœurs et Pères, présentant leur travail à l’occasion du 150ème anniversaire de nos deux instituts.

Scandale de la traite des êtres humains aujourd’hui

Notre réunion a débuté par une vidéo sur Sainte Bakhita et un aperçu de la campagne anti esclavagiste de notre fondateur, le Cardinal Lavigerie. « Justice project » a ensuite présenté ses actions dans la ville de Karlsruhe contre la prostitution forcée, travail de prévention et d’information dans les écoles, les universités et divers groupes d’églises locales et paroisses : Ils essaient d’identifier les femmes victimes. Flora Ridder travaille dans la maison Griesbach ou se trouvent des migrants et des réfugiés ayant des problèmes de santé. En collaboration avec « justice project », elle leur signale des personnes impliquées dans le réseau de prostitution.  Kordula Weber collabore avec « justice project » dans une maison d’accueil de l’état pour tous les migrants et demandeurs d’asile. Chaque mercredi soir y a lieu le café des femmes. En seulement cinq mois, 13 femmes ont pu être aidées. Par la suite, celles-ci peuvent bénéficier d’un logement protégé, d’un accompagnement dans les démarches administratives et recevoir une aide médicale et psychologique.

La prise en charge des personnes victimes du commerce d’organes, de l’exploitation sexuelle d’enfants, du travail forcé, de la prostitution, de la migration forcée, de la marchandisation et l’exploitation des ouvriers agricoles, des jeunes happés par les formes de harcèlement en ligne se fait en collaboration avec d’autres personnes engagées dans l’accueil et l’accompagnement des migrants et réfugiés.

Un apéritif à la fin de la soirée donna l’occasion d’échanger davantage avec les intervenants.

Une eucharistie spécialement préparée par la communauté en cette fête de Sainte Bakhita a été célébrée avec des paroissiens pour prier et sensibiliser les chrétiens sur le trafic humain qui existe encore aujourd’hui.

Très peu de personnes ont répondu à notre invitation, mais cela ne nous empêche pas de continuer à nous déplacer et d’aller au-delà de ce qui est connu pour être semeurs d’espérance.

La Communauté Lavigerie de Karlsruhe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.