Bibliothèque en ligne

PORTAIL EN LIGNE - BIBLIOTHÈQUE

« O…HO…. Qu’est-ce que je vois ici? Du nouveau? »

Voici une parole commune d’étonnement pour ceux et celles qui sont habitués à visiter le site international des Missionnaires d’Afrique à Rome. Et oui, du nouveau dans les fenêtres de notre site international, repéré rapidement  par ses fidèles usagers. La fenêtre «Bibliothèque» accompagne désormais celle des archives dans laquelle elle se trouvait auparavant.

Cette fenêtre « Bibliothèque » donne accès au nouveau portail en ligne permettant aux chercheurs de naviguer et découvrir le matériel disponible dans notre bibliothèque. On peut y effectuer des recherches selon les auteurs, titres ou encore les sujets par l’intermédiaire des mots-clés.

La démarche à suivre est toute simple : sélectionner BIBLIOTEQUE > BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE  >  SITE   >  et vous y voici. Pour faciliter la recherche, il est possible de sélectionner la petite loupe avec le signe « + ». Une fois que vous aurez trouvé un livre qui vous intéresse, le sélectionner et une fenêtre apparaitra pour vous en fournir de plus amples informations, avec un ensemble de mots-clés (sous le titre de «sujets ») très utiles pour amplifier la recherche.

Bienvenu à notre bibliothèque, tout en demeurant confortablement chez vous. Bonne recherche…

Jean Lamonde
Bibliothécaire

Fernando Sanzberro Arburua R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Jesús Zubiría O., Délégué Provincial du secteur d’Espagne,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Fernando Sanzberro Arburua

le jeudi 2 février 2023 à Pamplona (Espagne)
à l’âge de 81 ans dont 55 ans de vie missionnaire
au Mali et en Espagne.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Téléchargez ici le faire-part de décès du Père Fernando Sanzberro Arburua

(plus…)

Ouagadougou Ordinations sacerdotales 2023

Ordinations sacerdotales à la Paroisse Saint Jean XXIII

Ouagadougou 2023, Burkina Faso

Quatre confrères, tous les quatre originaires du Burkina Faso ont été ordonnés prêtres : Jean-Luc Compaoré, Ephrahim Konkobo, Aimé Ouédraogo, et André Sawadogo. Tous ont fini leurs études théologiques à Merrivale, en Afrique du Sud.

La Province d’Afrique Occidental (PAO) a choisi de réunir les quatre ordinations au même endroit, compte tenu de la situation socio-politique que traverse le Burkina Faso. Deux des ordinands sont originaires de zones rouges où il est difficile, pour le moment, de se déplacer et organiser de tels rassemblements. La paroisse de Saint Jean XXIII à Ouagadougou, dont nous avons la charge, a accueilli et bien organisé la célébration.

Le Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, a présidé la célébration, accompagné du cardinal Laurent Dabiré, président de la conférence épiscopale Burkina/Niger et évêque de Dori, de Monseigneur Giorgio Bernardi, évêque émérite italien qui a travaillé longtemps à Dori.

Il y avait aussi près de 70 prêtres, de nombreux religieux et religieuses et un très grand nombre de chrétiens de la paroisse Saint Jean XXIII.

L’Eucharistie fu très belle et très priante. La confiance, l’espérance et la fraternité ont marqué l’ensemble de toute la célébration compte tenu de la situation actuelle dans le pays.

Jean-luc Compaoré, de la paroisse Notre Dame des Apôtres à Ouagadougou, est envoyé en Mission au Burundi. Ephrahim Konkobo, de la paroisse de Wakara dans le diocèse de Dédougou, est envoyé e Mission au Ghana. Aimé Ouédraogo, de la paroisse de Ziniaré, près de Ouagadougou, est envoyé en Mission au Mozambique. André Sawadogo, de la paroisse de Dori, est envoyé en Mission au Congo RD.

Nous les félicitons et leur souhaitons un fructueux apostolat missionnaire là où ils sont envoyés. Que l’esprit du Christ soi toujours leur soutien.

Alain Fontaine.

Alyward Shorter R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Hugh Seenan, Délégué Provincial du secteur de Grande-Bretagne,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Aylward Shorter

le dimanche 29 janvier 2023 à Southwark (Grande-Bretagne)
à l’âge de 90 ans dont 61 ans de vie missionnaire
en Italie, en Tanzanie, en Ouganda, au Kenya et en Grande-Bretagne.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Téléchargez ici le faire-part de décès du Père Alyward Shorter

(plus…)

Louis-Philippe  Girard R.I.P.

Société des Missionnaires d'Afrique

Le Père Réal Doucet, Provincial des Amériques,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Louis-Philippe Girard

le mardi 18 janvier 2023 à Chicoutimi (Canada)
à l’âge de 98 ans dont 70 ans de vie missionnaire
en Zambie et au Canada.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

Téléchargez ici le faire-part de décès du Père Louis-Philippe  Girard

(plus…)

Benoît XVI : Souvenirs

Benoît XVI : Souvenirs

+ Michael Cardinal Fitzgerald, M.Afr.

J’ai eu plus à faire avec le Cardinal Joseph Ratzinger en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) qu’avec lui en tant que Pape Benoît XVI.

Selon les règles établies dans Pastor Bonus, la réforme de la Curie romaine sous le pape Jean-Paul II, tous les dicastères devaient avoir l’approbation de la CDF avant de publier tout document touchant à la théologie. Ce fut le cas pour Dialogue et Annonce, publié en 1991 par le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux (PCID). Devenu aujourd’hui le Dicastère pour le dialogue interreligieux) en collaboration avec la Congrégation pour l’évangélisation des peuples (CEP). Cela impliquait des réunions tripartites entre les hauts responsables de la CDF, de la CEP et du PCID. Le cardinal Ratzinger était toujours bien préparé, avec des notes écrites. Il n’a jamais bluffé avec de nombreux mots en réponse à une question. Il était toujours précis et poli dans la présentation de son opinion.

Le cardinal Ratzinger, à la demande d’un de ses anciens étudiants qui avait été choisi comme évêque orthodoxe de Chambésy, en Suisse, est devenu un membre fondateur de la Fondation pour le dialogue interculturel et interreligieux basée à Genève. Avant d’être élu pape, il m’a demandé de le remplacer au conseil d’administration de la Fondation. Je le mentionne car cela montre qu’il avait confiance en moi. Lorsque, en 2006, donc pendant son pontificat, j’ai été envoyé en Égypte en tant que nonce, ce n’était pas parce que le pape Benoît était en désaccord avec mon attitude envers l’islam et les relations avec les musulmans, comme l’ont affirmé les médias sociaux de l’époque.

Ces mêmes médias ont affirmé que si j’avais été encore président du PCID, le pape Benoît m’aurait montré le projet de sa conférence à Ratisbonne en septembre 2006 et le conflit qui a suivi avec les musulmans aurait été évité. Je pense, bien que je n’aie aucun moyen de vérifier cette affirmation, que le pape Benoît n’aurait demandé l’avis de personne pour préparer une conférence à donner dans l’université où il enseignait.

Si j’avais été consulté, j’aurais dit que parler de Mahomet, c’est comme marcher sur une terre sainte, et qu’il faut donc avoir la délicatesse de se déchausser et de marcher légèrement. On peut comprendre la réaction des musulmans à la citation négative que le pape Benoît a utilisée dans son discours de Ratisbonne. Comme me l’a dit un dirigeant musulman à l’époque : “Si le pape Benoît avait dit “Je ne suis pas d’accord avec cela”, il y aurait eu peu de réactions, mais malheureusement, ce n’est que plus tard qu’il a été précisé qu’il n’était pas d’accord avec la citation.” (Sur toute cette question de la conférence de Ratisbonne, voir le dossier spécial dans Islamochristiana 32(20060) pp.273-297).

Pendant son pontificat, le pape Benoît ne recevait pas les Nonces en audience, ce qui est étrange puisque les Nonces sont les représentants personnels du Souverain Pontife. Cela signifie qu’entre 2006 et 2012, je n’ai eu aucune relation avec lui. Après ma retraite, j’ai obtenu une audience privée et j’ai constaté que le pape Benoît était bien informé sur l’Égypte et qu’il avait de nombreuses questions sur la situation dans ce pays. Il avait, après tout, présidé le Synode spécial des évêques pour le Moyen-Orient et publié l’Exhortation apostolique Ecclesia in Medio Oriente.

J’ai vu le corps de Benoît XVI

La parole du Seigneur demeure pour toujours

Reginald Cruz

“Toute chair est comme l’herbe et toute sa gloire comme la fleur. L’herbe se fane et la fleur tombe, mais la parole du Seigneur demeure pour toujours.” 1P. 1:24-25

Ces paroles des Écritures ont résonné en moi lorsque j’ai vu le corps de Benoît XVI. Le décès d’un Pape, quel qu’il soit, offre aux croyants un moment de rétrospection, même si le grisaillement de sa dépouille embaumée donnait à l’air une touche un peu plus sombre.

Un flux continu de personnes a défilé devant le défunt Pape émérite. Beaucoup semblaient être des touristes ayant la chance d’être à Rome; se contentant de commémorer cet événement avec leur téléphone portable. Pourtant, il y avait des personnes en deuil visiblement affectées par la perte de ce théologien douloureusement introverti mais un grand érudit, autrefois craint comme le rottweiler de Dieu.

Joseph Ratzinger n’était pas – comme beaucoup l’ont prétendu à tort – excessivement désireux d’occuper le siège de Pierre. Conscient des limites de ses compétences administratives, il apprenait constamment à devenir un Pape. Cette conscience de soi est la base de son plus grand héritage à l’Église : la profonde humilité de reconnaître et d’accepter ce que ni l’esprit ni le corps ne peuvent plus comprendre, et la volonté de transmettre le Siège Papal. Ainsi s’éteint Benoît XVI, dans la vie un serviteur du Christ et un héraut de la Parole du Père qui perdure à jamais.

Noël et Hanoukka

Noël et Hanoukka

Les lumières de Hanoukka et de Noël vont briller ensemble dans les jours qui viennent, l’une discrète et obstinée dans les maisons juives, l’autre dans les églises et foyers chrétiens, discrète elle aussi bien que noyée dans les illuminations des rues et monuments.

Des lumières qui, dans le monde d’aujourd’hui, veulent signifier, chacune à sa manière, une vision qui traverse les inquiétudes de notre monde, voire même ses drames trop bien connus. Hanoukka : lumière au cœur du Temple, victorieuse d’une entreprise totalitaire qui voulait niveler l’Empire sous le même pouvoir, l’autre, étoile de David, témoin d’un Royaume dont les sujets ont vocation à devenir des princes et princesses inondés d’une gloire divine.

Juifs et chrétiens, nous portons ces lumières qui, pour le fond, offrent un message semblable : celui d’une transcendance d’amour qui conteste radicalement les entreprises contemporaines de nivellement de l’humanité sous des dictatures aveugles, de rêve de pouvoir qui se concrétisent en asservissement mortel, de volonté d’imposer des idéologies profanes ou religieuses qui ne font référence qu’à elles-mêmes, excluant tout ce qui ressemble à un dialogue. Nous savons que l’antisémitisme, malheureusement toujours bien actif, touche la sombre racine de ces courants.

En opposition frontale à tout cela, les lumières dont nous sommes témoins, Juifs et chrétiens, au-delà des différences que nous respectons, sont porteuses d’une même transcendance, celle du Dieu Un, rassembleuse d’une humanité dans laquelle les différences brillent d’un même feu. C’est dans ce projet que s’inscrit notre Amitié Judéo-Chrétienne, mission qu’il nous faut garder avec obstination et bonheur, et au cœur de laquelle notre engagement est nécessaire.

Jean Massonnet

Jean Massonnet est un bibliste français, prêtre catholique du diocèse de Lyon.
Docteur en théologie et diplômé de l’Institut biblique pontifical